Des compteurs intelligents

Des compteurs intelligents

Compteurs intelligents : le courant passe mal entre Hydro-Québec et des clients

Le ton monte entre Hydro-Québec et les opposants à ses compteurs intelligents. Ceux-ci fourbissent leurs armes avec l’appui de certains maires de municipalités.

À l’Assomption, une petite ville du Québec, une trentaine d’opposants aux compteurs intelligents bravaient le froid cette semaine pour manifester devant le lieu d’une rencontre entre leurs élus municipaux et des représentants d’Hydro-Québec.

« Je trouve qu’il est temps, nous autres les Québécois, de se lever et de dire non », dit une manifestante.

Le maire Jean-Claude Gingras appuie ses citoyens et met en garde Hydro-Québec. « Au niveau des citoyens de ma ville, l’Assomption, ils vont pogner des compteurs barricadés, ça je peux vous le garantir », dit-il.

Or, empêcher l’accès aux compteurs n’est pas légal, selon Hydro-Québec. « Lorsqu’un client a un contrat d’abonnement pour le service d’électricité avec nous, il est tenu de nous donner accès à ses appareils de mesurage, et ses compteurs nous appartiennent », explique Patrice Lavoie, porte-parole d’Hydro-Québec.

Ils vont à contre-courant pour arrêter l’arrivée de compteurs électriques intelligents

Les abonnés visés par la première phase d’installation de compteurs intelligents ont reçu un avis d’Hydro-Québec, leur expliquant la démarche, car, qu’on le veuille ou non, impossible de conserver son ancien compteur électromécanique.

La Régie de l’énergie a tranché à ce sujet en 2012. Tous les abonnés d’Hydro-Québec auront un compteur numérique.

Le seul choix qui reste pour ceux qui s’inquiètent pour leur santé, c’est un compteur non communicant qui coûte 206 $ par année, en plus des frais d’installation de 98 $.

Les compteurs en chiffres

  • Hydro-Québec a installé 1 100 000 compteurs intelligents sur 1 700 000 prévus dans cette première phase d’installation.
  • Seulement 3700 abonnés se sont prévalus de l’option du compteur non communicant (0,4 %) et devront payer les frais supplémentaires.
  • D’ici 2018, 3 800 000 nouveaux compteurs seront installés.
  • Hydro-Québec prévoit remplacer ses 3,8 millions de compteurs électromécaniques par des compteurs intelligents d’ici 2017.
À gauche : le compteur intelligent qu'Hydro-Québec compte installer partout d'ici 4 ans. À droite : les anciens compteurs hydroliques qui disparaîtront.
À gauche : le compteur intelligent qu’Hydro-Québec compte installer partout d’ici 4 ans. À droite : les anciens compteurs hydroliques qui disparaîtront. © Francis Labbé

Débats sur les effets sur la santé

Selon Hydro-Québec, il n’y a aucune inquiétude à avoir quant à l’impact de ces compteurs sur la santé humaine. « Ils émettent beaucoup moins de radiofréquences qu’un micro-ondes, et encore moins qu’un téléphone cellulaire, par exemple », explique Patrice Lavoie, porte-parole d’Hydro-Québec. « C’est 120 000 fois inférieur aux normes canadiennes. »

Selon Patrice Lavoie, toute personne qui préfère se faire installer un compteur qui n’émet pas de radiofréquences, peut le faire, moyennant des frais d’installation de 98 $ ainsi que des frais annuels de relève de données de 206 $.

Cependant, selon Stéphane Bélainsky, expert en mesure d’ondes électromagnétiques dans les milieux résidentiels, « avec 3,8 millions de compteurs, les personnes qui sont électrosensibles risquent d’être affectées par les ondes émises par les compteurs de leurs voisins. »

Les problèmes des gens sensibles aux radiofréquences vont du trouble du sommeil aux maux de tête en passant par l’arythmie cardiaque, par exemple. Il n’existe cependant pas de consensus scientifique autour de la question de l’électrosensibilité.

Ailleurs, le monde se branche aux compteurs intelligents

Dans plusieurs nations développées et tout juste à côté du Québec, dans la province de l’Ontario, des programmes géants de conversion vers des réseaux de compteurs électriques se sont déroulés sans grands heurts et connaissent un véritable succès.

