Photo Credit: © PC / FRED CHARTRAND

Plus d’aide aux réfugiés qu’aux retraités? Une légende urbaine qui persiste

Vous souvenez-vous des chaînes de courriels? Il fut un temps (pas si lointain) où c’était ainsi que circulaient les informations « virales » sur internet. Avant Facebook et Twitter, la majorité des photos humoristiques, bonne blagues, montages photos ou vidéos et pétitions étaient envoyées par courriel. Et c’est ainsi que la fausse information suivante a initialement été partagée:

Seulement au Canada

Il est intéressant de savoir que le gouvernement fédéral du Canada donne :

Une pension mensuelle de 1890 $ à un simple réfugié plus 580 $ en aide sociale Un total de 2470 $ mensuels x 12 mois = 28 920 $ revenu annuel

En comparaison, la pension de vieillesse d’un citoyen âgé qui a contribué au développement de Notre Beau Grand Pays pendant 40 ou 50 ans, ne PEUT recevoir (sic) plus que:Montant/mois 1012 $ Pension de Vieillesse et Supplément de revenu garanti x 12 mois = 12 144 $ revenu annuel. 

Une différence de 16 776 $ par année. 

* Peut-être que les personnes âgées devraient demander le statut de réfugiés plutôt que demander la Pension de vieillesse. 

* Envoyons ce message au maximum de Canadiens possible et peut-être l’allocation aux réfugiés pourrait être réduite à 1012 et celle de nos retraités canadiens passée à 2470 $ par mois (ils le méritent) l’argent qu’ils ont payé en impôts sur le revenu pendant 40 ou 50 ans.

UNE ABSURDITÉ INCROYABLE

NOS PERSONNES ÂGÉES CANADIENNES MÉRITENT MIEUX

S’il vous plait, partagez ce texte pour voir la réaction de vos contacts 

Cette légende urbaine a pour origine la lettre d’un lecteur publiée par le Toronto Star en 2004. L’ombudsman du Toronto Star de l’époque avait par la suite réfuté cette information, mais le mal était déjà fait.

Encore une fois et cette fois-ci le 1er décembre 2015, le Toronto Star publie la lettre d’un lecteur intitulée « Aidons-nous nous-même d’abord » (Let’s help ourselves first) qui reprend la fausse information selon laquelle l’aide aux réfugiés serait supérieure aux pensions de vieillesse au Canada et commente la décision du nouveau gouvernement libéral du Canada de verser plus de 15,3 millions de dollars sur quatre ans pour aider à la formation et l’emploi de jeunes dans huit pays africains. Dans sa lettre, la lectrice Patricia Starr dit ceci:

15 millions $ pour former des jeunes dans les pays pauvres, 29 nov.(sic)

C’est gentil. Qu’en est-il des jeunes du Canada? Et le premier ministre a promis 2,5 milliards de dollars pour aider les pays pauvres avec les changements climatiques. Aucun éditorial du Star sur les besoins des Canadiens? Les aînés canadiens qui ont travaillé et payé des impôts toute leur vie ne valent que 550 $ par mois, mais les réfugiés, bientôt électeurs, recevront 2500 $ par mois plus les avantages sociaux. C’est équitable – ou pas?  (Traduction libre – Source thestar.com)

Un mythe urbain persistant

Cette seconde lettre publiée par le Toronto Star pousse la rédactrice publique du quotidien, Kathy English,  à tenter encore une fois, de dissiper ce mythe urbain dans un édito en date du 11 décembre 2015. Ce qu’on comprend, à la lecture de l’édito de Kathy English, c’est que ce mythe urbain est persistant.

Elle le mentionne dans son texte: même une entrée de Wikipedia est dédiée à cette légende urbaine. On y apprend que cette fausse information est née au Canada, mais qu’elle a par la suite été reprise et adaptée au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Australie.

Le site américain Snopes.com a en effet réfuté la version américaine de ce mythe et reproduit un extrait de la lettre de l’Ombudsman du Toronto Star de l’époque qui nous donne plus d’informations sur l’origine canadienne de la fausse information:

Au paragraphe 16, l’article dit que les réfugiés individuels ont droit à une somme de 1890 $ d’Ottawa comme une «allocation de démarrage, avec une aide sociale mensuelle de 580 $, en fonction du temps nécessaire à la personne pour trouver un emploi. » […] En fait, «l’allocation de démarrage » de 1890 $ – incluant un chèque mensuel de 580 $ de l’aide sociale d’Ottawa – était un paiement ponctuel pour les besoins domestiques de base tels que l’ameublement, des chaudrons et des draps. (Traduction libre – Source snopes.com)

Snopes, le Toronto Star et Wikipedia ne sont pas les seuls à tenter de mettre fin à la circulation de cette fausse information. Des versions corrigées de l’image originellement partagée ont été publiées sur les réseaux sociaux: 

hoax-correctionYou are totally entitled to your opinion about how welcoming our country ought to be for refugees. BUT please make sure that your opinion is formed on facts and not lies…

Posted by Silvia D’Addario on Saturday, October 17, 2015

Le Gouvernement du Canada s’est également prononcé sur la question en déclarant que l’auteur du courriel à l’origine du mythe a calculé, par erreur, le versement initial unique comme faisant partie du versement mensuel. Le Conseil canadien pour les réfugiés a également tenté de mettre fin à ce mythe mais rien n’y fait. La fausse information persiste.

