Baies de sureau

Prévenir le cancer du cerveau avec les baies de sureau: une étude canadienne en vedette

Le sureau du Canada ou Sambucus canadensis est un arbuste que l’on retrouve en Amérique du Nord : au Canada, États-Unis et Mexique. Les baies du sureau ont un goût acidulé et sont très riches en anthocyanes, ce pigment naturel qui lui donne sa couleur rouge foncée et qui lui attribue un fort pouvoir antioxydant. Le pouvoir anti-inflammatoire et antioxydant des baies de sureau est d’ailleurs connu depuis longtemps mais ce sont les récentes découvertes de l’équipe du Docteur Borhane Annabi, directeur de la chaire de recherche en prévention et traitement du cancer de l’UQAM, qui remettent ce petit fruit du terroir québécois sur le devant de la scène.

En effet, selon les études du Dr Annabi et de son équipe composée, entre autre, d’Evelyne Muhire, Annie Levert et de la Dre Sylvie Lamy ; les baies et fleurs de sureau ont des propriétés chimiopréventives. Autrement dit, consommer des baies et les fleurs de sureau pourrait prévenir la prolifération d’un certain type de cancer en particulier : les glioblastomes, soit les tumeurs cérébrales les plus fréquentes et agressives.

Dr Borhane Annabi – Directeur de la Chaire de Recherche en Prévention et Traitement du Cancer de l’UQAM

Pour parvenir à cette découverte, l’équipe du Dr Annabi a testé des extraits de jus de baies et d’infusions de fleurs de sureau sur des lignées cellulaires du cerveau.

Les chercheurs ont ainsi pu constater des effets antiprolifératifs et anti-inflammatoires des baies et fleurs du sureau. Cependant, les extraits de baies se sont révélés plus efficaces que les extraits de fleurs en raison de leur concentration plus élevée en anthocyanes.

Ils ont donc conclu que les effets inhibiteurs provenaient de ce pigment présent dans la baie de sureau à une concentration bien plus élevée que dans d’autres fruits rouges tels que les canneberges.

Écoutez le Dr Annabi présenter cette étude et nous en dire davantage sur la consommation des baies de sureau ainsi que sur les recherches de la chaire de recherche en prévention et traitement du cancer de l’UQAM

Écoutez

La chaire de recherche en prévention et traitement du cancer de l’UQAM

Les travaux de la chaire de recherche en prévention et traitement du cancer de l’UQAM sont assez uniques dans la mesure où c’est la seule chaire de recherche ayant pour vocation d’étudier la prévention du cancer au Québec. Les travaux de cette chaire sur la prévention sont uniquement financés par la Fondation de l’UQAM par le biais de dons provenant d’entreprises, organisation ou citoyens ayant pour objectif d’en soutenir les travaux.

Sachant qu’il est estimé que 75 % à 80 % des cancers pourraient être évités en adoptant de saines habitudes de vie, les travaux d’institutions de ce type devraient sans doute continuer d’être encouragés.

Écoutez le Dr Annabi parler de la spécificité de la chaire de recherche en prévention et traitement du cancer de l’UQAM et de ses travaux.

Écoutez

Pour en savoir plus sur la chaire de recherche en prévention et traitement du cancer de l’UQAM cliquez ici

Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

7 comments on “Prévenir le cancer du cerveau avec les baies de sureau: une étude canadienne en vedette
  1. fournier dit :

    Merci pour cet excellent article et pour la passionnante interview de ce brillant médecin d’une grande ouverture!
    En France nous avons aussi du sureau! Si les gens connaissaient toutes ses vertus, ils le considéreraient autrement qu’un arbre « envahissant et inutile »…
    Personnellement je fais de l’eau de sureau, et grace à votre article je vais en faire beaucoup plus!!
    Merciiiiiiiiiiii!!!!
    vero jeanne

  2. Ghislaine dit :

    Quelqu’un qui prend de la médication pour pression est ce que ont peut en prendre

  3. GRATIEN DIDIER dit :

    Bonjour,
    Le problème est la consommation tout au long de l’année car la temps de la récolte est court.
    Flavonax 100 + est un concentré à base de pigments végétaux. Il contient du sureau, entre autres extraits de baies et végétaux (1 flaconde 360 g est élaboré à partir de 330 kg de végétaux frais)

  4. Gombeer G-h dit :

    Les simples est la dénomination qui désigne les herbes et plantes a usages médicinal. Mais hélas peut aussi désigner les internautes qui ont des moyens puissants de communications, d’informations visuelles, que la majorité dénature en moyens de délassement irréfléchis. De cela ils font savoir à tout le monde, qu’ils n’ont rien a dire sur des sujets intéressant. Les gens souvent me demandent pourquoi je ramasse une plante particulière ? Je dis « regarder sur votre ordinateur matricaire » après avoir photographié la plante qui est une camomille. Bien peu font la photo, où prennent notes, c’est tout dire sur la bêtise humaine !

  5. Pour plus d’informations sur les baies de sureau cultivées au Québec, visitez http://www.fruitomed.com

    Fruitomed est une entreprise spécialisée dans la culture et la transformation des baies du Sureau du Canada et fier partenaire à la Chaire de Recherche en Prévention et Traitement du Cancer de l’UQAM.

    Laurianne Adam
    Fruitomed inc

  6. Bielle dit :

    J’aimerais bien savoir si nous avons le même arbre en France, il vait des baies noires avec lesquelles nous faisons de la confiture

    • Gatier André dit :

      Il semblerait que ce soit bien le même. Je connais de « vieux » paysans qui font du sirop avec les fleurs et de la confiture ou de  » l’alcool » avec les baies.