Les consommateurs canadiens sont loin d’être les seuls touchés. Alors que le marché mondial des médicaments progresse en moyenne de 5 % chaque année, la production peine à suivre, provoquant des tensions d’approvisionnement un peu partout dans le monde.

Les consommateurs canadiens sont loin d’être les seuls touchés. Alors que le marché mondial des médicaments progresse en moyenne de 5 % chaque année, la production peine à suivre, provoquant des tensions d’approvisionnement un peu partout dans le monde.
Photo Credit: iStockphoto

Pénuries chroniques de médicaments au Canada

Share

La mort pendrait au bout du nez d’un nombre croissant de malades canadiens

Le quotidien LaPresse alertait les Montréalais en début de semaine : il y a une pénurie potentiellement mortelle de plusieurs médicaments au Québec.

Dans les faits, les premiers cris d’alarme ont été sonnés il y a déjà deux ans par différents regroupements de pharmaciens canadiens.

De plus en plus, ces pharmaciens voient des clients repartir les mains vides parce qu’ils n’ont pas le bon médicament sur leurs étagères ou parce que les médicaments de substitutions auraient des effets secondaires différents et dangereux.

Une enquête présentée au congrès de la Société américaine d’oncologie clinique et réalisée auprès de 250 oncologistes et hématologistes a révélé que 80 % des médecins traitants des cancers ont dû faire face à des pénuries entre mars et septembre 2012.
Une enquête présentée au congrès de la Société américaine d’oncologie clinique et réalisée auprès de 250 oncologistes et hématologistes a révélé que 80 % des médecins traitants des cancers ont dû faire face à des pénuries entre mars et septembre 2012. © iStockphoto

Les pharmaciens et les médecins, seuls avec leurs patients, font face à la tempête

Chaque jour, les pharmaciens doivent composer avec des pénuries de médicaments. Mais, ils affirment ne plus être capables de faire face seuls à ces pénuries. Pour une deuxième fois en trois ans, ils lancent une campagne de sensibilisation populaire ainsi qu’une offensive politique pour que le gouvernement canadien s’attaque aux racines de cette crise.

Le problème de la pénurie est complexe, car les causes sont variées et touchent aussi plusieurs autres grandes nations industrialisées.  Le problème à la base est en bonne partie liée à certaines pratiques commerciales en Asie.

ÉCOUTEZ NOTRE REPORTAGE

Écoutez

Le saviez-vous?
Ce que disent les pharmaciens canadiens

  • 78 % des pharmaciens indiquaient avoir eu du mal à obtenir ou à prescrire des médicaments durant leur dernier quart de travail et 94 % durant la semaine précédente.
  • 34 % des pharmaciens affirmaient avoir observé des pénuries de médicaments durant en moyenne de 1 à 3 mois.
  • 10 % des médecins eux affirmaient qu’une pénurie typique d’un certain médicament durait dans les faits plus de 7 mois.
Une pharmacienne à Port Moody sur la côte ouest du Canada. En 2012, 78 % des pharmaciens au pays indiquaient avoir eu du mal à obtenir ou à prescrire des médicaments durant leur dernier quart de travail et 94 % durant la semaine précédente.
Une pharmacienne à Port Moody sur la côte ouest du Canada. En 2012, 78 % des pharmaciens au pays indiquaient avoir eu du mal à obtenir ou à prescrire des médicaments durant leur dernier quart de travail et 94 % durant la semaine précédente. © PC/Darryl Dyck

Un préavis d’au moins un an de la part des compagnies pharmaceutiques

Parmi les recommandations que font les pharmaciens, il y a celle qui demande à l’État de légiférer pour obliger les entreprises pharmaceutiques qui veulent vendre leurs médicaments au Canada de fournir un préavis d’au moins un an si elles prévoient arrêter la production de certains médicaments.

Le NPD, le parti de l’opposition officielle au Canada, demande la divulgation obligatoire par les compagnies des pénuries de médicaments et a présenté en ce sens il y a quelques mois le projet de loi C-523.

Le NPD proposait aussi que le Canada détermine une liste de médicaments essentiels pour lesquels l’industrie devrait constituer un stock de sécurité de six mois. Ce projet de loi a toutefois été battu par le gouvernement canadien la semaine dernière, avant sa 2e lecture au Parlement.

Liens externes

Pénurie de médicaments: « Une catastrophe nous pend au bout du nez » – LaPresse

Pour aider à réduire les conséquences des pénuries de médicaments – Gouvernement du Canada

Médicaments : Autre rupture de stock chez Sandoz – Journal de Montréal 

Pressions politiques pour trouver une solution à la pénurie de médicaments.  Radio-Canada

.

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : International, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*