Photo Credit: PC / Muhammed Muheisen

Noirs et Autochtones surreprésentés dans les prisons canadiennes

Share

Tendances inquiétantes qui soulèvent des questions sur l’égalité de la justice au Canada.

Selon le rapport annuel du Bureau de l’enquêteur correctionnel, les minorités visibles et les membres des Premières Nations sont surreprésentés dans le milieu carcéral canadien.

La population carcérale d’origine autochtone a augmenté de 46,4 % au cours des 10 dernières années pendant que les membres des minorités visibles – les Noirs, les Asiatiques et les Hispaniques – ont vu leur nombre exploser de 75 %!

Le nombre de Noirs représente maintenant en fait près de 10 % de la population carcérale canadienne alors qu’ils représentent moins de 3 % de la population civile.

La situation est similaire chez les Autochtones, qui représentent 23 % des détenus fédéraux alors qu’ils ne constituent que 4,3 % de la population canadienne. La situation est encore pire chez les femmes autochtones, qui constituent le tiers de la population féminine du système carcéral au Canada.

Le sort des Amérindiens canadiens serait pire que celui des prisonniers noirs américains

Nous nous rapprochons ainsi du modèle américain : aux États-Unis, 37 % de tous les prisonniers sont des hommes de la minorité noire, une minorité qui ne forme que 13 % de la population.

  • Les accusés autochtones au Canada risquent davantage de ne pas obtenir la liberté sous caution.
  • Les accusés autochtones sont détenus plus longtemps avant leur procès.
  • Les accusés autochtones plaident souvent coupables parce qu’ils sont intimidés par la cour et souhaitent que les procédures prennent fin rapidement.
  • Les Aînés autochtones, qui sont aussi des chefs spirituels, ne bénéficient pas du même statut que les prêtres et les aumôniers dans les établissements.
L'incarcération d'un détenu (hommes et femmes) condamné à une peine de deux ans ou plus coûtait en moyenne 113 974 $ par année au Canada en 2009-2010.
L’incarcération d’un détenu (hommes et femmes) condamné à une peine de deux ans ou plus coûtait en moyenne 113 974 $ par année au Canada en 2009-2010. © iStockphoto

Les Amérindiens canadiens ont soif de plus de justice devant les cours et dans les prisons

Nos Amérindiens se disent profondément désavantagés par un système de justice qui leur semble étranger et inaccessible et qui fait preuve d’un racisme flagrant et systémique.

Les Autochtones canadiens sont non seulement surreprésentés dans le système correctionnel canadien, mais ils sont aussi sous-représentés dans le système judiciaire au niveau de la composition des jurys par exemple.

Grâce à un dialogue constant avec les différents niveaux de gouvernement, les collectivités autochtones du Canada ont graduellement commencé depuis 20 ans à examiner la possibilité d’administrer certaines composantes du système de justice pénale.

Le saviez-vous?

La situation des prisonniers noirs canadiens

  • Non seulement les Noirs sont surreprésentés dans le milieu carcéral en général, mais la discrimination se poursuit une fois derrière les barreaux.
  • Selon le rapport annuel du Bureau de l’enquêteur correctionnel, déposé au Parlement en novembre dernier, les prisonniers noirs sont surreprésentés dans les milieux à sécurité maximale et en isolement.
  • Ils font également l’objet de plus d’accusations d’infractions disciplinaires et ils sont plus susceptibles d’être impliqués dans des incidents où il y a un recours à la force.
  • Le rapport souligne qu’un comportement discriminatoire et des attitudes préjudiciables envers les détenus de race noire sont monnaie courante de la part de certains agents du Service correctionnel du Canada.

Liens externes

Surreprésentation autochtone dans les prisons… – Radio-Canada

Les services correctionnels pour autochtones au Canada – Gouvernement du Canada

Justice pour les Autochtones – Télévision française de l’Ontario 

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Autochtones, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*