L’île d’Anticosti

L’île d’Anticosti

Forages pétroliers sur l’île d’Anticosti : Les batailles juridiques pour et contre s’intensifient

Share

En début de journée, une communauté innue de la Côte-Nord du fleuve Saint-Laurent a annoncé qu’elle demandera aux tribunaux que les travaux de forages sur l’île d’Anticosti soient arrêtés.

C’est la communauté d’Ekuanitshit de Mingan, sur la Côte-Nord, qui veut mettre en branle cette procédure judiciaire pour empêcher la compagnie Pétrolia de poursuivre son exploration pétrolière sur cette île du golfe du Saint-Laurent, non loin de la péninsule gaspésienne.

Le chef de la communauté innue de Mingan, Jean-Charles Piétacho
Le chef de la communauté innue de Mingan, Jean-Charles Piétacho © Radio-Canada

Jean-Charles Piétacho, chef de cette communauté, a même évoqué la possibilité d’une occupation de l’île d’Anticosti si les forages par fracturation hydraulique allaient de l’avant :

« C’est un moment historique. Les gens de partout seront avec nous contre ce projet insensé. »

Réaction du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, qui dit « comprendre » la volonté de la communauté de Mingan.

« C’est au promoteur de jouer son rôle, et j’espère que ce sera le cas. […] Le minimum, c’est la consultation [des Premières Nations] », a soutenu Philippe Couillard, qui est en voyage économique en Allemagne. Il considère que les prises de position des Autochtones sur les divers projets d’exploitation des ressources naturelles sont « excessivement importantes ».  Philippe Couillard pm du Québec.

D’autres acteurs importants de la région de Mingan appuient la démarche de la communauté innue. C’est le cas du préfet de la Municipalité régionale de comté, Luc Noël, et du maire de Port-Menier, John Pineault.

La compagnie Pétrolia n’a pas tardé à réagir

Par voie de communiqué Pétrolia annonçait aujourd’hui qu’une demande d’injonction a été déposée pour forcer le gouvernement du Québec et Saint-Aubin, qui sont partenaires dans le projet, à remplir leurs engagements financiers.

Les installations de Pétrolia sur l’île d’Anticosti
Les installations de Pétrolia sur l’île d’Anticosti(archives) © Radio-Canada

« Le défaut de Ressources Québec et de Saint-Aubin met en péril le programme d’exploration pétrolière, ce qui risque d’entraîner notamment de nombreuses pertes d’emplois. »

Extrait du communiqué de Pétrolia

Cet été, trois puits doivent être forés pour que des travaux de fracturation hydraulique soient entamés à l’été 2017.

L’île d’Anticosti est peu habitée et possède une faune et une flore florissante.

RCI avec Radio-Canada Est-du-Québec (avec les informations d’Hugo Lavallée)

En complément

Pétrole : sortir d’Anticosti…et ça urge ! (Journal de Montréal)

Blocage autochtone en vue à Anticosti (quotidien Le Devoir)

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Économie, Environnement, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Forages pétroliers sur l’île d’Anticosti : Les batailles juridiques pour et contre s’intensifient»
  1. Marc Durand dit :

    Le gouvernement a investi dans cette avenue en cul-de-sac sans aucune considération autre que celles du lobby des cies juniors, dont Pétrolia. Il n’y a à Anticosti aucune possibilité économique d’exploiter le shale Macasty. La dernière étude de la Commission Géologique du Canada fournit une compilation des douze forages récents (2014 et 2015) qui ajouté aux données des vingt autres. Elle démontre sans l’ombre d’aucun doute que la rentabilité d’une telle aventure est inexistante (http://bit.ly/28SthXT).
    Ces données techniques peuvent sembler complexes au premier abord; je vous les résume donc ainsi:
    1) L’estimé du total (gaz + pétrole) d’hydrocarbures en place est passé de 46 milliards de barils -> à 37 Gbbl avec les dernières données
    2) Pour la portion du territoire (1662km2 sur 7219km2) que le gouvernement a ciblé dans son étude économique (scénario optimisé) il y a en place 8,8 milliards de barils (2,3 en gaz + 6,5 en pétrole).
    3) Ce qui serait récupérable en pétrole dans l’estimé bas est 0,078Gbbl et 0,117Gbbl dans l’estimé haut.
    En millions de barils, c’est donc entre 78 et 117; traduit en dollars à 100$/baril cela donne : entre 7,8 et 11,7Milliard$ de valeur brute extraite. Or les coûts pour 4155 puits requis (à 10M$/puits) représentent 42 milliards de dollars. Quatre fois plus!
    Un baril à 400$ est inimaginable, car là le coûts des puits ne serait plus 10 millions pièce. Il est inutile de pousser l’exploration plus loin.
    Pourquoi Pétrolia tient à l’exploration? Pétrolia n’est pas un exploitant et n’aura jamais la capacité de trouver du financement pour passer à une telle étape. Pétrolia est une « junior » et comme toute junior elle tente de maintenir une valeur factice à ses permis d’exploration.
    Les travaux d’exploration causent des impacts inutiles.