Un pétrolier sur les côte de la Colombie-Briannique.

Un pétrolier sur les côte de la Colombie-Briannique.
Photo Credit: Radio-Canada

Profiter de la crise ukrainienne pour vendre à l’Europe le pétrole de l’Ouest canadien

Une crise politique qui pourrait se changer en bonne occasion d’affaire pour le Canada?

En visite en Allemagne, Stephen Harper a réitéré mercredi que le Canada pourrait aider les Allemands dans le cas d’une crise énergétique si l’Occident imposait des sanctions visant le secteur énergétique russe.

Stephen Harper estime que le Canada pense pourrait profiter de la situation ukrainienne pour vendre aux Européens un accès au pétrole et au gaz naturel de l’Ouest canadien.

Le premier ministre Stephen Harper est accueilli par la chancelière Angela Merkel.

Le premier ministre Stephen Harper est accueilli par la chancelière Angela Merkel. © PC/Sean Kilpatrick

Le ministre de l’Énergie du Canada se verra confier une nouvelle mission

Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, affirme que l’hypothèse d’un approvisionnement canadien en Europe prend davantage forme alors que la récente annexion de la Crimée à la Russie incite l’Europe à prendre ses distances avec la Russie, son principal fournisseur de pétrole et de gaz naturel.

Angela Merkel a déjà fait remarquer que son pays, qui importe 35 % de son énergie de la Russie, est intéressé à importer de l’énergie du Canada, mais à la condition que les deux pays puissent s’échanger ses ressources grâce à l’existence d’infrastructures appropriées.

John Baird a ainsi insisté jeudi, dans son point de presse depuis Ottawa, sur le fait qu’il faut songer à accélérer la construction de telles infrastructures. Ces projets pourraient toutefois se heurtes à la sensibilité des électeurs canadiens qui ont ralenti depuis deux la construction de plusieurs nouvelles infrastructures proposées par le gouvernement de Stephen Harper.

Aide-mémoire…

  • 40 % du gaz naturel consommé sur en Euriope provient de la Russie et transite par l’Ukraine, ce qui augmente la nervosité politique par rapport à la crise ukrainienne de pays comme la France ou l’Europe.
  • Le sous-sol canadien renferme les troisièmes réserves mondiales de pétrole au monde.
Le ministre John Baird rencontre l'ambassadeur ukrainien au Canada, Vadym Prystaiko, le 4 mars 2014.

Le ministre John Baird rencontre l’ambassadeur ukrainien au Canada, Vadym Prystaiko. © PC/FRED CHARTRAND

Un autre ministre important du Canada place ces mains en porte-voix

Depuis l’Europe, le ministre canadien de l’Industrie, James Moore, a fait écho aux propos du chef de la diplomatie, John Baird : « À la lumière de nos rencontres avec la Corée du Sud, la Jordanie, Israël et ici, en Allemagne et aux Pays-Bas (…) ce sont cinq marchés internationaux très différents, mais qui nous ont tous demandé, parmi leurs premières questions, de leur parler du développement de nos ressources naturelles et de notre politique en matière d’énergie. »

Le saviez-vous?
Difficile d’exporter le pétrole « sale » du Canada

  • La réputation du pétrole extrait des sables bitumineux de la province de l’Alberta est très entachée.
  • La dernière « tuile » à lui être tombé sur la tête au mois de mai 2013 était le projet européen de directive sur la qualité des carburants qui classe désormais le pétrole albertain parmi les carburants les plus « sales » de la planète.
  • Plusieurs groupes environnementaux affirment que le gouvernement canadien maquille la vérité au sujet de la pollution causée par l’extraction du pétrole des sables bitumineux de la province de l’Alberta. Des scientifiques protestent contre l’affirmation selon laquelle le Canada a réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 26 % depuis 1990, alors qu’elles auraient en fait plus que triplé entre 1990 et 2011.
  • Ce débat sur le bien-fondé ou non des données fournies par le gouvernement canadien surgit alors qu’on reproche à ce dernier d’avoir congédié ou muselé des dizaines de fonctionnaires scientifiques s’occupant de questions environnementales.
Stephen Harper a rencontré la chancelière allemande Angela Merkel. Ils se sont rencontrés à Berlin pour discuter principalement de la crise ukrainienne et dénoncer l'annexion de la Crimée par la Russie. Le reportage de Manon Globensky.

Liens externes

Stephen Harper imagine mal un retour de la Russie au G8 – Huffington Post

Visite éclair de Stephen Harper en Allemagne – LaPresse

Poutine préfère être un rival, estime Harper – Métro

Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

3 comments on “Profiter de la crise ukrainienne pour vendre à l’Europe le pétrole de l’Ouest canadien
  1. Alban dit :

    Le Canada est du mauvais côté dans a crise ukrainienne. Nous ne l’exhortons pas non plus à pencher en faveur de la Russie, puisque dans les affaires d’État, personne n’est « blanc » sur la terre vu les intérêts géostratégiques, géopolitiques, etc. Mais, bien que le Canada aie besoin d’assurer ses lendemains, il serait intéressant que ceci ne se fasse point au détriment de sa belle réputation et son honneur. Il n’est pas obligé de se comporter comme certains qui dépendent de leurs pré carrés (le Canada est naturellement riche) ou comme d’autres qui redoutent la perte de leur hégémonie planétaire (le Canada n’en a que faire). Alors nous, amoureux de la nation canadienne sous sa forme originale, prions Dieu que le pays redevienne rapidement lucide et lui-même puis qu’il le reste. Disons un pays noble, c’est-à-dire neutre sinon arbitre équitable fasse aux actions machiavéliques de ce monde qui tend inexorablement à sa perte, selon l’Éternel Dieu, que le Canada prétend connaître (sans toutefois le craindre).

  2. N'go Albn Dodo dit :

    Voici deux idéologies mondaines: 1)Le malheur des uns fait le bonheur des autres; 2)Solidarité dans le mal.
    De ces deux « idéaux », j’ignore quelle est la logique du Canada mais chose certaine, c’est que s’il ne se situe pas à la fois dans les deux, c’est qu’il est dans la logique 2. Tout compte fais, il n’est pas impartial dans cette crise qui oppose la Russie à l’Occident via l’Ukraine. Et malheureusement, c’est un arbitre désormais vulgaire et corrompu, un charognard qui est entré depuis un temps, dans le cercle des impérialistes et oppresseurs. Le Canada, jadis havre de paix, gage et défenseur assez sincère des droits des faibles ou des hommes, est en train de basculer dangereusement dans l’indignité.

  3. agide dit :

    E’ proprio vero che gli affari non guardano in faccia a nessuno! Ed è altrettanto vero che mentre ci sono popolazioni che soffrono, alle loro spalle c’è chi si prepara a fare affari. Il Canada si prepara a vendere petrolio all’Ucraina? Ora che in quel paese a dettare leggi cominciano ad essere il FMI e la BM, il Canada può farlo, così come gli Usa potranno esportare il loro gas ed i loro armamenti! E’ la legge del mercato, ma del mercato capitalista! Che schifo!