Un village amérindien dans le Grand Nord de la province du Québec.

Un village amérindien dans le Grand Nord de la province du Québec.
Photo Credit: Bonjour Québec

Quelles sont les différentes origines amérindiennes des noms de villes canadiennes?

Share

Cette semaine, nous répondons à la question d’un de nos internautes en Algérie qui désire connaître les origines des noms d’Ottawa et de Québec.

Écoutez

Les noms des villes canadiennes et québécoises ont souvent des origines francophones et anglophones, mais l’influence de la culture amérindienne sur le choix de ces noms est majeure. Souvent, il y a plus d’une seule explication quant au choix du nom d’une ville en raison de la présence à l’origine dans ces endroits de tribus amérindiennes s’exprimant dans des langues différentes.

Le saviez-vous?
L’origine du nom du Canada

  • En 1535, deux jeunes autochtones indiquèrent à l’explorateur Jacques Cartier le chemin de « kanata ».
  • Ils faisaient allusion au village de Stadacona, « kanata » étant simplement le mot qui désignait un « village » ou une bourgade dans la langue des Hurons ou des Iroquois.
  • Faute d’une autre appellation, Cartier baptisa du nom de « Canada » non seulement Stadacona (emplacement actuel de la ville de Québec), mais également tout le territoire gouverné par son chef, Donnacona.
  • Le nom en vint bientôt à s’appliquer à une région beaucoup plus étendue; en effet, sur les cartes de 1547, tout le territoire au nord du fleuve Saint-Laurent est appelé « Canada ».

Ottawa, la capitale du Canada

La capitale du pays a porté le nom de Bytown jusqu’en 1855, en l’honneur du colonel John By (1781-1836), membre de la Royal Engineers, à qui le gouvernement britannique avait confié la construction du canal Rideau. Le nom « Ottawa » est dérivé du terme algonquin adawe, qui signifie « commercer ». On appelait ainsi la tribu qui contrôlait le commerce sur la rivière des Outaouais. Le nom « Ottawa » a été donné d’abord à la rivière, puis à la ville.

Ville d'Ottawa, la capitale du Canada.
Ville d’Ottawa, la capitale du Canada. © Digging.holes

Québec, la capitale du Québec

Nom dérivé du mot amérindien kebek, qui désigne un détroit ou un passage qui se rétrécit. Ce nom serait d’origine algonquienne. En 1632, l’explorateur Samuel de Champlain décrivait l’endroit comme suit dans ses notes : « … un détroit dans le fleuve, comme le disent les Indiens ». Il faisait référence au mot algonquin signifiant « passage étroit » ou « détroit », employé pour désigner le resserrement du fleuve à la hauteur du cap Diamant. Le terme est commun à l’algonquin, au cri et au micmac et a la même signification dans les trois dialectes.

La ville de Québec.
La ville de Québec. © Gilbert Bochenek

Toronto, la capitale économique du Canada

L’origine exacte du mot est incertaine. Pendant plusieurs années, on croyait qu’il s’agissait d’un terme huron signifiant « lieu de rencontres » ; cependant, de récentes études indiquent peut-être une origine mohawk. L’expression mohawk « tkaronto » était utilisée pour décrire les enceintes de pieux reliées à la pêche situées à The Narrow, près de l’endroit où se trouve de nos jours la ville d’Orillia non loin de Toronto. Le nom fut relevé par Samuel de Champlain en 1615 et se traduit littéralement par « où se trouvent des arbres sortant de l’eau ».

Ville de Toronto.
Ville de Toronto. © Wladyslaw

Winnipeg, la capitale du Manitoba

Nom de la capitale du Manitoba, mais aussi d’un lac et d’une rivière. Le terme provient du cri Winnipi , qui peut se traduire par « eau sale » ou « eau sombre ». Le lac a d’abord été nommé Sea Lake par Thompson, en 1816. La région métropolitaine de Winnipeg, un regroupement de municipalités voisines, a été créée le 1er novembre 1960, et Winnipeg a été reconnue comme grande ville le 1er janvier 1972.

La ville de Winnipeg.
La ville de Winnipeg. © Benw
La province du Manitoba en rouge est située entre la province de la Saskachewan à la gauche et la province de l'Ontario à la droite.
La province du Manitoba en rouge est située entre la province de la Saskachewan à la gauche et la province de l’Ontario à la droite. © Wikipédia

Les provinces de l’Ontario, du Manitoba et de la Saskatchewan

Ontario : ce nom huron, d’abord donné au lac, pourrait être une variation de onitariio, qui veut dire « lac magnifique », ou de kanadario, qui se traduit par eaux « scintillantes » ou « splendides ».

