Kathy Moreland et son fils Austin Layte. Austin est atteint du syndrome de l'alcoolisme foetal. Une nouvelle opportunité de continuer d'étuder se présente à lui.

Kathy Moreland et son fils Austin Layte. Austin est atteint du syndrome de l'alcoolisme foetal. Une nouvelle opportunité de continuer d'étuder se présente à lui.
Photo Credit: (Melanie Ferrier/CBC)

Nouvelle classe pour adolescents atteints des troubles liés à l’alcoolisme fœtal

Share

Pour la plupart des jeunes, la dernière semaine du mois d’août a été la première de la nouvelle année scolaire. Cependant, dans la région de Waterloo, en Ontario, des enfants de 13 ans souffrant de troubles causés par l’alcoolisation fœtale (ETCAF) n’avaient pas pu faire leur rentrée car il n’y avait pas dans la région une classe qui puisse répondre à leurs besoin spécifiques. Bonne nouvelle ; cette semaine une classe s’est ouverte à eux à l’institut Waterloo Collegiate Institute

Austin Layte, 13 ans, se dit content puisqu’il comptera désormais avec le soutien en classe des enseignants et du personnel qui connaissent et comprennent les difficultés d’apprentissage et d’attention auxquelles sont confrontés les personnes atteintes de l’ETCAF. Layte dit que cet appui a révolutionné son expérience d’apprentissage. Maintenant qu’il n’a pas à faire face aux défis de l’apprentissage dans une classe conventionnelle, il a dit qu’il a hâte de poursuivre ses études pour développer des compétences pour la mise en place d’un commerce.  « Je veux apprendre plus de mathématiques »,  a-t-il dit .

Qu’est-ce que l’ETCAF (Ensemble de troubles causés par l’alcoolisation fœtale) 

Il s’agit d’une façon de décrire la gamme des déficiences qui sont causées par l’exposition prénatale à l’alcool. Les diagnostics médicaux de l’ETCAF incluent :

  • Le syndrome d’alcoolisation fœtale
  • Le syndrome d’alcoolisation fœtale partiel
  • Les troubles neurologiques du développement liés à l’alcool

Quels sont les effets de l’ETCAF ?

Selon l’Agence de la santé publique du Canada, l’ETCAF est la principale cause connue de troubles du développement évitables chez les Canadiens. On estime queL’ETCAF touche environ un pour cent de la population canadienne.

L’ETCAF ne se guérit pas et a des répercussions sur les personnes atteintes tout au long de leur vie, ainsi que sur leur famille et sur la société. Ses effets, y compris les anomalies congénitales liées à l’alcool, peuvent varier de bénins à graves et peuvent inclure une gamme de malformations physiques et de lésions au cerveau et au système nerveux central, ainsi que des troubles cognitifs, comportementaux et émotionnels.

Selon les nouvelles directives de consommation d’alcool, il n’y a pas de moment, ni de quantité d’alcool qui soit sans danger pendant la grossesse. 

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Nouvelle classe pour adolescents atteints des troubles liés à l’alcoolisme fœtal»
  1. François Tardif dit :

    L’adjectif qui qualifie le mot « alcoolisme » dans le titre de cet article devrait s’écrire « foetal » et non « foetale ».
    Est-ce qu’il y a des correcteurs responsables de la correction du français écrit dans votre service ? Tout porte à croire que non. C’est inacceptable.