@*@ Header
Parmi les projets de recherche: les Services d'observation et de réaction aux pressions exercées sur l'écosystème marin de l'Arctique

Parmi les projets de recherche: les Services d'observation et de réaction aux pressions exercées sur l'écosystème marin de l'Arctique
Crédit photo : Radio-Canada

Le Canada peut-il avoir très mal à ses quatre côtes?

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Le Canada a le privilège d’être ouvert sur quatre côtes : d’un côté l’Atlantique, de l’autre le Pacifique, l’Arctique et le Saint-Laurent. Toutes ces côtes présentent des risques différents et communs sur certains points en face des changements climatiques et de ses influences négatives dans la plupart des cas. Il faut renforcer les capacités du pays à anticiper ces risques et à y faire face.

Ce constat est de Ronald Pelot, directeur scientifique associé au réseau MEOPAR (Marine Environmental Observation Prediction and Response.) Selon les observations de monsieur Pelot, aussi bien à l’ouest à l’est qu’au nord, le Canada est appelé à faire face à différents problèmes reliés aux changements climatiques et aux risques marins sur son littoral présenté comme le plus long du monde.

Plus de 7 000 km du littoral marin du Canada seront frappés par la hausse du niveau de l’eau avec ses nombreux effets physiques et socio-économiques.

Plus de 7 000 km du littoral marin du Canada seront frappés par la hausse du niveau de l’eau avec ses nombreux effets physiques et socio-économiques. © Gouvernement de la province Terre-Neuve et Labrador

Le réchauffement climatique a un impact majeur sur la température de l’eau, le niveau de l’eau et sur la couverture de glace, la croissance, la survie et la reproduction des poissons à l’instar du saumon. Plusieurs recherches ont permis de démontrer que le secteur des pêches dans les régions de l’Atlantique, du Pacifique et de l’Arctique subit déjà les conséquences des changements des écosystèmes marins. La population des poissons est menacée tout comme la durabilité de l’activité de pêche.

Les mollusques et les crustacés sur la côte Atlantique n’échappent pas à la menace du réchauffement climatique et à l’empoisonnement par les algues toxiques.

Les mollusques et les crustacés sur la côte Atlantique n’échappent pas à la menace du réchauffement climatique et à l’empoisonnement par les algues toxiques. © Chris Corday/CBC

Dans l’Arctique, en plus de la réduction de la couverture de la glace de mer et de ses effets sur la productivité marine, la répartition du poisson, la pratique de la pêche le long de la côte et la détérioration de la population des ours polaires, l’ouverture du passage du Nord-ouest à la navigation internationale affecte tout aussi négativement la pêche et augmente la pollution et les nuisances sonores.

Le réchauffement climatique frappe aussi négativement la pêche en eau douce avec la baisse du niveau de l’eau, notamment dans les Grands Lacs.

Le réchauffement climatique frappe aussi négativement la pêche en eau douce avec la baisse du niveau de l’eau, notamment dans les Grands Lacs. © IS/withgod

À l’ouest, le bris des digues et autres érosions dans le pacifique nuisent aux écosystèmes naturels, aux terres agricoles, aux terres industrielles et résidentielles. Tous ces problèmes rendent vulnérables la santé et le bien-être de la population aussi bien humaine, animale que végétale et ralentissent l’activité économique.

Le réchauffement climatique  provoque des changements dans les ondes de tempêtes qui vont augmenter les inondations sur la côte, nuire à la biodiversité marine sur le long terme,  entraîner la détérioration des milieux humides, l'érosion des plages et des dunes côtières dans la zone atlantique, sans compter les impacts sur les infrastructures urbaines.

Le réchauffement climatique  provoque des changements dans les ondes de tempêtes qui vont augmenter les inondations sur la côte, nuire à la biodiversité marine sur le long terme,  entraîner la détérioration des milieux humides, l’érosion des plages et des dunes côtières dans la zone atlantique, sans compter les impacts sur les infrastructures urbaines. © Environnement Canada

Prévenir et répondre aux risques maritimes 

L’industrie marine doit relever le défi de modifier ses pratiques et de s’adapter aux changements, affirme Ronald pelot qui souligne d’importants besoins en matière de recherche pour favoriser des mesures efficaces d’adaptation et d’atténuation des conséquences des changements climatiques.

Ces mesures doivent être novatrices et moins chères pour les municipalités, ajoute-t-il. C’est à cela que travaillent actuellement le réseau MEOPAR en partenariat avec Irving Shipbuilding qui viennent de contribuer à hauteur de 1,8 millions de dollars pour soutenir neuf projets des universités canadiennes liés à la recherche océanique, le but étant de renforcer les capacités du Canada à anticiper les risques marins et à y faire face.

Ces projets ont été sélectionnés du fait que les promoteurs entendent développer et appliquer de nouvelles technologies pour faire progresser l’observation de l’environnement, la sécurité des opérations et l’intervention d’urgence sur les côtes et dans les océans du Canada.

La recherche vise également la stratégie nationale d'approvisionnement en matière de construction navale et elle va mobiliser 57 chercheurs dans six universités canadiennes

La recherche vise également la stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale et elle va mobiliser 57 chercheurs dans six universités canadiennes © iStock

Il est question, comme l’a relevé monsieur Pelot, de parvenir à la fin à doter les différentes municipalités d’outils nécessaires à une meilleure compréhension des changements que connaît l’environnement marin et de la façon dont ils affectent les industries marines pour mieux  élaborer leurs politiques de riposte et arriver à protéger l’environnement tout en favorisant le développement économique du pays.

Plus de détails au micro d’Alice Chantal Tchandem

Écoutez

.

Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Environnement, Science et technologie, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*