L’animal de compagnie: partenaire essentiel de la santé mentale du sans-abri
Photo Credit: IS / iStock

L’animal de compagnie: partenaire essentiel de la santé mentale du sans-abri

Vous avez sûrement rencontré des jeunes itinérants dans nos villes, quémandant quelques pièces au coin des rues, nettoyant des parebrises.

Vous avez sûrement aussi remarqué que nombre d’entre eux ont un chien ou deux qui les accompagnent, un chat sur l’épaule ou encore un rat sortant la tête d’une des poches du vêtement.

Le Collège vétérinaire de l’Université Guelph en Ontario, s’est penché sur les conditions de vie de ces animaux de compagnie et sur celle de leurs jeunes propriétaires sans-abri.

L’étude rendue publique cette semaine souligne que les jeunes sans-abri qui ont des animaux sont moins susceptibles de souffrir de dépression que leurs compagnons de rue qui n’ont pas de chien, de chat ou même de rat qui partagent leur réalité de la rue.

Trois fois moins de chance d’être déprimé

L’étude souligne également qu’il y a un lien direct entre la présence d’un animal dans la vie d’un jeune sans-abri et le fait que ce dernier ait trois fois moins de chances d’être déprimé ou encore d’adopter des comportements potentiellement dangereux comme la consommation de drogues dures.

De plus, et c’est là un fait nouveau et marquant, ils s’ouvrent plus facilement aux vétérinaires à propos de leurs problèmes.

Les auteurs de l’étude ont rencontré 198 jeunes de la rue dans quatre villes ontariennes, Toronto, Ottawa, Kingston et Hamilton, des jeunes qui, en majorité, se trouvaient dans des refuges ou des haltes temporaires.

Résultats comparables à ceux d’une étude précédente en Californie

Des vétérinaires californiens s’étaient déjà penchés sur le phénomène de l’animal de compagnie auprès des sans-abri et de ses bienfaits; des bienfaits que l’on retrouve également chez les personnes âgées vivant seules.

Michelle Lem http://vetoutreach.org/

Michelle Lem
http://vetoutreach.org/

Les résultats de l’étude ontarienne sont tout à fait comparables à ceux mis en lumière en Californie.

Selon l’auteure principale, Michelle Lem, ces résultats devraient être pris en compte sérieusement par les autorités responsables de services sociaux, municipaux comme provinciaux. On devrait trouver des façons de faire de sorte qu’un itinérant puisse faire entrer son animal de compagnie dans des endroits comme les refuges.

Les sans-abri propriétaires d’animaux refusent souvent d’abandonner leur compagnon pour avoir accès à un lit et choisissent de rester dehors même durant les nuits de grand froid, au risque de leur vie.

iStock

iStock

RCI, Presse canadienne

Mots-clés : , ,
Publié dans : Santé, Science et technologie, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “L’animal de compagnie: partenaire essentiel de la santé mentale du sans-abri
  1. Excellente analyse ! Cela ne se limite pas à un type d’individu, tout le monde aime les chiens et c’est vraiment le meilleur ami de l’Homme. Moi j’ai un labrador qui est très affectif et qui n’hésite pas à me manifester de jour en jour son affection pour notre famille. Ca nous fend toujours le coeur quand on est obligé de le mettre en pension quand on part en vacances.

  2. Faire garder mon chien dit :

    A mon avis, avoir un animal de compagnie est pour les sans abris une façon d’éviter de se sentir tout seul. En effet, souvent ces personnes doivent affronter les mauvais regards et les mauvais jugements des autres. Par contre, les animaux de compagnie eux ne les jugent pas et les aiment inconditionnellement. Ce qu’ils ont et ce qu’ils n’ont pas importe peu à ces animaux. Ces derniers sont tout simplement fidèle à leur maître.