La Poutine Week est à la fois un festival et un concours. Le festival a lieu simultanément à Montréal, à Toronto et à Québec, et dans plus de 20 restaurants ailleurs dans le monde.

La Poutine Week est à la fois un festival et un concours. Le festival a lieu simultanément à Montréal, à Toronto et à Québec, et dans plus de 20 restaurants ailleurs dans le monde.
Photo Credit: IS / iStock Photos

La semaine québécoise de la poutine se répand d’Australie au Brésil en passant par la France

Share

L’idée de deux Québécois il y a quatre ans de créer une semaine nationale de la poutine, en l’honneur de l’un des plats nationaux des Québécois, déborde maintenant les frontières de cette belle province.

Une demi-douzaine de pays participent à la compétition entre restaurants qui vise à offrir du premier au 7 février dans une ville donnée la meilleure poutine à un prix moyen de 10 dollars.

Localement et mondialement, environs 170 restaurants participent à la Poutine Week où ils doivent non seulement créer des poutines spécialement pour l’événement, mais aussi permettre à leurs convives de voter pour leur poutine préférée selon différents critères : plus saine, la plus originale, etc.

Aide-mémoire…
La poutine est un plat de restauration rapide québécois à base de frites, de fromage en grains et de sauce brune.
Des plats comparables existent aussi aux États-Unis au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Mais seule la poutine a traversé les frontières.
Il appert que les triglycérides contenus dans la poutine agiraient dans notre cerveau directement sur le circuit de la récompense, qui est aussi impliqué dans la dépendance aux drogues et à l’alcool.
-Les triglycérides de la poutine pourraient agir comme des drogues dures dans le cerveau, sur le système dit « de la récompense. La poutine pourrait donc entraîner des comportements de dépendance…

Des frites et du fromage
© iStockphoto

Les inventeurs de la Poutine week se racontent

C’est en cherchant le restaurant qui leur offrirait la meilleure poutine à Montréal que Na’eem Adam et Thierry Rassam ont eu l’idée de mettre sur pied un événement consacré à ce mets typiquement québécois.

Thierry Rassam est entrepreneur et avocat. Na’eem Adam est blogueur et il se spécialise en marketing.

Au départ, ils ont dû recruter des restaurateurs, mais pour cette quatrième année, la dynamique est inversée : ce sont les restaurants qui se bousculent pour faire partie de la fête.

Écoutez : Entrevue de Francis Reddy de Radio-Canada avec les promoteurs de la Poutine Week 

Na’eem Adam et Thierry Rassam sont aussi les créateurs du Le Burger Week célébré au mois de septembre. Crédit photo : Le Burger Week
Na’eem Adam et Thierry Rassam sont aussi les créateurs du Le Burger Week célébré au mois de septembre. Crédit photo : Le Burger Week

Un peu d’histoire…
L’invention de la poutine n’est pas le fait d’une seule personne ou d’un seul établissement.
L’une des toutes premières poutines aurait été dégustée en 1957 dans le restaurant d’un petit village québécois. Le propriétaire du restaurant aurait répondu à la demande d’un client qui voulait manger des frites mélangées à du fromage et qui affirmait que le tout allait faire « une maudite poutine ».
Poutine est dans le vocabulaire québécois une dérivation phonétique du mot anglais « pudding ».
La première poutine arrosée de sauce aurait pour sa part été commercialisée quatre ans plus tard par une cantine de la ville de Drummondville.
Il ne faut pas confondre la poutine québécoise et la poutine acadienne (ou poutine râpée), qui est plutôt une sorte de boulette de pommes de terre farcie de viande cuite à la vapeur.

Confection des poutines au restaurant Chez Léa à Bouctouche au Nouveau-Brunswick
Confection des poutines acadiennes au restaurant Chez Léa à Bouctouche au Nouveau-Brunswick © Pierre Alexandre Bolduc/Radio-Canada

RCI avec Radio-Canada

Sur le même thème

Découvrez les restaurants, essayez des poutines et votez! – LaPoutineWeek .com

Poutine, eau et boissons pour sportif : rien ne guérit la gueule de bois – RCI 

Une école québécoise pour apprendre à faire de la poutine – RCI 

Poutine (le plat) maintenant au Liban – RCI

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Économie, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

3 comments on “La semaine québécoise de la poutine se répand d’Australie au Brésil en passant par la France
  1. Raj dit :

    Je fête la semaine internationale de la poutine en Inde aussi. A Bombay! Vive le Québec libre!!!