@*@ Header
Le panier de la ménagère québécoise en proie à la hausse des prix des aliments

Le panier de la ménagère québécoise en proie à la hausse des prix des aliments
Crédit photo : Radio-Canada / Le panier de la ménagère québécoise en proie à la hausse des prix des aliments

Les Québécois ont mal à leur panier

FacebookTwitterGoogle+PinterestWeChatEmailPrintPartager

Les prix des denrées alimentaires connaissent une ascension vertigineuse depuis le début de cette année 2016.

La viande, le poisson, les légumes, les fruits, le lait et bien d’autres produits alimentaires de première nécessité pour les familles sont de moins en moins accessibles.

Il n'y aura plus bientôt de légumes, de lait, de poisson ni de viande dans certains ménages québécois à cause de la hausse des prix
Il n’y aura plus bientôt de légumes, de lait, de poisson ni de viande dans certains ménages québécois à cause de la hausse des prix © ICI Radio-Canada/François Gagnon

Alors que les pertes d’emplois sont en hausse dans la province et que les familles croulent davantage sous le poids des charges sociales qui ne cessent elles aussi d’escalader, le taux d’inflation des aliments en cette année 2016 frôle les 4 %, selon le Food Institute de l’Université de Guelph, en Ontario.

Cela signifie en clair que pour bien manger, il va falloir, pour chaque ménage moyen, débourser 350 dollars de plus chaque mois.

Cette situation fait l’objet des préoccupations des partis politiques représentés à l’Assemblée nationale. Le Parti Québécois appelle le Parti libéral au pouvoir dans la province à agir immédiatement pour alléger le fardeau des familles.

La hausse du prix du panier d’épicerie des Québécois, notamment en ce qui concerne les fruits et les légumes frais, est considérable. Certains produits, comme le céleri ou le brocoli, ont vu leur prix doubler en un an. La situation affecte de nombreuses familles démunies. Les CPE, déjà aux prises avec d’importantes compressions, et les hôpitaux doivent faire des choix difficiles. Quant aux banques alimentaires, elles en ressentent également les effets, les dons se faisant plus rares.

André Villeneuve, porte-parole du Parti Québécois en matière d’agriculture et d’alimentation.

Si la faiblesse du dollar y est pour quelque chose dans cette hausse des prix des produits alimentaires, le gouvernement fédéral dispose de leviers d’actions pour résoudre le problème, a soutenu monsieur Villeneuve.

Il estime qu’il faut aller au-delà des simples discussions et prendre des mesures concrètes ainsi qu’une réelle stratégie pour développer l’agroalimentaire qui marque le pas sur place par rapport aux autres provinces.

Monsieur Villeneuve mentionne que la production en serre au Québec a diminué de 3,7 % alors qu’en Ontario, elle a progressé de 27,3 %.
Monsieur Villeneuve mentionne que la production en serre au Québec a diminué de 3,7 % alors qu’en Ontario, elle a progressé de 27,3 %. © sagami.ca

La réaction du Parti libéral du Québec à cette interpellation reste attendue.

Voici les prévisions pour 2016 dans l’ensemble du Canada du Food Institute de l’Université de Guelph en Ontario

Viande : plus 3,5 %

Poissons et fruits de mer : plus 3 %

Produits laitiers et œufs : plus 2 %

Pain et céréales : plus 2 %

Fruits et noix : plus 4,5 %

Légumes : plus 4 %

Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Économie, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Les Québécois ont mal à leur panier
  1. robert corbeil dit :

    La ménagère, vraiment? Et le monsieur qui fait son épicerie, lui? Un ménager?!!!
    Je crois qu’il faut revoir cette idée de la madame au foyer qui s’occupe de la bouffe alors que son mari est en train de travailler fort fort pour ramener l’argent à la maison.