Manitoba : l’origine sémantique la plus probable vient de l’expression crie maniot-wapow ou « le détroit de l’esprit ou manitobau ». Ce nom évoque le grondement produit par les cailloux sur une plage de l’île Manitoba située sur le lac du même nom. Les Cris de cet endroit trouvaient que le bruit ressemblait à celui d’un manitou ou d’un esprit frappant sur un tambour. Certains prétendent aussi que le nom viendrait des mots assiniboines mini et tobow, qui signifient « lac des Prairies ».

Saskatchewan : la province tire son nom de la rivière Saskatchewan, que les Cris appelaient Kisiskatchewani Sipi, ce qui signifie « rivière au débit rapide ».

– Source : gouvernement du Canada

Un peu d’histoire…
Voici d’autres exemples d’appellations géographiques autochtones au Canada

  • Chibougamau (Québec) : c’est un mot cri pour dire « un endroit où le cours d’eau rétrécit », soit une décharge étroite du lac.
  • Chicoutimi (Québec) : ce nom d’origine montagnaise vient du mot shkoutimeou, qui se traduit par « la fin des eaux profondes ».
  • Gaspé (Québec) : on croit que ce nom dérive du mot mi’kmaq pour « fin » ou « extrémité », qui désigne les limites nordiques du territoire mi’kmaq.
  • Chilliwack (Colombie-Britannique) : c’est le nom de la tribu locale, ch.ihl-KWAY-uhk. On donne généralement à ce mot le sens de « remonter ». Il rappelle le peuple qui retournait chez lui après avoir visité l’embouchure du fleuve Fraser.
  • Coquitlam (Colombie-Britannique) : l’appellation dérive d’un nom tribal des Salish Kawayquitlam, qu’on peut traduire par « petit saumon rouge ». Elle désigne le saumon sockeye qu’on trouve communément dans la région.
  • Kamloops (Colombie-Britannique) : son nom vient probablement du mot shushwap kahm-o-loops, qu’on traduit habituellement par « là où se rencontrent les eaux ». Il décrit la jonction des rivières Thompson Nord et Sud à Kamloops.
  • Penticton (Colombie-Britannique) : le nom vient d’un mot okanagan qui signifie « le lieu de toujours », dans le sens d’un endroit de résidence permanente.
  • Fort Chipewyan (Alberta) : la ville est appelée ainsi, du nom du peuple chipewyan qui signifie « peaux à pointes », soit une référence à la façon dont les Chipewyans apprêtaient les peaux de castor.
  • Medicine Hat (Alberta) : c’est la traduction du mot saamis chez les Blackfoots, dont la signification est la « coiffe de plumes d’un guérisseur ». D’après ce qu’on dit, le nom rappelle un combat entre les Cris et les Blackfoots au cours duquel un guérisseur cri aurait perdu sa coiffe de plumes dans la rivière.
  • Wetaskiwin (Alberta) : c’est une adaptation de l’expression crie wi-ta-ski-oo cha-ka-tin-ow, qui peut se traduire par « endroit de paix » ou « colline de la paix ».
  • Qu’appelle (Saskatchewan) : le nom de la ville vient de celui de la rivière qui se dit kab-tep-was en cri, c’est-à-dire « la rivière qui appelle ». La légende associée au nom raconte l’histoire d’un Cri qui se rendait en canot à son mariage. Celui-ci entendit prononcer son nom. Il reconnut la voix de sa promise qui se trouvait pourtant à encore plusieurs jours de voyage. Il répondit : « Qui appelle? » Un esprit l’imita : « Qui appelle? » Il se rendit en toute hâte chez lui pour y apprendre que sa fiancée était morte en chuchotant son nom à son dernier soupir. Les colons français en Saskatchewan ont perpétué la légende en nommant la rivière Qu’appelle, pour « qui appelle? »
  • Saskatoon (Saskatchewan) : ce toponyme vient d’une baie rouge comestible, indigène à la région, que les Cris désignent par mis-sask-guah-too-min.

 

Share
Mots-clés : ,
Publié dans : Autochtones, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Quelles sont les différentes origines amérindiennes des noms de villes canadiennes?
  1. Cette idée est géniale.
    C’est très bien de faire connaître la grande et la petite histoire des mots.
    Merci!

1 Pings/Trackbacks pour "Quelles sont les différentes origines amérindiennes des noms de villes canadiennes?"
  1. […] Quelles sont les différentes origines amérindiennes des noms de villes canadiennes? – RCI  […]