Vivre avec un handicap à l'ère du 2.0

Travailler avec un handicap à l'ère du 2.0 est pourtant plus facile que jamais.
Photo Credit: IS / egeeksen

Moins de la moitié des deux millions de Canadiens ayant un handicap ont un emploi

Share

En 2011, 49 pour cent des Canadiens âgés de 25 à 64 et handicapés était au travail comparé à un taux de placement de 79 % parmi la population générale en âge de travailler.

Les données de Statistique Canada, notre agence nationale de la statistique, indiquent que les Canadiens handicapés trouvent qu’il est toujours beaucoup plus difficile aujourd’hui pour eux de trouver un emploi. Même ceux qui ont décroché un travail gagnent beaucoup moins que les autres Canadiens.

Le rapport de l’agence de statistique national publié mercredi coïncidait avec la Journée internationale des personnes handicapées, une journée sanctionnée par l’ONU pour sensibiliser les citoyens aux sorts des personnes handicapées.

« Les Canadiens handicapés comprennent tous ceux qui ont un handicap physique ou mental lié à vue, l’ouïe, la mobilité, la souplesse, la dextérité, la douleur, l’apprentissage, le développement, les troubles psychologiques, mentaux ou de la mémoire », explique l’agence.

Environ deux millions de personnes à travers le Canada tombent dans cette catégorie – environ 11 % de la population totale du Canada pour ce groupe d’âge.

D’une manière générale, plus l’incapacité est sévère, moins un individu obtiendra travail.

Les Canadiens avec une incapacité légère ont un taux d’emploi de 68 pour cent. Celles avec une incapacité modérée travaillent dans 54 % des cas. Mais ceux qui ont un handicap grave ou sévère ne travaillent que dans 42 % à 26 % des cas.

Parmi ceux qui ont une incapacité sévère ou très sévère et moins d’un diplôme d’études secondaires, le taux d’emploi était que de 20 pour cent. Cela se compare à un taux d’emploi de 65 % chez les Canadiens non handicapés qui n’ont pas terminé leurs études secondaires.

Le saviez-vous?

L’éducation au Canada fait une différence

  • Les personnes handicapées ayant un diplôme universitaire semblent augmenter leurs chances de trouver un emploi.
  • Léducation est clairement un facteur d’employabilité dans tous les groupes, et les chiffres suggèrent que c’est particulièrement vrai pour les Canadiens handicapés.
  • Les taux d’emploi pour les diplômés universitaires ayant une incapacité légère, modérée et sévère ne sont pas loin de celui des personnes sans incapacité – les taux pour toutes les catégories se situent entre 77 et 83 pour cent.
  • Mais le taux d’emploi des diplômés avec une incapacité très sévère est inférieur à 59 pour cent.

Tout est possible à l’ère numérique

Diane Bergeron, directrice nationale des relations gouvernementales a l’INCA (l’Institut national canadien des aveugles), estime que le principal problème des personnes ayant de problèmes de vision est le fait qu’elles soient vues comme des personnes qui ne peuvent pas faire le travail, ou que le lieu de travail devra être transforme a grand frais pour les accueillir.

« Les gens pensent que si je n’ai pas mes yeux, je ne pourrai pas faire tout le travail comme utiliser l’ordinateur ou lire des fichiers. Mais ce qu’ils ne pensent pas c’est qu’il y a des d’ordinateurs parlants – la technologie a ouvert le monde de nous faire participer. »

« Les employeurs me disent toujours que leur employé idéal a des compétences comme la réflexion stratégique, la résolution de problèmes, le dynamisme et la passion », dit-elle. Ce sont les types de compétences que les personnes aveugles ont en abondance, car elles ont besoin de les utiliser pour faire innombrables tâches quotidiennes que les personnes voyantes n’imaginent même pas.

Diane Bergeron est non-voyante, mais passionnée de mode
Diane Bergeron est non-voyante, mais passionnée de mode

Moins d’argent a la fin du mois

Peut-être plus troublant, les personnes handicapées gagnent souvent beaucoup moins que les autres Canadiens sans handicap – même lorsqu’effectuant un travail similaire.

Les hommes handicapés et qui ont des diplômes universitaires et en année pleine, le travail à temps plein gagnaient en moyenne 69 200 $ en 2011, comparativement à 92 700 $ pour les hommes sans handicap.

Les chiffres ont montré la même tendance pour les femmes, bien que l’écart était plus faible.

Parmi les femmes diplômées universitaires travaillant à temps plein, le revenu d’emploi pour les personnes handicapées était en moyenne de 64 500 $.

Plus de détails

Less than half of Canadian adults with disabilities have jobs – CBC News

Nos articles récents

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Internet et technologies, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*