René Lévesque, figure marquante du mouvement indépendantiste québécois, en 1979     Photo : CP/AP

René Lévesque, figure marquante du mouvement indépendantiste québécois, en 1979 Photo : CP/AP

Comprendre les motivations profondes des séparatistes québécois

Share

Un de nos auditeurs aimerait comprendre ce qui motive tant de Québécois (un sur trois, selon les récents sondages) à souhaiter l’indépendance de leur province du reste du Canada.

Les raisons varient certes beaucoup d’un indépendantiste à l’autre, mais on peut dire qu’elles relèvent généralement de quelques grands sentiments.

Il y a d’abord chez plusieurs de ces Québécois l’impression que le Canada, même s’il est une société ouverte et moderne, est en rupture active avec les valeurs québécoises. À leurs yeux, l’ensemble des valeurs québécoises sont à ce point distinctes du reste du Canada que le Québec forme une nation dans une nation.

Plusieurs indépendantistes québécois estiment donc qu’un choix s’offre à eux : l’assimilation culturelle et politique, ou l’indépendance, essentielle selon-eux à la survie même du peuple québécois.

Les partisans de l’indépendance invoquent souvent l’urgence d’agir dans un contexte international où plusieurs autres nations ont accédé à l’indépendance depuis la création des Nations unies en 1945.

Le 7 janvier 2016, des militants brandissent des drapeaux en faveur de l’indépendance de la Catalogne.
Le 7 janvier 2016, des militants brandissent des drapeaux en faveur de l’indépendance de la Catalogne. © AP/Emilio Morenatti
La Première ministre d’Écosse, Nicola Sturgeon, veut tenter à nouveau de convaincre les Écossais de réclamer leur indépendance, tel qu’annoncé lors du congrès du Parti national écossais.
La Première ministre d’Écosse, Nicola Sturgeon, veut tenter à nouveau de convaincre les Écossais de réclamer leur indépendance, tel qu’annoncé lors du congrès du Parti national écossais. © Russell Cheyne

Utilisation ou récupération politique de l’histoire par les indépendantistes?

Beaucoup d’indépendantistes québécois plongent les racines de leurs convictions profondément dans l’histoire du Québec, qui a été annexé lors de la conquête anglaise il y a plus de 200 ans, rappellent-ils, et qui est, depuis, subordonné au reste du Canada, selon eux.

Bien avant la naissance du mouvement souverainiste contemporain dans les années 1960, plusieurs mouvements politiques québécois ont eu pour objectif soit l’obtention de l’indépendance politique des Québécois, soit une plus grande autonomie politique pour ces derniers.

La Rebellions de 1837-1838 de même que la rébellion du Métis Louis Riel en 1885 au Manitoba sont des dates importantes à leurs yeux et font partie des histoires qu’ils aiment raconter.

Écoutez
Marche de la Journée nationale des patriotes, à Montréa. Au 19e siècle, le nationalisme a connu un essor au Québec lors de la révolte des patriotes, en 1837, et après la pendaison de Louis Riel, en 1885, avant de tomber en dormance. Puis, il s'est manifesté lors des deux conscriptions imposées par Ottawa durant les deux grandes guerres mondiales de la première moitié du 20e siècle.
Marche de la Journée nationale des patriotes, à Montréal au mois de mai. Au 19e siècle, le nationalisme a connu un essor au Québec lors de la révolte des patriotes, en 1837, et après la pendaison de Louis Riel, en 1885, avant de tomber en dormance. Puis, il s’est manifesté lors des deux conscriptions imposées par Ottawa durant les deux grandes guerres mondiales de la première moitié du 20e siècle. © archives Radio-Canada

Un peu d’histoire moderne…

Le premier ministre du Québec René Lévesque au Centre Paul-Sauvé à Montréal le soir de la défaite du référendum de 1980. © PC/Jacques Nadeau
Le premier ministre du Québec René Lévesque au Centre Paul-Sauvé à Montréal le soir de la défaite du référendum de 1980. © PC/Jacques Nadeau
Le premier ministre du Québec, Jacques Parizeau, lors de son discours le soir du référendum sur la souvereaineté.Crédit photo : PC/Ryan Remiorz
Le premier ministre du Québec, Jacques Parizeau, lors de son discours le soir du référendum sur la souvereaineté.Crédit photo : PC/Ryan Remiorz

Le 30 octobre 1995 avait lieu le deuxième des référendums québécois pour tenter de convaincre les citoyens de cette province de dire oui à l’indépendance du Québec.

