À la recherche des vestiges de l'expédition Franklin

Photo Credit: Parcs Canada

Sur les traces de nos plus célèbres vaisseaux fantômes

Share

800 km2 du fond sous-marin arctique déjà cartographié

Les recherches pour retrouver les épaves des deux navires de l’expédition de Sir John Franklin dans l’Arctique reprennent en ce moment dans le nord du Canada. Le H.M.S. Erebus et le H.M.S. Terror ont été engloutis par les glaces en 1845 alors que les membres de cette expédition de marins britanniques tentaient de trouver un passage du Nord-Ouest à travers l’océan Arctique.

Un groupe de chercheurs profite en ce moment des clémentes températures de la fin de l’été pour mener des recherches sous-marines de six semaines.

C’est la cinquième mission de recherche scientifique du genre du gouvernement canadien depuis 2007.

Le mystère d’une disparition qui fascine encore 

Un peu à l’image du fameux sous-marin Nautilus de Jules Vernes, qui a tant fasciné l’époque victorienne, les deux navires de l’expédition Franklin disposaient de l’équipement dernier cri pour l’époque : moteur à vapeur, chauffage, riche bibliothèque et vivres pour trois ans.

Depuis presque 160 ans, on cherche donc en vain les 2 navires de l’expédition Franklin. Petit à petit cependant les autorités ont reconstituer morceau par morceau grace aux Inuïts de la région comment les marins ont couru à leur perte.

© CBC

L’Angleterre voulait cartographier un territoire qu’elle considérait lui appartenir

La tragédie de la disparition des deux navires britanniques de l’expédition Franklin a comme véritable point de départ l’année 1819.

C’est cette année-là que l’AMIRAUTÉ britannique charge Sir John Franklin de dresser la carte de toute la côte arctique de l’Amérique du Nord, alors largement inconnue. Il effectuera donc deux premiers grands voyages fructueux dans la région.

En 1845 Sir John Franklin est chargé d’une troisième expédition dans l’Arctique pour trouver cette fois le fameux passage du Nord-Ouest dont l’existence était soupçonnée depuis plusieurs années. 128 hommes étaient à ses côtés à bord de deux navires le Erebus et le Terror. Tous sont morts et on n’a jamais retrouvé la trace des navires.

L’an dernier des chercheurs de Parc Canada ont retrouvé sur la terre ferme quelques débris et des restes humains appartenant à l’équipage des navires de John Franklin. Mais on est sans trace des navires, disparue dans les glaces comme des fantômes.

Parmi les artefacts découverts à ce jour, des dents, des fragments d'os, une brosse à dents, des boutons.
Parmi les artefacts découverts à ce jour, des dents, des fragments d’os, une brosse à dents, des boutons. © CBC

Le saviez-vous
À la recherche du passage du Nord-Ouest

  • La première tentative pour découvrir le passage du Nord-Ouest d’est en ouest au nord de ce qui est aujourd’hui le Canada remonte au voyage de John Cabot en 1497. Il avait été envoyé dans la région par Henri VII d’Angleterre pour chercher une route directe vers l’Orient.
  • De 1576 à 1578, Martin Frobisher entreprend trois voyages vers l’Arctique canadien pour trouver le passage. La baie de Frobisher qu’il a découverte porte son nom.
  • La plupart des grands fleuves de la côte est américaine furent également explorés au cas où ils permettraient un passage au travers du continent comme lors de l’exploration par Jacques Cartier en 1535 du fleuve Saint-Laurent. Mais il se trouva bloqué par les rapides devant ce qui est devenu Montréal, pensant que derrière ces rapides se trouvaient la Chine, il les nomma rapides de la Chine.
Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Autochtones, Environnement, International, Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*