Des représentants des Premières Nations manifestent leur opposition au projet d'oléoduc Keystone XL à Washington.

Des représentants des Premières Nations manifestent leur opposition au projet d'oléoduc Keystone XL à Washington.
Photo Credit: Manuel Balce Ceneta/AP

Projet de pipeline : le Canada se voit fermer le robinet par une seule voix au Sénat américain

Share

Une défaite pour le gouvernement canadien qui devra attendre un autre vote en 2015.

Le projet d’oléoduc Keystone XL qui transporterait du pétrole canadien vers les États-Unis vient d’être bloqué au Sénat américain, mardi soir, à Washington par une seule voix. 59 sénateurs ont voté en faveur et 41 étaient contre.

Les 45 républicains du Sénat ont donc tous voté en faveur de la loi. Ils n’ont pu rallier cependant que 14 sénateurs démocrates et indépendants à leur cause.

Une bataille qui est perdue, mais ce n’est qu’une partie remise selon les Républicains

Ce revers est d’autant plus frustrant pour le secteur pétrolier canadien et la classe politique dirigeante à Ottawa dans la mesure ou la Chambre américaine des représentants avait elle adopté le projet vendredi dernier.

Mais les républicains promettent déjà de ramener sur le tapis du Congrés une nouvelle fois un projet de loi favorable à la construction du pipeline canadien dès qu’ils prendront le contrôle des deux chambres du Congrès en janvier.

Barack Obama avait laissé savoir il y a quelques jours pourtant qu’il pourrait au final apposer son véto présidentiel au projet Keystone.

Aide-mémoire…

  • Le projet de Keystone XL de l’entreprise TransCanada prévoit la construction d’un nouveau tronçon d’oléoduc de 1900 kilomètres.
  • Le projet de loi 2280 aurait autorisé la compagnie albertaine TransCanada Corp à construire, à relier, à exploiter et à entretenir le pipeline et toutes les installations transfrontalières s’y rattachant pour transporter le pétrole des célèbres sables bitumineux de l’Alberta vers des raffineries de la côte du golfe du Mexique.
    Keystone XL

La classe politique dirigeante canadienne se dit « déçue »

Le Canada a officiellement exprimé sa déception hier soir en affirmant que la politique des États-Unis continue de retarder une décision favorable dans le projet Keystone, selon les mots utilisés par le ministre des Ressources naturelles du Canada Greg Rickford dans un communiqué.

« Ce projet créera des emplois, la prospérité économique à long terme, la sécurité énergétique et de gérance de l’environnement des deux côtés de notre frontière commune », a déclaré Rickford.

Le pipeline a « un fort soutien public » et est « écologique », a-t-il fait valoir, ajoutant qu’il serait de remplacer les sources d’insécurité de pétrole brut.

Il affirme aussi que le pétrole canadien est une source d’approvisionnement plus fiable que celui du Venezuela et que l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre sera plus grande si le projet tombe à l’eau que s’il se réalise, citant des chiffres de l’administration Obama.

Au lendemain des élections de mi-mandat, le président Obama s'adressait à la presse. Le président Obama estime que le projet de 5,3 milliards de dollars ne générerait pas une pléthore d'emplois aux États-Unis - à l'exception de sa phase de construction - et qu'il ne permettrait pas de diminuer le prix de l'essence à la pompe pour les Américains puisque le pétrole serait majoritairement exporté.
Au lendemain des élections de mi-mandat, le président Obama s’adressait à la presse le 7 novembre dernier. Le président Obama estime que le projet de 5,3 milliards de dollars ne générerait pas une pléthore d’emplois aux États-Unis – à l’exception de sa phase de construction – et qu’il ne permettrait pas de diminuer le prix de l’essence à la pompe pour les Américains puisque le pétrole serait majoritairement exporté. © GI/Getty Images/Mark Wilson

Réactions en Alberta, au pays de l’or noir canadien

Celui qui dirige les destinées politiques de la province de l’Alberta d’où proviendrait le pétrole acheminé par pipeline, le premier ministre Jim Prentice, s’est dit déçu par cet échec qu’il ne juge cependant que temporaire.

« Je suis certain que le processus se poursuivra à ce moment-là en janvier, » a-t-il dit, notant que le Sénat sera plus fortement républicain.

Le président et chef de la direction de TransCanada, Russ Girling, a déclaré que le vote a montré « un niveau croissant et élevé de soutien » pour le pipeline entre les responsables politiques américains.

« Nous allons continuer à pousser le projet en faisant la preuve de ses avantages pour l’Amérique, » a-t-il dit dans une déclaration écrite.

TransCanada affirme que la construction du pipeline favoriserait la création de dizaines de milliers d’emplois aux États-Unis.

Le PDG de TransCanada, Russ Girling, lors d'une conférence de presse à l'Association américaine des manufacturiers, à Washington, le 7 octobre
Le PDG de TransCanada, Russ Girling, lors d’une conférence de presse à l’Association américaine des manufacturiers, à Washington, le 7 octobre 2011. © PC/AP/Jacquelyn Martin
Le projet de pipeline Keystone XL ne parvient pas à obtenir les appuis nécessaires au Sénat américain.

Liens externes

Le projet Keystone XL échoue par une voix au Sénat américain – Radio-Canada 

Keystone XL pipeline bill rejected by U.S. Senate – CBC News 

Nos articles récents

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, Environnement, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*