Dans le monde entier en fait, gouvernements et distributeurs d’électricité se sont emparés de la question, emboîtant le pas à l’Italie, premier grand pays à être intégralement doté de cette génération de compteurs.

En septembre 2009, l’Union européenne a fixé aux États membres un objectif de déploiement des compteurs intelligents dans 80 % des foyers européens d’ici à 2020, et 100 % d’ici à 2022.

L’exemple de la province de l’Ontario

L’Ontario Energy Board a terminé l’an dernier l’installation de compteurs intelligents dans presque tous les foyers et habitations de la province.

L’Ontario a introduit des compteurs intelligents – ainsi qu’une structure tarifaire basée selon l’heure de la consommation – pour permettre aux consommateurs de gérer leurs coûts d’électricité tout en aidant l’Ontario à mettre sur pied un système électrique plus efficace et écologique.

Le saviez-vous?

  • Un compteur « intelligent » est un compteur disposant de technologies avancées qui identifient de manière plus détaillée et précise, et éventuellement en temps réel la consommation énergétique d’un foyer, d’un bâtiment ou d’une entreprise, et la transmettent, par téléphone ou courants porteurs en ligne (CPL), à la compagnie d’électricité.
  • Les compteurs « intelligents » peuvent notamment établir des factures en temps réel et repérer les postes qui coûtent le plus au client. Ils peuvent éventuellement l’informer de microcoupures ou de pertes sur le réseau électrique. Du point de vue de l’entreprise, ils permettent des gains de productivité importants  par la suppression des emplois de personnels chargés du relevé des compteurs.
  • Lorsque le compteur est en plus programmable à distance et équipé d’un appareil de coupure à distance, il est dit AMM (Advanced Meter Management). Cette deuxième qualité est capitale, car elle va bien au-delà du simple relevé à distance et ouvre l’ensemble du réseau de distribution d’électricité à des évolutions profondes génériquement connues sous le nom de « réseau intelligent ».

Liens externes

Pour mieux comprendre les compteurs intelligents – Hydro-Ontario

Votre santé et les compteurs intelligents – Gouvernement du Canada

Association Refusons les compteurs intelligents

Mots-clés : ,
Publié dans :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

12 comments on “Compteurs intelligents : le courant passe mal entre Hydro-Québec et des clients
  1. Slobodan dit :

    Bonjour,
    J’ai juste une question.
    J’aimerais ca d’avoir finallement une reponse si possible.
    La question est:
    Est-ce qu’Hydro Quebec peut changer quoi ce soit dans mon intelligent compteur?
    Merci de m’envoyer la reponse a l’adresse ci-haut.

  2. carole lecuyerq dit :

    j’aimerais bien savoir si s’est a cause du compteur posé sur le mur exterieur de ma chambre ,j’ai remarquer que du moment que je me couche , jai des chaleurs exessives,maintenat je vais changé d’appartement pour dormir. voir si j’hallucine….

  3. john doe dit :

    je doit trouvé une maison, et je mesure 700 metres minimum d’une antenne relais cellulaire. en bas de ca, jveut rien savoir. sur un gros site internet de toute les antennes relais-cellulaire du quebec. sur youtube, un gars ULTRA haut placé dans les fréquences electromagnétique dit la vérité sur le sujet, un peu avant de mourir, et jpeut vous assurer que le message est ultra negatif, en anglais seulement. le mot dégueulasse vous connaissé.

  4. Il n’y a pas a dire, ils sonnent bien faux à mes oreilles ces médias « sans partie pris »….

    avec les longs bras d’Hydro-Québec, (sans mentionner leurs mensonges) entremêlés avec ceux de la Régie de la Santé, et tout en connaissant les « partenariats » avec les édifices gouvernementaux où sont fixé des installation de Rogers, Vidéotron, Bell, ces derniers louant leur emplacement sur ces batisses… dur à croire qu’il n’y est pas la conflits d’intérêts… et oui malheureusement tout est lié:

    Hydro-Québec utilise antennes–>Rogers Communication utilise batisse–> Gouvernemental (hopitaux etc)= Intérêts commun

