Les évacués de Fort McMurray font la file devant le  Butterdome à Edmonton pour recevoir des cartes de débit de la province.

Les évacués de Fort McMurray font la file devant le Butterdome à Edmonton pour recevoir des cartes de débit de la province.
Photo Credit: CBC

Les sinistrés de Fort McMurray sont-ils ignorés par le gouvernement fédéral?

Cette photo du Premier ministre Justin Trudeau disant « Nous dépensons 1.6 milliards de dollars pour les réfugiés syriens. Fort McMurray? Nous égalerons les dons à la Croix-Rouge » a, à ce jour été partagée plus de 30 000 fois sur Facebook.

Cette image a été signalée par le Journal Métro qui en a, bien sur, démenti les allégations. L’idée que ce mème internet tente de véhiculer est que le gouvernement fédéral canadien ne soutiendra pas les victimes des feux de forêt de McMurray en Alberta comme il soutient les réfugiés syriens qu’il a accueilli depuis le début de l’année.

En opposant le fait que le gouvernement libéral aurait un budget de 1.6 milliards pour l’aide au réfugiés (c’était plutôt un budget de 1,2 milliard de dollars au cours des six prochaines années qui avait été annoncé dans les plans du gouvernement) au fait qu’il s’est engagé à égaler les dons faits par les citoyens à la Croix-Rouge, cette image vise à induire les gens en erreur en leur faisant croire que c’est là le seul soutien qu’offrirait le gouvernement fédéral suite à ce sinistre d’une ampleur sans précédent.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, constate les dommages à Fort Mc Murray dans le nord de l’Alberta.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, constate les dommages à Fort Mc Murray dans le nord de l’Alberta. © CBC/Radio-Canada

Les Accords d’aide financière en cas de catastrophe

Comme le fait remarquer le Journal Metro, le gouvernement du Canada a, par le biais du Ministère de la Sécurité publique, des Accords d’aide financière en cas de catastrophe (AAFCC) avec les gouvernements provinciaux et territoriaux. En cas de catastrophe naturelle, ces aides sont versées afin d’aider au soutien aux sinistrés et à la reconstruction.

Dans le cadre de ces accords, le gouvernement fédéral offre une aide financière équivalente à 50% des coûts liés à une catastrophe naturelle pour la première tranche de 6.07$ du coût par habitant, 75% de la seconde tranche de 6.07$ du coût par habitant et 90% du reste du coût par habitant.

Il a été estimé dés le début des feux de Fort McMurray que ce serait sans doute la catastrophe naturelle la plus dispendieuse au pays. On peut donc imaginer que le gouvernement fédéral mettra certainement la main à la poche. On ne sait pas exactement combien le gouvernement fédéral devra dépenser, mais il est déraisonnable de suggérer qu’il ne participera pas à la reconstruction et à l’aide aux sinistrés autrement qu’en égalant les dons à la Croix-Rouge qui, eux, vont s’ajouter à l’AAFCC.

Par ailleurs, la promesse d’égaler les dons faits à la Croix-Rouge va donc permettre à des fonds additionnels de soutenir les Albertains touchés par la tragédie et, comme c’est souvent le cas lors de catastrophes naturelles et/ou humanitaires, l’objectif était sans doute de pousser le public à donner davantage en sachant que leurs dons aurait plus d’impact. Et la campagne a été un succès puisque plus de 102 millions de dollars ont pu être récoltés par la Croix-Rouge canadienne, en faisant ainsi la plus grosse collecte de fonds. Récolte qui, de plus, sera égalée à la fois par le gouvernement fédéral et par le gouvernement provincial.

Les réfugiés à nouveaux ciblés

Ce n’est pas la première fois que nous nous intéressons à de fausses informations au sujet du budget alloué à l’aide aux réfugiés au Canada. Au mois de janvier dernier, alors que les premiers réfugiés syriens venaient d’être accueillis au pays, plusieurs images circulaient sur les réseaux sociaux accusant le gouvernement fédéral de donner davantage d’aides aux réfugiés qu’aux retraités; ce qui était également complètement faux.

Pourquoi cette idée que le gouvernement fédéral s’intéresserait davantage aux réfugiés qu’à ses propres citoyens continue-t-elle d’être ressassée et partagée? Est-ce simplement dans le but de discréditer le gouvernement? Pour attiser la haine vis à vis des réfugiés? Il n’en demeure pas moins que ces images visent à induire en erreur et ne sont pas basées sur des faits véridiques.

Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : C pas vrai!

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*