© Radio-Canada

Est-ce que démentir les fausses informations est inutile?

En décembre 2015 la journaliste Caitlin Dewey a décidé de mettre fin à sa chronique intitulée « What Was Fake On The Internet This Week? » Cette chronique, qu’elle a maintenue pendant 82 semaines sur le Washington Post, commentait les fausses informations, photos et études partagées à travers le web. Elle a parlé des raisons de sa décision sur les ondes de NPR en ces termes:

Les fausses informations étaient, à l’origine, juste ridicules ou sensationnalistes; le but était simplement de pousser les gens à cliquer, elles ont maintenant des fins partisanes. Elles semblent destinées à tirer profit des préjugés ou idées pré-existantes des internautes. Et nous constatons que c’est quelque chose qui est un peu plus difficile à combattre dans le format d’une chronique hebdomadaire […] Au sein de ces communautés très cloisonnés, les gens ont davantage tendance à croire à un complot ou à de la désinformation quand une information est réfutée qu’auparavant, c’est troublant.(Traduction libre – Source npr.org)

Le cas qui nous occupe ici tend à confirmer l’hypothèse de Caitlin Dewey. Cette fausse information a beau être réfutée, démentie et infirmée par les plus hauts niveaux du Gouvernement comme par des médias d’envergures ou de simples citoyens; elle continue néanmoins d’être partagée. Pour quelle raison cette fausse information résiste-t-elle à tant de tentatives d’y mettre fin?

Ce type de fausses informations fournit des arguments faciles qui viennent s’accrocher aux émotions de ceux qui les lisent. Comment ne pas être outré par l’injustice qui pourrait être subie par un groupe aussi vulnérable que les personnes âgées? Ceux qui sont contre le soutien aux réfugiés (une autre groupe extrêmement vulnérable s’il en est!) ne peuvent que trouver attrayant un argument de la sorte, malgré sa totale et absolue fausseté, et ne prennent pas la peine d’en vérifier les informations.

Nous verrons si cette fausse information continuera d’être partagée ou si elle finira par succomber aux nombreux démentis dont elle fait l’objet.

Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : C pas vrai!

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

6 comments on “Plus d’aide aux réfugiés qu’aux retraités? Une légende urbaine qui persiste
  1. Omer Bouchard dit :

    En 1978 mon père crevait de faim avec son maigre revenu de pension Canada.
    40 ans plus tard, rien n’a changé, un grand nombre de personnes âgés on de la difficulté à rejoindre les deux bout. Et, on nous fait accroire que notre pension suit l’augmentation du coup de la vie. Le gouvernement Canadien ne tient pas comptes de toute les augments que les personnes âgés subissent après toutes les pelletages qui se produits d’une cour à l’autre, en taxe de toutes sortes.

  2. LISE DAIGLE dit :

    au Québec $625 pas certaine comme l’aide sociale
    au Fédéral je ne sais pas le montant
    ceux qui s’installent au Québec ont ils droits aux 2 prov et fed ?
    par rapport aux ainées qui vivent du supplément de revenus quel est la différence entre leur montant et les réfugiées je n’ai pas trouvé l’information nulle part Merci pour les infos

  3. francois denis dit :

    il devrait dire bienvenue au Québec et non au canada hahaha les montant c pour sa qu’ils viennes au Québec il en ont plus que dans les provinces de l’ouest et pourquoi Justin Trudeau les garde pas dans ces provinces de l’ouest c a cause de lui que le canada est un panier percé Bonne journée a vous

  4. Jean-marie laforge dit :

    Moi à $2500,00 par je serais très heureux ($625.00) / semaines c’ est le coût de la vie,mais ça me donne $400.00/semaine er ca ´ me donne un manque à gagner de $225.00 semaine
    Donc on doit se priver de manger de la bonne nourriture et on commence à s’endetter?
    Et ce gouvernement,reponse fait le sourd et l’aveugle à notre situation…

  5. Pourquoi eux recoivent plus que nous pourtant je vis au Québec mais eux ne sont pas encore ici. Je devrais être Réfugié plus que retraitée.

    • Renette Bédard WUT!? dit :

      Voyons, avez-vous pris 12 secondes pour lire l’article? C’est CLAIREMENT indiqué dans le titre « une LÉGENDE URBAINE qui persiste ». Le monde est tarlas c’est incroyable.