    Je suis bien d’accord avec Jonathan

  5. Quoi que prétende HQ, chaucn a le droit légitime de refuser ces nouveaux compteurs. Sachez que HQ ne tient aucun compte des avis de refus et des mises en demeure des clients qui refusent de laisser entrer dans leur domicile ces appareils qui émettent des micro-ondes pulsées très puissanctes.
    À ce jour, un grand nombre de citoyens, au nom du principe de précaution, ont réussi à garder leurs anciens compteurs électromécaniques en informant les installateurs de leur refus, en ne se laissant pas intimider par des menaces et en n’ouvrant tout simplement pas leur porte lorsque les compteurs sont à l’intérieur du domicile.
    AUCUN FRAIS supplémentaires n’ont été facturés aux citoyens qui ont fait respecter leur liberté de choix. ( voir ce vidéo http://www.youtube.com/watch?v=qA_UCsULLGk )Attention! Les installateurs, payés au rendement, induisent les clients en erreur en affirmant que des pénalités seront chargées à ceux qui réussissent à conserver le « compteur à roulettes ».
    Si le compteur est à l’intérieur et nécessite votre autorisation pour y accéder (locataire ou proprio, peu importe) Tenez bon, il ne vous arrivera rien; pas de frais, pas de huissier, etc. HQ ne peut rien faire contre vous. Si le compteur est à l’extérieur, libre d’accès, ils peuvent venir le changer n’importe quand, même si vous avez signifié votre refus par courrier recommandé. En ce cas, , il est de la responsabilité de chacun d’évaluer les risques pour eux-mêmes et ceux qu’ils chérissent et de poser les gestes qui leur semblent nécessaires afin de faire respecter leur volonté. Plusieurs citoyens n’ont pas hésité à barricader leurs vieux compteurs à roulettes afin d’empêcher l’installation des nouveaux compteurs à RF. http://www.lechodelarivenord.ca/2013/07/23/il-verrouille-son-compteur
    Pour plus d’informations, consultez le site refusonslescompteurs.wordpress.com

    • sophie dit :

      Je suis Maxime , un jeune entrepreneur et je vous écris

      aujourd’hui pour vous communiquer une solution qui réduit les

      ondes dangereuse émit par les compteurs intelligents jusqu’à

      98 %. Ça serait une bonne solution temporaire pour protégé la

      santé du public jusqu’à que votre démarche se concrétise pour

      enlever ces compteurs intelligents.
      Jai des membres de ma famille qui, comme moi, ont eu des

      effets nocifs secondaires qui mon porter à trouver une

      solution temporaire et permanente.
      Sil vous plais me contacte pour que je vous donne plus

      d’information.
      Maxime 1-800-420-9954 http://www.smartmetercondom.com

      PS:
      Vous pouvez trouver de l’information sur mon site internet et

      des vidéos à propos des compteurs intelligents et ses effets

      nocifs sur la santé.

  6. Marcel Baril dit :

    Empêcher l’accès aux compteurs n’est peut-être pas légal toutefois leur installation ne l’est pas non plus. Elle contrevient à la charte québécoise des droits et liberté dont les articles 1 et 5 :

    1- Tout être humain a droit à la vie, ainsi qu’à la sûreté, à l’intégrité et à la liberté de sa personne.

    5- Toute personne a droit au respect de sa vie privée.

    La régie de l’énergie a peut-être tranché. Il faut quand même ajouter qu’elle a outrepassé son mandat ou n’a pas considéré sérieusement l’aspect santé.
    La régie de l’énergie, dans son mandat, n’a pas pour but d’évaluer l’impact des technologies sur la santé. Au contraire, son mandat est plutôt sur la gestion, l’approvisionnement et la rentabilité économique des entreprises sous son égide.

    L’option de retrait même si gratuite ne réglera pas le problème de santé publique. De toute façon, ceux qui optent pour l’option de retrait seront autant affectés par l’effet délétère des ondes pulsées des compteurs intelligents de leur voisin.

