Un triathlon des neiges sur les plaines d'Abraham.

Un triathlon des neiges sur les plaines d'Abraham.
Photo Credit: Radio-Canada

Sur le sentier des plaines d’Abraham à Québec

Long de plus d’un kilomètre,  le nouveau sentier des plaines d’Abraham est un site multisectoriel, éclairé à l’année en pleine nature, qui facilitera la circulation récréative pour les piétons et les cyclistes.

Les travaux de construction de ce sentier ont prévu six aires de repos, des traversées et des panneaux interprétatifs. Le site qui sera officiellement inauguré au printemps 2016 est présenté comme un « lieu sécuritaire et prisé » pour les utilisateurs du parc entre la promenade Samuel-de-Champlain et la Haute-ville de Québec.

C’est en effet au mois d’avril 2015 que la Commission des champs de bataille nationauxTravaux publics et Services gouvernementaux Canada ont envisagé la réalisation de ces travaux à travers un contrat d’environ 3, 7 millions de dollars avec Les Constructions Bé-Con.

Ce contrat stipule clairement qu’il faut préserver le « cachet patrimonial et historique » du site tout en  minimisant les impacts sur la végétation et la morphologie de la falaise.

D’ABRAHAM MARTIN AUX PLAINES D’ABRAHAM

Le nom « Plaines d’Abraham » a été au cœur du développement de la ville de Québec depuis sa fondation par Samuel de Champlain en 1608. Son origine remonterait à Abraham Martin dit l’Écossais, compagnon de Samuel de Champlain, qui est arrivé en Nouvelle-France vers 1620 et qui fut le tout premier pilote du roi au Canada.

Il désigne le parc des champs de bataille sur le long de la rive nord du fleuve Saint-Laurent et c’est le prénom d’Abraham Martin qui aurait été ainsi valorisé.

La ville de Québec et le fleuve Saint-Laurent
La ville de Québec et le fleuve Saint-Laurent © IS/iStockPhoto

Ce site parcouru par les plus grands savants au 17e siècle constituait un terreau propice aux expériences des naturalistes qui ont utilisé les herbes et les plantes de sa riche biodiversité pour préparer des remèdes contre différentes maladies.

Cet espace prisé par les habitants, les dirigeants et les visiteurs de la ville de Québec représente aujourd’hui un haut lieu de rassemblement, de détente, d’interprétation et de divertissement.

Il a servi sous le régime français de 1608 à 1759 comme pâturage pour le bétail, comme espace pour la culture de céréales et pour l’établissement des colons.

L'arrière de la scène du Festival d'été de Québec sur les plaines d'Abraham
L’arrière de la scène du Festival d’été de Québec sur les plaines d’Abraham © Radio-canada

UN SITE DÉCISIF DANS L’HISTOIRE DU CANADA

Ce site était très convoité pour des raisons stratégiques par les militaires avec la prise de la ville par les Britanniques après la bataille décisive sur les plaines d’Abraham.

De 1759 à 1860, ces Britanniques avaient construit des fortifications dans la ville et renforcé celles qui étaient adjacentes aux Plaines d’Abraham et qui avaient  été construites sous le régime français au 17e siècle pour se protéger de l’occupation des Anglais.

Si la ville de Québec est reconnue par l’UNESCO comme la ville du patrimoine  mondial, c’est en grande partie grâce à la conservation de ces fortifications. La vocation du site des Plaines d’Abraham se transforme tout au long du 19e siècle et il devient un lieu de mémoire consacré par la création du Parc des Champs- de-bataille en 1908.

Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*