Un foetus

Grâce aux chercheurs de l'Université de Colombie-Britannique, il serait possible de réaliser des tests génétiques pouvant permettre diagnostiquer le syndrome beaucoup plus tôt.
Photo Credit: iStockphoto

Des tests génétiques pour détecter les troubles du spectre de l’alcoolisation foetale

Share

Une étape décisive dans la détection précoce des troubles du spectre de l’alcoolisation foetale (TSAF) semble avoir été franchie par des chercheurs canadiens en Colombie-Britannique.

Des scientifiques de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) ont identifié des constantes qui pourraient aider à développer des tests génétiques pour diagnostiquer le syndrome beaucoup plus tôt. Ils y sont parvenus en analysant les échantillons d’ADN d’enfants touchés par les TSAF, une condition généralement repérée chez des enfants en âge scolaire.

Les échantillons génétiques de 110 enfants souffrant de TSAF ont été analysés dans le cadre de cette étude. Deux millions d’indicateurs génétiques ont été inspectés, en plus de 450 000 marqueurs épigénétiques.

« Nous entrons dans une nouvelle ère », s’est réjoui le directeur scientifique du réseau national Kids Brain Health, Daniel Goldowitz, qui a collaboré avec les chercheurs de UBC dans leur collecte de données. « Tout indique que beaucoup de choses peuvent être faites ».

Des résidents de Whitehorse font sonner les cloches à 9 h 09 pour sensibilliser la population à la consommation d’alcool durant une grossesse
La consommation d’alcool durant une grossesse fait l’objet de sensibilisation, comme ici à Whitehorse au Yukon © Philippe Morin

Optimisme à l’horizon

Il est toutefois difficile de dresser un lien entre des constantes génétiques et une maladie spécifique, a nuancé Elodie Portales-Casamar, professeure du département de pédiatrie de la UBC et co-auteure de l’étude parue cet été. Les scientifiques de UBC ont néanmoins identifié des caractéristiques uniques au niveau de la méthylation des enfants atteints de TSAF, a-t-elle ajouté.

Les chercheurs ont par ailleurs été en mesure d’identifier quelles portions du code génétique sont touchées, a pour sa part précisé Michael Kobor, professeur de médecine génétique à UBC .  « Il semble que certains des gènes méthylés différemment (…) jouent un rôle notamment dans le développement neurologique des enfants.»

Davantage de recherches doivent être effectuées pour parvenir à l’élaboration d’un test génétique ciblant les TSAF. De nombreuses études antérieures s’intéressent à la part génétique pour d’autres maladies neurologiques telles que l’autisme et le syndrome de Down.

Échographie
Les chercheurs estiment qu’il est possible d’intervenir afin de contrecarrer les effets des TSAF sur le système nerveux © IS

Les effets positifs d’une prise en charge hâtive

Les avancées se font plus tardives pour les TSAF, a admis M. Goldowitz, mais il est confiant que la récente étude pourra entraîner une série de développements.  « De plus en plus d’éléments indiquent que nous pourrions intervenir afin de contrecarrer des effets sur le système nerveux que l’on croyait irréparables », a-t-il dit.

En ce moment, les spécialistes du milieu de la santé doivent, avant de poser un diagnostic, faire une série de constats relatifs au développement et au comportement de l’enfant. Si aucun remède n’existe contre les TSAF, une prise en charge plus hâtive permettrait à l’enfant de mieux vivre avec ses déficiences cognitives, estime  Elodie Portales-Casamar.

L’équipe de Mme Portales-Casamar a relevé que la méthylation, un procédé qui influence le comportement des gènes, agit différemment chez les enfants touchés par les TSAF. La méthylation, selon Michael Kobor, est l’équivalent d’un dispositif qui fait varier l’intensité d’une lampe.

Les TSAF regroupent toutes les déficiences cognitives et physiques dont souffrent certains enfants qui ont été exposés à l’alcool dans l’utérus de leur mère.

(Avec La Presse Canadienne)

lire aussiNouvelle classe pour adolescents atteints des troubles liés à l’alcoolisme fœtal

Une femme enceinte tient un verre de vin.
L’exposition prénatale à l’alcool peut causer des troubles neurologiques importants à l’enfant. © iStock/Highwaystarz-Photography

Bon à savoir

Il existe quatre grandes catégories de troubles causés par l’alcoolisation fœtale. Elles sont décrites ci-dessous.

  • Syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) : Ce trouble est caractérisé par un ensemble de déficits neurologiques, comportementaux et cognitifs ainsi que par certains traits faciaux.

  • Trouble neurologique du développement lié à l’alcool (TNDLA) : Cette expression désigne les troubles du système nerveux central découlant de l’exposition prénatale à l’alcool. L’enfant souffrant d’un TNDLA présente des lacunes mnémoniques et motrices.

  • Malformations congénitales liées à l’alcool (MCLA) : Il s’agit d’anomalies squelettiques et des systèmes organiques importants.

  • Effets de l’alcool sur le fœtus (EAF) : Cette catégorie regroupe les enfants exposés à l’alcool pendant leur vie intra-utérine, mais qui ne présentent pas tous les symptômes associés au SAF (en particulier en ce qui concerne les traits physiques).

    (Source: e-sante mentale.ca)

Share
Mots-clés : ,
Publié dans : Internet et technologies, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*