La connaissance des choses du sexe est trop importante pour être facultative, aux yeux du ministère de l'Éducation.

La connaissance des choses du sexe est trop importante pour être facultative, aux yeux du ministère de l'Éducation.
Photo Credit: IS

Parents québécois forcés d’accepter l’éducation sexuelle en classe

Avis aux parents québécois : contrairement à la récente décision prise en Ontario, au Québec, l’éducation sexuelle sera obligatoire pour tous les élèves.

La province du Québec va-t-elle vraiment éviter les pièges de la réforme ontarienne sur les cours d’éducation sexuelle et la vague de protestation parentale déclenchée au printemps dernier dans cette autre province du pays?

La question reste en suspend alors que le ministre de l’Éducation du Québec a choisi la période du retour en classe, la période de l’année la plus occupée pour les parents, pour dévoiler les détails entourant son projet pilote d’éducation sexuelle pour les enfants du primaire et du secondaire.

L’approche du ministre pourrait être comparée à celle de la main de fer dans un gant de velours. La formation des élèves est obligatoire et contrairement au volte-face récent en Ontario aucune exemption n’est prévue au Québec pour motif religieux. Par contre, les enseignants eux pourront bénéficier d’une plus grande latitude sur comment ils délivreront leur enseignement.

Pour le moment, les réactions ne semblent pas atteindre le caractère émotif de celles observées en Ontario l’hiver dernier. Selon le ministre québécois de l’Éducation, la majorité des Québécois préféreraient la connaissance à l’ignorance.

Écoutez
François Blais, le ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec
François Blais, le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec. Au terme de son projet pilote, le ministre prévoit qu’un cours obligatoire devrait être offert dans toutes les écoles du Québec et à tous les élèves. © Radio-Canada

Le projet pilote en détail

Le nouveau projet pilote québécois commençant cet automne ne prévoit pas de véritables cours d’éducation sexuelle, mais une formation offerte à travers différents cours déjà en place comme ceux de français lorsque l’occasion se présentera.

La formation sera offerte dans une quinzaine d’écoles, privées et publiques, francophones et anglophones, de milieu rural et urbain, de milieu favorisé et non favorisé dans différentes régions du Québec.

La sexualité sera enseignée de la maternelle à la cinquième année du secondaire, à raison de cinq heures par année au primaire et de 15 heures par année au secondaire, en 2015-2016 et 2016-2017.

Les écoles qui le désirent pourront cependant augmenter ce nombre d’heures.

Ce programme, dont bénéficieront 8200 élèves, devrait par la suite être intégré au curriculum des élèves dès 2017.

Le saviez-vous?

Les limites du programme d’éducation sexuelle québécois
Les enfants du primaire ne recevront pas d’apprentissages sur la fellation.
Mais dès la sixième année, les enfants du primaire seront exposés à « l’éveil sexuel » de l’adolescence et seront rassurés quant au « caractère naturel » de certaines manifestations de la puberté comme « les érections spontanées » chez les garçons.
Au secondaire, les jeunes seront plus directement informés. En première année du secondaire, les jeunes âgés pour la plupart de 12 ans, seront invités à se questionner sur les liens entre l’amour par exemple et les relations sexuelles.

Manifestation de l'Assemblée législative provinciale de la province de l'Ontario à Toronto l'hiver dernier contre le nouveau programme d'éducation sexuelle
Manifestation de l’Assemblée législative provinciale de la province de l’Ontario à Toronto l’hiver dernier contre le nouveau programme d’éducation sexuelle. © PC/Darren Calabrese

L’approche ontarienne moin coercitive

En Ontario, en plus des cours d’éducation sexuelle qui ne sont pas obligatoires, les élèves sont aujourd’hui invités à lever la main en classe à tout moment s’ils ont une question.

Le gouvernement d’Ontario (Canada) vient de lancer une nouvelle publicité pour son nouveau programme d’éducation sexuelle. Dans cette publicité on parle aussi du mariage de personnes de même sexe.

Le nouveau programme ontarien tente d’éduquer les enfants sur des sujets tels que les sextos, le respect mutuel et le consentement ainsi que sur divers aspects sur les réalités LGBT.

https://www.youtube.com/watch?v=PYPaOTEHyJg

Sur le même thème…

Réforme de l’éducation sexuelle en Ontario : qu’attend le Québec? – RCI

Chauds débats autour de l’éducation sexuelle à l’école – RCI 

Éducation sexuelle : aucune exemption ne sera tolérée – Radio-Canada 

Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Politique, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Parents québécois forcés d’accepter l’éducation sexuelle en classe
  1. Jean dit :

    Aucune exemption n’est prévue pour motif religieux. Par contre, les enseignants eux pourront bénéficier d’une grande latitude sur comment ils délivreront leur enseignement. En tant que journaliste, vous devriez poser une question importante au ministre ou à ses représentants afin de nous éclaire: les enseignants seront-ils, eux, obligés de donner ce cours et si oui l’adapteront-ils à leur croyance religieuse ou à leurs propres valeurs culturelles?