« À tous ces enfants dont le regard a croisé le mien et qui m’ont transformé à jamais »Dr Daniel Dufour
Photo Credit: IS / iStock

Guerre et trouble du stress post-traumatique: « J’ai failli y laisser mon âme » – Dr Daniel Dufour

« À tous ces enfants dont le regard a croisé le mien et qui m’ont transformé à jamais. »
Dr Daniel Dufour

On peut lire ce bout de phrase à la fin de la dédicace du plus récent livre du Dr Daniel Dufour.

Vient de paraître aux Éditions de l’Homme au Canada, « J’ai failli y laisser mon âme » du Dr Daniel Dufour. Un récit comme un journal au bout de l’aventure, au bout parfois même de l’horreur dans lequel , pour une première fois, Daniel Dufour raconte son expérience en tant que chirurgien de guerre et coordonnateur de la Croix-Rouge sur le terrain, aux coins les plus chauds et à risque de la planète.

En sous-titre : Survivre à la guerre et au trouble post-traumatique

Encore faut-il se l’avouer que l’on souffre de quelque chose et que ce quelque chose, cette maladie a un nom, le trouble relié au stress post-traumatique.

Au Canada, nous avons été témoins de la descente aux enfers du général (R.) Roméo Dallaire qui a commandé la mission des Nations Unies au Rwanda lors du génocide de 1994-95.

Lui aussi a écrit. Il a écrit pour faire face à ces démons intérieurs, à ces balafres dans la mémoire qui font un mal immense et qui ont mené cet homme à la porte du suicide.

Il y a plusieurs points de convergences entre J’ai failli y laissé mon âme et J’ai serré la main du diable de Roméo Dallaire.

Le Dr Dufour a bourlingué durant trente ans à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge – le Kampuchéa de Pol Pot, près de deux millions de morts  – dans l’enfer des camps de Sabra et Chatila – deux camps de réfugiés palestiniens de Beyrouth-Ouest où,en septembre 1982, de 700 à 3 000 civils ont été tués – à la frontière entre le Pakistan et l’Afghanistan.

Partout, à la limite du tolérable et du besoin d’adrénaline, il revient dans son livre sur le quotidien de la médecine de guerre, ses conditions et les choix imposés au médecin.

Le trouble du stress post-traumatique

Lui aussi a serré la main du diable.

Et c’est en revenant sur les épisodes phares de ce parcours atypique pour un chirurgien de Genève – bon emploi, bonnes conditions, famille, amis, etc. – qu’il raconte son besoin de dépassement, son désir d’être utile … et le sourd désarroi teinté d’une profonde tristesse qui l’habitent quand vient le temps d’affronter ce terrible démon qu’est le trouble du stress post-traumatique.

Ed. de l'Homme

Ed. de l’Homme

En sortir?

« Oui c’est possible et non seulement de réapprendre à simplement fonctionner, mais bien à vivre … à revivre. C’est pour cela que j’ai écrit ce livre.»

Il lui a fallu des années pour guérir de ses blessures invisibles.

J’ai failli y laisser mon âme a été écrit dans le but de partager une expérience, celle d’une victime collatérale de la barbarie humaine avec d’autres personnes qui y sont confrontées:  militaires, urgentistes, pompiers, policiers, ambulanciers, agents de détention, travailleurs humanitaires et victimes d’agression qui continuent à subir en silence les ravages causés par cette pathologie méconnue.

Le Dr Daniel Dufour est l’invité au micro de Raymond Desmarteau.Écoutez

Mots-clés : , , ,
Publié dans : International, Politique, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*