Si le 20 mai 1980 les Québécois avaient refusé lors d’un premier référendum, dans une proportion de 59,6 % contre 40,4 %, que leur province devienne un État souverain associé économiquement au reste du Canada, en 1995, le vote fut gagné par le camp du NON, mais par une très faible majorité de 50,58 %, avec 2 308 360 OUI et 2 362 648 NON, une différence de seulement 54 288 voix!

Le taux de participation au référendum de 1995 a été de 93,25 %, avec 60 % des francophones au Québec qui avaient voté pour l’indépendance. En 1980, l’appui n’avait été que de 40 %.

Chez les allophones et encore plus les anglophones, l’appui au OUI fut très faible ou presque nul lors des deux référendums.

Découvrez :
Une île géante canadienne pourrait se séparer et devenir une 11e province
L’île de Vancouver au large de côte canadienne du Pacifique et qui fait en ce moment partie du territoire de la province de la Colombie-Britannique pourrait politiquement voler de ses propres ailes et devenir une 11e province canadienne.
Lisez la suite…

L’île de Vancouver fait 4 fois la Corse en superficie et est habitée seulement au sud, dans la région de Victoria, la capitale de la Colombie-Britannique – United States Geological Survey
L’île de Vancouver fait 4 fois la Corse en superficie et est habitée seulement au sud, dans la région de Victoria, la capitale de la Colombie-Britannique – United States Geological Survey

RCI avec la contribution de Frank Desoer, Line Boily, Michel Désautels, Franco Nuovo, Doris Larouche, et Jean-François Coulombe de Radio-Canada

Sur le même thème

Des séparatistes dans l’Ouest canadien – Radio-Canada

Une volonté d’indépendance qui a traversé l’histoire – Parti québécois

L’histoire de la revendication souverainiste québécoise – Université de Liège

Ces hommes qui ont rêvé le Québec – Sympatico.ca

.column-banner-francophonie

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

5 comments on “Comprendre les motivations profondes des séparatistes québécois
  1. GILLES TALBOT dit :

    Après une série de nouvelles a la TV très populaire de Ti-Poile ils ont créer une haine des anglais en dénonçant leurs capacité d’être supérieure en commerce et exagérer leurs pouvoir aux détriments des Québécois qui ne parlais pas la langue du commerce du temps Des intellectuel ont voulue changer les choses en médisant les firmes anglais de l’ils de Montreal sans constater que les gros majorité des villes et villages sont de consonance anglaise. Alors avoir un manufacturiers étais déjà dans toute les coins a développé le Québec. La preuve est la, les patrons qui parlais la langue du commerce a agassé certains ambitieux qui ont pris cette arme la pour vendre leurs poutine malhonnête aux moins intellectuels. DIVISER pour mieux nous AVOIR. Notre Constitution pas parfaite mais bien faite nous a protéger depuis . La preuve de cette réussite est que nous somment, les Canadiens habitants d’un pays envié du monde Libre .

  2. GILLES TALBOT dit :

    Ce n’est pas un projet et jamais été un projet Bâtisseur Lévesque après avoir réussi un très bon coup Hydro Québec a subis l’influence d’investisseurs amitieux qui savais très bien quant divisant les Pays ils avais des chances de pouvoir profiter ses richesse du Québec pour des motifs très personnelle Les memes intentions que Parizeau et les conseillers de PKP. DIVISER pour plus de possibilités de petits groupes très ambitieux

  3. Philippe Deschenes dit :

    Vous voulez savoir pourquoi les souverainistes veulent l indépendance? Ne vous fiez pas au texte d un fédéraliste , allez lire les trois livres de normand lester (le livre noir du Canada anglais 1,2 et 3) vous aurez une bien meilleure idée du sujet !

    • GILLES TALBOT dit :

      Ont va essayer de nous vendre par tout les moyens la lecture des révoltés du temps comme si nous étions tous des imbéciles Ont VA plus loins ont nous rapporte que cette constitution n’a pas été signé par le premier du temps Et ont ne signal pas que si il n’avais pas eus des responsables pour signer cette entente cette constitution n’aurais pas eux lieux. Ont oublie malhonnêtement de signaler ce fait.