L'ancien ambassadeur canadien en Iran, Kenneth Taylor.

L'ancien ambassadeur canadien en Iran, Kenneth Taylor.
Photo Credit: CBC

Le héros canadien de la crise des otages américains en Iran est mort

Kenneth Taylor, l’ancien diplomate canadien qui avait accueilli six citoyens américains lors de la crise des otages en Iran en 1979 est mort d’un cancer à l’hôpital presbytérien de New York jeudi à l’âge de 81 ans.

« Ceux d’entre nous qui le connaissaient ont perdu un ami, mais les Canadiens ont perdu un vrai héros qui a vécu sa vie au maximum et j’ai été assez chanceux de pouvoir me tenir avec lui », a confié un de ses amis Ralf Lean à La Presse Canadienne.

L’ex-diplomate, né en 1934 à Calgary, était admiré pour avoir hébergé des Américains dans sa résidence et celle de son assistant, John Sheardown, pendant trois mois à Téhéran durant la révolution iranienne en 1979-1980.

Il avait facilité leur évasion en organisant l’achat des billets d’avion et en convainquant le gouvernement canadien de leur délivrer de faux passeports.

L'ancien ambassadeur canadien Kenneth Taylor, en compagnie du président américain Ronald Reagan. (Source: archive de Radio-Canada)

L’ancien ambassadeur canadien Kenneth Taylor, en compagnie du président américain Ronald Reagan. (Source: archive de Radio-Canada)

L’opération clandestine avait été appuyée à l’époque au Canada par le gouvernement progressiste-conservateur de Joe Clark. Dans un message publié sur son compte Twitter, jeudi, M. Clark a rendu hommage à ce « héros canadien » et à « un ami précieux ».

Kenneth Taylor s’était publiquement opposé au gouvernement conservateur actuel de Stephen Harper, qui avait décidé de fermer l’ambassade du Canada à Téhéran en 2012 et de rompre les relations avec la République islamique. Selon lui, le Canada fermait ses yeux et ses oreilles à un pays qui avait besoin d’être surveillé. « En tant que diplomate, je crois qu’on ne doit jamais lâcher », avait-il déclaré.

Aide-mémoire
Le rôle de Ken Taylor avait été en partie exposé aux cinéphiles du monde entier récemment dans le film hollywoodien « Argo », mettant en vedette Ben Affleck, qui a remporté l’Oscar du meilleur film en 2013.
Ken Taylor avait pourtant vertement critiqué le film et avec raison pour avoir complètement minimisé le rôle du Canada dans cette affaire et en augmentant l’importance des actions de la CIA.
En 2013, le festival torontois des films du monde avait présenté en outre le documentaire « Our Man in Tehran » (« Notre homme à Téhéran » en français) sur la vie de M. Taylor.
LISEZ : Le Canadien Ken Taylor espionnait pour la CIA – L’actualité

L'ancien ambassadeur canadien en Iran, Kenneth Taylor, lors de la première du film «Argo»
L’ancien ambassadeur canadien en Iran, Kenneth Taylor, lors de la première du film «Argo» © Cliff Owen

Le rôle joué par Kenneth Taylor lors de la crise en Iran en 1979

Sur le même thème…

Accord nucléaire avec l’Iran : le Canada reste sur ses gardes et maintient l’embargo – RCI 

Les messages prodémocratiques canadiens captiveraient les internautes iraniens – RCI 

Le Canada prévient l’ONU de ne pas se laisser séduire par l’Iran – RCI 

Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*