    Cet article oublie de mentionner d’où Hydro-Québec prend son information de non-innocuité. Le discours d’Hydro-Québec depuis le début est basé sur des normes désuètes et incomplète ignorant les gens qui sont devenus malades depuis le déploiement massif du réseau maillé. Ces gens qui fonctionnaient parfaitement dans la société avant le déploiement sont soudainement traités de fous parce que leur état de santé ne s’accorde pas avec le dogme scientifique des entreprises dont le gagne-pain est basé sur l’électricité ou l’électronique. L’exposition au compteur intelligent est en permanence 7 jours sur 7 et 24 heures par jour contrairement au cellulaire qui est épisodique. Au niveau mondial, les gens ne veulent pas de ces compteurs qui ont été installés contre leur gré. Au niveau international, plusieurs pays ont retiré ce type d’ondes et deux universités canadiennes les ont bannies également parce qu’elles ont démontrées que ces ondes étaient nocives. Est-ce que M. Patrice Lavoie d’Hydro-Québec se réfère a des études pertinentes auxquelles nous pouvons accéder aux sources. La polémique sur les effets électromagnétiques date des années 1960. Actuellement les pseudos-experts dirigent le débat vers des effets thermiques des champs magnétiques parce qu’on essaie de circonscrire le débat autour des effets thermiques pour camoufler l’existence des effets biologiques plus insidieux (d’où la norme de Santé Canada, qui est présentement en révision parce que qu’elle est désuète et cette norme est beaucoup moins sévère que ce qui existe en Suisse et en Suède). Ceci est un débat fallacieux qui a pour but de donner un faux sentiment de sécurité.. Ce qui inquiète les opposants ce sont les effets biologiques sur les cellules humaines pas les effets thermiques (chaleur). Ce n’est pas parce qu’une fréquence est faible qu’elle n’est pas nocive. Il suffit de perturber légèrement la fréquence électrique du corps humain pour déclencher un problème. Ceci peut être fait plus facilement avec des ultra basses fréquences (UBF) qu’avec des niveaux élevées. Ce qui a été abondamment démontré dans des études primaires ou des études épidémiologiques par Robert Becker, Nancy Wertheimer, Ross Adey et plusieurs autres dans le dossier des lignes haute tension qui émettent des champs électromagnétiques,

    Nous aimerions voir des études concrètes basées sur des données primaires. Ou des résultats basés sur des études épidémiologiques faite sur des cobayes dont les résultats peuvent être extrapolés sur l’espèce humaine.

    De plus, si tout le monde se prévaudrait de l’option de retrait, le réseau maillé ne pourrait pas être fonctionnel puisque les compteurs intelligents communiquent entre eux. Il faut comprendre qu’il s’agit bien d’un réseau informatique ou tous les foyers sont branchés simultanément (ingérence dans la vie privée).

    En définitive, je félicite le maire de la municipalité de l’Assomption Jean-Claude Gingras, qui a le courage et l’audace de se lever debout et de prendre les moyens pour protéger la population de sa ville. Je l’encourage à demander une injonction et de poursuivre Hydro-Québec si nécessaire pour faire respecter le droit à la santé et à la vie privée de ses citoyens. J’invite la population de l’Assomption à soutenir M. Gingras et à autoriser le financement des recours judiciaires nécessaires à même les finances de la ville pour obtenir gain de cause dans cette situation qui contrevient à la charte québécoise des droits et liberté dont les articles 1 et 5 :

  7. Brigitte Blais dit :

    Le site de Santé Canada est ERRONÉ. Il dit : « Des mesures prises démontrent que les compteurs intelligents transmettent des données en rafales et n’émet pas d’énergie RF en dehors de celles-ci. « . Or, même Hydro-Québec a admis que les compteurs continuent à émettre des ondes pulsées entre chaque transmissions. Ainsi, c’est de 2 000 à 3000 pulsions par jour (exposition continue) qu’émettent les compteurs, soit à chaque 30 secondes en moyenne.

    Si Santé Canada croit que les compteurs dorment entre chaque transmission, on comprend pourquoi ils ont accepté la technologie.

    Ceux d’Hydro-Ontario sont-ils différents ? Peut-être.

  8. Jonathan dit :

    Encore un super article qui est majoritairement en faveur du projet de Hydro-Québec. Si vous désirez voir l’autre coté de la médaille, les vrais informations, avec les explications et multiples sources sur les nouvelles études en la matière, et également savoir comment protéger votre santé, votre sécurité et votre capacité de payer, visiter http://www.jegardemoncompteur.com !

    La vérité mise à jour une fois pour toute ! Soyons maître chez nous !

    • Marc-André Gaudreault dit :

      La vérité est malheureusement propre à chacun. J’ai été fouiller sur ce site : Jegardemoncompteur.com et ça semble de la vrai propagande. Il est important selon moi de filtrer ses sources d’informations et de porter un jugement éclairé, surtout sur internet où l’information vire souvent à la désinformation. Le rayonnement non-ionisant n’a pas la puissance nécessaire pour affecter la santé, la puissance qu’il transmet par sa faible fréquence est inoffensif.