(Graham Hughes/Canadian Press)

(Graham Hughes/Canadian Press)

Le Canada entend-il rester longtemps encore une terre d’immigration?

Share

Aujourd’hui, la politique canadienne de la porte ouverte face aux immigrants est une des principales composantes de notre bonne réputation dans le monde, et les nouveaux arrivants constituent maintenant le principal facteur de croissance de la population canadienne.

Ainsi, la proportion de Canadiens nés à l’étranger oscille en ce moment autour de 22 % et 23 %, selon les plus récentes données de notre agence nationale de la statistique, Statistique Canada. Précisons que l’Australie possède un taux encore plus élevé que le Canada, soit 26,8 %.

Les plus récentes données de Statistique Canada sur la diversité de la population canadienne pour l’an 2031 montrent que la tendance devrait non seulement se maintenir mais s’accentuer, en partie en raison de la persistance de taux bas de fécondité chez les Canadiens. Les analystes projettent que d’ici 2031, entre 26 % et 27 % de tous les Canadiens seront nés dans un pays étranger, la majorité d’entre eux (64,9 %) en Asie et en Afrique.

Bien que la composition de la population canadienne dans son ensemble soit de plus en plus diversifiée, le changement ne se produit pas au même rythme dans toutes les régions du pays. Alors que les grandes régions métropolitaines comme Montréal, Toronto et Vancouver absorbent la plupart des nouveaux arrivants dans leurs communautés, le changement de composition de la population a été relativement modeste dans le reste du pays.

Ce que pensent les Canadiens
En 2010, dans un sondage de la firme Angus Reid un Canadien sur deux disait estimer que l’immigration était néfaste pour le pays, et plus d’un sur trois disait souhaiter que le nombre de nouveaux arrivants accueillis par Ottawa soit revu à la baisse.
En 2014, une enquête nationale du réseau anglais de Radio-Canada révélait des préjugés profonds des Canadiens face à l’immigration. 30 % des répondants étaient d’accord ou fortement d’accord avec l’idée que « les immigrants volent des emplois des Canadiens ».

Une décision politique 

Plusieurs experts affirment que faire marche arrière dans le domaine de l’immigration mettrait en péril la croissance économique et la qualité de vie de tous les Canadiens.

À la lumière des débats souvent houleux dans plusieurs autres nations en ce moment, comme en Angleterre, en Autriche ou en Allemagne, autour du phénomène de l’immigration, le gouvernement canadien vient de lancer une consultation pour déterminer si les Canadiens souhaitent freiner, maintenir ou accélérer leur accueil aux nouveaux arrivants.

Jusqu’au 5 août 2016, les Canadiens peuvent participer à cette conversation nationale en fournissant une présentation écrite en ligne.

Les commentaires recueillis auprès des Canadiens seront utilisés pour orienter les décisions concernant le nombre de personnes qui seront accueillies au cours des prochaines années et l’avenir de l’immigration au Canada.

. © Graphique CBC

À quoi s’attendre?

Une marche arrière dans la politique d’ouverture canadienne n’est pas à écarter si l’on se base sur certains épisodes troubles de notre histoire, notamment dans les années 30, où le Canada était plongé dans une profonde récession et où on ne voulait pas d’étrangers au pays.

Dans les faits, les volumes d’immigration au Canada depuis 1871 ont fluctué follement. Tantôt notre pays apparaît comme un champion de l’immigration comme en ce moment et en 1921, où un Canadien sur cinq, comme c’est le cas aujourd’hui, était né à l’étranger. Mais à d’autres moments, notre pays a semblé égoïste et même raciste.

En 1961 par exemple, plus de 90 % des immigrants nés à l’étranger étaient essentiellement des Blancs et ils provenaient du Royaume-Uni, d’Europe ou des États-Unis, avec moins de 2 % venant de l’Asie ou de l’Afrique.

Le saviez-vous?
Le Canada a déjà été beaucoup plus généreux et ouvert
 En 1913, notre pays a accueilli 400 900 immigrants, alors que notre population ne dépassait pas les 8 millions d’habitants. Aujourd’hui, avec une population plus de 4 fois plus importante (36 millions d’habitants), nous n’accueillons environ que 250 000 immigrants en moyenne par an.

Jusqu’au début des années 1990, l’accroissement de la population provenait en majorité de la naissance de jeunes Canadiens de souche. Mais au milieu des années 1990 cependant, un renversement très net a commencé à se produire : l’immigration est devenue le principal moteur de l’accroissement de la population canadienne en raison notamment d’une diminution de la fécondité de plus en plus marqué des Canadiens de souche . Photo CBC
Jusqu’au début des années 1990, l’accroissement de la population provenait en majorité de la naissance de jeunes Canadiens de souche. Mais au milieu des années 1990 cependant, un renversement très net a commencé à se produire : l’immigration est devenue le principal moteur de l’accroissement de la population canadienne en raison notamment d’une diminution de la fécondité de plus en plus marqué des Canadiens de souche . Photo CBC

RCI avec CBC et Statistique Canada

Sur le même thème

Lien entre immigration et accroissement démographique au Canada – RCI

Immigration numbers in Canada strong — but not compared to a century ago – CBC

La croissance démographique du Canada : de 1851 à 2061 – Statistique Canada 

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

3 comments on “Le Canada entend-il rester longtemps encore une terre d’immigration?
  1. Hanifa Souissi dit :

    Immigrer au Canada c’est un rêve pour moi.merci à ce pays qui nous donne de la chance d’une vie meilleure.en est en 2016,que les porte d’immigration reste ouverte jusqu’à ce que mon rêve devient réalité .

  2. GILLES TALBOT dit :

    Mon inquiétude est a savoir qui va faire accepter nos lois mœurs et habitudes . Nos lois permissive sont déjà abusé ,nos habitudes ébranlé et nos mœurs mise aux mur. Notre Hymne national est telle appris par nos Invitées Qui va respecté notre liberté d’être des Hôtes ?

  3. GILLES TALBOT dit :

    nous somment un pays de chois et nos responsables de l’immigration devrais choisir plus attentivement et être plus exigent a l’acceptation et cela est loin d’être fait Le respect de nos lois, droits et coutumes. Nos lois sont trop permissive Une preuve majeur lors que notre X premier voulais avoir un minimum de respect a l’assermentions d’une nouvelle venue c’est permis de ce servir de notre laisser aller et la loi l’a autorisé a passer outre le bon sence de base a prêter serment d’allégeance contraire a nos exigence de Base. C est meme personnes qui leurs Pays pour plus de liberté?