le rapport cite en exemple le Code de déontologie et le Code de déontologie des parajuristes du Barreau qui interdisent expressément la discrimination et le harcèlement, et traitent de la responsabilité des avocats et des parajuristes de respecter les lois sur les droits de la personne en Ontario

le rapport cite en exemple le Code de déontologie et le Code de déontologie des parajuristes du Barreau qui interdisent expressément la discrimination et le harcèlement, et traitent de la responsabilité des avocats et des parajuristes de respecter les lois sur les droits de la personne en Ontario
Photo Credit: Daniel Beauparlant/Radio-Canada

Professions juridiques au Canada : briser le mur de la race et de l’ethnie

Share

 

Le Groupe de travail sur les défis des titulaires de permis racialisés en Ontario vient de rendre public un rapport. Ce rapport intitulé « collaboration au changement » formule 13 recommandations pour mettre un terme aux multiples obstacles qui freinent l’entrée de certains membres de la diversité au barreau et qui représentent également une barrière à leur épanouissement professionnel.

Les professions juridiques ne sont pas exemptes du racisme, un véritable fléau qui mine plusieurs autres secteurs d’activités au Barreau du Haut-Canada et qui empêche des professionnels pleinement qualifiés de mettre en valeur leurs compétences.

Le rapport qui vient d’être publié est le fruit d’une vaste consultation menée sur une longue période par le Groupe de travail sur les défis des titulaires de permis racialisés. Il a permis de mettre en exergue les difficultés des titulaires de ces permis.

Le Groupe de travail sur les défis des titulaires de permis racialisés a été créé en août 2012 pour, entre autres, identifier les défis auxquels ils sont confrontés tant à leur entrée dans les professions juridiques qu’au moment de leur avancement.
Le Groupe de travail sur les défis des titulaires de permis racialisés a été créé en août 2012 pour, entre autres, identifier les défis auxquels ils sont confrontés tant à leur entrée dans les professions juridiques qu’au moment de leur avancement. © PC/Ryan Remiorz

Ces personnes qui possèdent un permis racialisé sont en effet confrontées à plusieurs obstacles à l’entrée dans leurs professions et ces difficultés jonchent leur parcours tout au long de leur carrière.

Le rapport a ainsi ciblé cinq actions prioritaires qui doivent être menées :

  • mesure des progrès
  • accélération du changement de culture
  • éducation au changement
  • mise en œuvre des soutiens et activités du barreau

Le rapport conclut qu’en éliminant ces obstacles, le barreau parviendrait à mettre en place les conditions d’une justice plus égalitaire et plus inclusive vis-à-vis des diversités, ce qui est tout à l’intérêt du public.

la prescription de normes minimales d’égalité, de diversité et d’inclusion est compatible avec les responsabilités de la profession en matière des droits de la personne, ces obligations étant déjà requises par les règles du Code de déontologie, du Code de déontologie des parajuristes et, de façon plus générale, du Code des droits de la personne. Rapport Groupe de travail sur les défis des titulaires de permis racialisés
Cour de justice de l’Ontario
Cour de justice de l’Ontario © CBC

Au-delà de simples recommandations, des outils pour mesurer les progrès accomplis.

Le Groupe de travail propose que soient menées régulièrement des analyses aussi bien sur le plan quantitatif que qualitatif pour mesurer les progrès accomplis en ce qui concerne l’inclusion au travail des titulaires de permis racialisés.

Par ailleurs, ce groupe souhaite que soit facilité le processus d’accès aux professions juridiques dans la province en intégrant en bonne place les notions de compétence, d’égalité et d’inclusion culturelles et en mettant l’accent sur la formation professionnelle continue sur ces notions.

L’encadrement est un autre volet important de l’action qui devra être menée en aval par le Barreau qui devra entreprendre des initiatives de soutient, notamment pour ceux des détenteurs de permis qui sont dans le besoin d’orientation et d’aide.

C’est ainsi qu’il se voit proposer de favoriser des initiatives de réseautage, de mentorat et de prêter une attention soutenue au traitement de plaintes pour discrimination systémique.

La Barreau du Haut-Canada doit éliminer les obstacles à la participation active et entière des avocates et avocats et des parajuristes à leurs professions.
Barreau du Haut-Canada doit éliminer les obstacles à la participation active et entière des avocates et avocats et des parajuristes à leurs professions. © CBC

À noter 

Le Groupe de travail a recueilli des informations auprès de plus de 1000 avocats, parajuristites, étudiants en droit et stagiaires racialisés et non racialisés,  du public dans toute la province de l’Ontario, des intervenants d’organismes et des membres du réseau des cabinets d’avocats pour la diversité et l’inclusion

Le Groupe a pu ainsi mettre en évidence les principaux obstacles suivants auxquels font face les titulaires de permis racialisés :

  • discriminations et stéréotypes
  • négociation des concepts de culture et d’adaptation
  • absence de mentors, de modèles et de réseaux

Plus de détails ici.

À lire aussi

L’Association des juristes d’expression française de l’Alberta célèbre son 25e anniversaire

Ontario : Consultation sur les droits linguistiques et les services en français au sein du secteur de la justice

Share
Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*