La police a trouvé les restes ou l'ADN de 33 femmes sur la ferme de Robert Pickton. Crédit photo : CBC

La police a trouvé les restes ou l'ADN de 33 femmes sur la ferme de Robert Pickton. Crédit photo : CBC

Livre du plus grand tueur en série canadien maintenant vendu sur Amazon

Share

L’agriculteur Robert Pickton qui a été reconnu coupable du meurtre de six prostituées habitant un secteur défavorisé de Vancouver et que plusieurs soupçonnent d’avoir joué un rôle dans la disparition d’une vingtaine d’autres femmes, proclame son innocence dans son autobiographie.

Croquis de Robert Pickton en cour
Croquis de Robert Pickton en cour © PC/Felicity Don

Le livre intitulé Pickton : dans ses propres mots est disponible pour 20.17 $ sur Amazon et est imprimé par Outskirts Press, une maison d’édition basée au Colorado aux États-Unis.

On ne sait pas quand ce livre a été écrit ni comment son contenu a pu se rendre à l’éditeur depuis l’établissement carcéral à haute sécurité en Colombie britannique où Robert Pickton purge une peine à perpétuité.

Le fait que ce livre soit disponible à l’achat sur Amazon suscite la colère des familles des victimes.

Le saviez-vous?
Contrairement aux États-Unis, il n’y a pas de loi fédérale, donc pancanadienne, qui empêche un détenu de publier un livre sur leur crime et d’en profiter financièrement.
Quatre provinces canadiennes sur dix toutefois possèdent une telle législation soit l’Alberta, la Nouvelle-Écosse, de l’Ontario et la Saskatchewan.

Page couverture du nouveau livre de Robert Picton
Page couverture du nouveau livre de Robert Picton © Amazon

Réactions des proches et amis des victimes

La sœur de Sandra Gagnon, Janet Henry, avait l’habitude d’aller à la ferme de Robert Pickton et elle est disparue en 1997 : « Ça me dégoûte vraiment de savoir que le pire tueur en série de l’histoire a le culot d’écrire ce livre et de rouvrir les plaies », dit-elle.

Kat Norris
Kat Norris © Radio-Canada

Kat Norris, une activiste communautaire du quartier de Vancouver où travaillaient les prostitués qui ont perdu leurs vies, affirme que le livre de Robert Pickton ne servira qu’à victimiser une nouvelle fois les familles touchées par les crimes commis : « Mes premières pensées sont pour les familles,. Vous pouvez imaginer ce qu’elles ressentent en ce moment », déclare Kat Norris.

« C’est vraiment injuste pour les familles que quelqu’un qui a commis ces actes odieux va peut-être profiter de ce qu’il a fait à toutes ces femmes ».

L'interrogatoire du tueur en série, en 2002, ainsi qu'une conversation avec un policier qui prétendait être un codétenu, ont été rendus publics en 2010 où Pickton avoue notamment qu'il avait l'intention de tuer d'autres femmes.

L’interrogatoire du tueur en série, en 2002, ainsi qu’une conversation avec un policier qui prétendait être un codétenu, ont été rendus publics en 2010 où Pickton avoue notamment qu’il avait l’intention de tuer d’autres femmes.

Réactions des responsables de la justice

Wally Oppal
Wally Oppal © ICI Radio-Canada

La nouvelle de la parution du livre a également bouleversé Wally Oppal qui est un ancien procureur général et qui est le commissaire d’une enquête sur la façon dont la police a traité l’enquête initiale sur Robert Pickton.

« Je pense ici maintenant aux familles qui ont traversé tant de choses, les victimes, les survivants de Pickton. Et il doit être blessant pour tous ceux qui étaient liés aux victimes… d’entendre que Pickton a accès à ce type de publicité. »

Le ministre provincial de la Sécurité publique et solliciteur général de la Colombie-Britannique, Mike Morris, déclare dans un communiqué que son bureau a fait appel à Amazon pour qu’il cesse de vendre le livre.

Paul Bernado
Paul Bernado © (Frank Gunn / Canadian Press)

Aide-mémoire…
Robert Pickton, maintenant âgé de 66, ans, n’est pas le premier tueur canadien qui a écrit un livre derrière les barreaux.
Le célèbre tueur en série Paul Bernardo aurait été l’auteur d’une œuvre de fiction qui a brièvement apparu sur Amazon l’année dernière.
Aussi, l’ancien ministre de la Saskatchewan Colin Thatcher a écrit son récit des circonstances qui l’a vu condamné en 1984 pour l’assassinat de son ex-femme, JoAnn Wilson.

Colin Thatcher (archives)
Colin Thatcher (archives) © Tim Cook

RCI avec CBC

Sur le même thème

Meurtre en série à Vancouver – Radio-Canada

Robert Pickton book written by the killer for sale on Amazon – CBC

Serial killer Robert Pickton pens book in prison – CTV

Serial killer Robert Pickton selling book on Amazon that claims he’s innocent – National Post 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*