Des partisans du oui à Glasgow.

Des partisans du oui à Glasgow.
Photo Credit: ? Dylan Martinez / Reuters

Des indépendantistes québécois sont entre l’arbre et l’Écosse

Share

Des indépendantistes québécois sont un peu partout ces jours-ci en Écosse, car ils espèrent y tirer l’inspiration nécessaire au succès de leur propre démarche référendaire. Plusieurs se sont déplacés en Écosse où se tient jeudi le fameux vote référendaire.

Comme d’autres citoyens du monde, ils retiennent leurs souffles en attente des résultats qui seront probablement connus ce soir vers minuit, à l’heure de Montréal. Ces derniers jours pourtant, ces Québécois exprimaient leur plaisir de voir progresser de manière spectaculaire le camp du oui.

Un exemple de mobilisation populaire

Il serait une cinquantaine de Québécois qui arpentent les rues du centre-ville d’Édimbourg en ce moment avec pour mission de comprendre les pratiques militantes des Écossais qui sont partisans du oui.

Ce qui les frappe c’est le degré de « décentralisation » de cette campagne où des groupes d’immigrants, de femmes, d’agriculteurs par exemple reprennent à leur compte les arguments des politiciens professionnels en faveur d’une séparation de l’Écosse.

La démarche écossaise vient rappeler à ces Québécois qu’il demeure possible selon eux en 2014 de parler sérieusement de l’indépendance d’un pays. Trois députés du PQ (Parti québécois) ont aussi fait ce voyage en Écosse.

Des électeurs se rendent dans un bureau de vote de Pitlochry.
Des électeurs se rendent dans un bureau de vote de Pitlochry. © Russell Cheyne / Reuters

Ce que disent les plus récents sondages

Les derniers sondages donnent le non-vainqueur à 52 % ou 53 %. Le suspense est d’autant plus grand sur l’issue de cette consultation référendaire qu’environ 600 000 électeurs affirmaient être indécis seulement quelques heures avant de se rendre dans l’isoloir.

De l’étranger, des appels à l’unité se sont aussi fait entendre. Le président américain Barak Obama a écrit sur Twitter que « le Royaume-Uni est un partenaire extraordinaire pour l’Amérique et une force pour le bien dans un monde instable ».

L'ancien Premier ministre du Royaume-Uni, Gordon Brown. a prévenu que l'indépendance était « un piège duquel nous risquons de ne jamais pouvoir échapper ». C'est « un champ de mines économique où l'on risque d'exploser à tout moment ».
L’ancien Premier ministre du Royaume-Uni, Gordon Brown. a prévenu que l’indépendance était « un piège duquel nous risquons de ne jamais pouvoir échapper ». C’est « un champ de mines économique où l’on risque d’exploser à tout moment ». © Dylan Martinez / Reuters

Un voyage nostalgique en Écosse pour plusieurs de ces Québécois

Dans les années 1970, René Lévesque qui était alors premier ministre du Québec s’était rendu en Écosse pour expliquer la démarche des Québécois. L’affaire culmina en deux référendums, celui de 1980 et celui de 1995. Tous deux ont été remportés par le camp du non, mais avec une marge très faible la dernière fois soit 49,4 % contre 50,6 %.

Mais depuis qu’ils ont perdu le pouvoir en avril dernier les partisans de l’indépendance du Québec rallier pour la plupart sous la bannière du Parti québécois semblent avoir perdu leurs appuis populaires.

Le premier ministre du Québec René Lévesque au Centre Paul-Sauvé à Montréal le soir de la défaite du référendum de 1980.
Le premier ministre du Québec René Lévesque au Centre Paul-Sauvé à Montréal le soir de la défaite du référendum de 1980. © PC/Jacques Nadeau

Aide-mémoire…
Deux Québécois sur trois ne veulent pas de référendum sur la souveraineté du Québec.

  • Selon un sondage publié le printemps dernier par le quotidien montréalais La Presse, 64 % des Québécois ne désirent pas la tenue d’un nouveau référendum. sur l’indépendance du Québec.
  • Quand on leur demande s’ils croient qu’un gouvernement Marois majoritaire tiendrait un référendum dans son mandat, 67 % des gens, encore les deux tiers, s’en disent persuadés.
  • 38 % des Québécois disaient dans ce sondage qu’ils voteraient «oui» si on leur demandait s’ils voulaient «que le Québec devienne un pays souverain».
Notre journaliste Raymond Saint-Pierre est en Écosse

Liens externes

L’avenir de l’Écosse entre les mains des électeurs – Radio-Canada

Le camp souverainiste est devant un « champ de ruines » – Radio-Canada 

Les indépendantistes québécois à l’école de l’Écosse – Huffington Post 

Nos articles récents

L'Écosse entre le oui et le non
Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*