Image de « Champ », le présumé monstre marin américano-canadien du lac Champlain.

Image de « Champ », le présumé monstre marin américano-canadien du lac Champlain.
Crédit photo : YouTube

Où se cacherait le monstre du Loch Ness canadien?

220px-Champlainmap_fr.svgAvec ses nombreux fjords, lacs, et rivières, le Canada n’échappe pas aux histoires de monstre marins fantastiques. Mais il y a un prétendu monstre que les Canadiens doivent partager avec les Américains. On pourrait le surnommer le monstre du Loch Ness canado-américain.

La créature lacustre « Champ » dont on soupçonne l’existence depuis plus de deux siècles se cacherait donc dans le lac Champlain qui se trouve à la frontière entre les États américains du Vermont et de New York, et la province canadienne du Québec.

Ce lac géant aux nombreuses îles et presqu’îles de 200 km de longueur possède près de 1000 km de rives et mesure à son plus profond, 400 pieds ou 121 mètres.

C’est dans ses eaux très fréquentées par les vacanciers l’été que se cacherait selon la thèse la plus en vogue des descendants du plésiosaure qui auraient survécu dans les eaux du lacs depuis sa formation il y a 10 000 ans après le retrait des glaciers.

Mais où se cache donc Champ précisément?

Impossible de répondre scientifiquement pour le moment à cette Bonne Question, car l’existence de ce monstre marin du lac Champlain qui vivrait tant du côté américain que canadien n’a pas encore été confirmée officiellement.

Imaginaire ou réel, Champ est devenu la principale attraction touristique de Port Henry, dans l’État de New York. Dans ce petit village américain situé à la pointe sud du lac Champlain, la bête figure sur les vitrines, les poteaux indicateurs, les T-shirts et les macarons. Il est a Port-Henry ce que son les extra-terrestres à la ville de Rosswell au Nouveau-Mexique.

En 1980, la municipalité de Port Henry a adopté un règlement qui interdit de poursuivre les monstres marins. Toutes les eaux du lac au voisinage de Port Henry sont interdites à quiconque lui ferait du mal ou qui voudrait le poursuivre ou le tuer. Comme s’il avait été encouragé par cette résolution du conseil municipal, le monstre a multiplié ses apparitions dès l’année suivante.

Depuis 1983, Champ et protégé par une loi américaine qui interdit de le chasser. Plus étonnant encore, pour un animal dont l’existence n’a jamais été prouvée, il est aujourd’hui inscrit aux États-Unis sur la liste des animaux menacés…

En général, les descriptions varient: Champ mesurerait entre 4 et 12 mètres (d’où l’hypothèse d’une famille entière de monstres qui habiterait dans le lac),. Champ aurait un cou long et vertical, une peau brun sombre, une tête chevaline, et deux ou trois bosses.

Trois des quatre plus célèbres monstres lacustres canadiens vivent dans les eaux québécoises.
Trois des quatre plus célèbres monstres lacustres canadiens vivent dans les eaux québécoises. © iStock.com

Des monstres marins plein les bras 

Au Canada, ce ne sont pas les monstres lacustres qui manquent. Il y aurait au moins une vingtaine de lacs à travers le pays qui renfermeraient une ou des créatures de ce genre.

Le plus célèbre de ces monstres se trouve dans le lac Okanagan, en Colombie-Britannique. Le monstre marin, Ogopogo, résiderait dans ce lac, une manne touristique pour la population de Kelowna, ville bordant le lac Okanagan. La location de bateaux, de plongeurs et même d’hélicoptères procure à la région un apport financier non négligeable.

Le présumé monstre Ogopogo

Le présumé monstre Ogopogo

Le monstre Memphré serait apparu dans le lac Memphrémagog au Québec il y a des centaines d’années. On raconte que les Amérindiens avaient peur du monstre marin au point de ne pas se baigner dans le lac. En 1957 et en 1958, le ministère des Pêcheries a même délivré un permis de pêche spécial pour les gens qui voulaient capturer le monstre.L’une de ses plus récentes apparitions remonterait à mai 2003, où un résidant des environs de Castle Brook, sur les rives du lac, rapporte avoir aperçu une créature ressemblant à une baleine, « une bête mesurant environ 30 pieds, sans queue apparente ni tête bien définie ».

Le monstre " Memphré" - Archives

Le monstre  » Memphré » – Archives

L’existence présumée de Ponik, le monstre du Lac Pohénégamook, dans le Bas-Saint-Laurent fait l’objet de beaucoup depuis la fin des années 50,ou des images de la créature ont été captées à l’aide d’une caméra professionnelle. On pouvait y voir « une bête avec une bosse sur le dos et deux cornes dorées ». Les apparitions se multiplient ensuite à la suite d’un dynamitage en bordure du lac et plusieurs grands journaux de la province se mettent à parler de ce monstre. En 1957 et en 1958, le ministère des Pêcheries a même jugé pertinent de délivrer un permis de pêche spécial pour les gens qui voulaient capturer Ponik.

Le monstre du lac Pohénégamook - Archives de Radio-Canada

Le monstre du lac Pohénégamook – Archives de Radio-Canada

En complément d’information, nous discutons avec un auditeur du Cameroun d’une présence mystérieuse qui se cache dans certaines eaux et lacs au Canada.

Écoutez

Allez! Posez-moi une question sur le Canada : Stéphane.parent@radio-canada.ca

column-banner-stephen

Mots-clés : , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Bonne Question, Insolite

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Où se cacherait le monstre du Loch Ness canadien?
  1. Agide Melloni dit :

    La storia -e le storie- dei mostri marini continua ad affascinare tante persone! Però è giusto chiedersi se non sia arrivato il momento di « smontare » queste notizie di presunti avvistamenti lasciando che sia la scienza e la ricerca a risolvere il problema. E mi pare che studiosi e scienziati siano molto dubbiosi che un simile animale possa esistere e proliferare.
    Forse siamo noi umani che abbiamo ancora bisogno di favole per sfuggire a questo mondo troppo reale e brutale!

  2. G.Duquette dit :

    La photo de la page principale du site de Ici Radio-Canada est un montage qui a été effectué ce printemps par la municipalité de Pohénégamook pour promouvoir la nouvelle image de marque de la ville.

    Voir cet article à ce sujet : http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2015/05/26/005-pohenegamook-monstre-lac.shtml

    Je ne sais pas mais moi j’écrirais une légende au bas de cette photo ou la changerais.

    Bonne journée.