Images tirées du livre de Michael Layland « A perfect Eden - encounters by early explorers of Vancouver Island » Éditions Touchwood

Images tirées du livre de Michael Layland « A perfect Eden - encounters by early explorers of Vancouver Island » Éditions Touchwood
Photo Credit: John Horton | Michael Layland | Touchwood

L’île de Quadra et Vancouver : chronique d’un lieu qui a changé de nom

En 1775, le navigateur Juan Francisco de la Bodega y Quadra est parti du Mexique sur une petite goélette en direction de l’Alaska afin d’assurer la présence espagnole dans les territoires du Nord. Lors de ce premier voyage, Bodega s’est rendu, entre autres, à l’île de Vancouver, une île qui a par ailleurs brièvement porté son nom. 

Juan Francisco de la Bodega y Quadra est reconnu par les historiens comme étant celui qui a produit l’une des cartes les plus complètes de la côte ouest de l’Amérique du Nord.

Le cartographe canadien Michael Layland, qui vient de publier le deuxième tome de sa série sur l’histoire cartographique de l’île de Vancouver « A perfect Eden – encounters by early explorers of Vancouver Island », a dit à Radio Canada International à quel point il trouvait dommage que le nom Quadra ait été biffé des cartes de la région.

Layland considère que la contribution de ce navigateur a été importante dans l’histoire de la Colombie-Britannique, entre autres parce que Bodega y Quadra a notamment été l’un des premiers explorateurs à établir une entente de commerce de fourrure de loutres entre un gouvernement européen et les autochtones de l’île. 

C’est lors d’une fête organisée pour la fille du chef autochtone Nootka Muquinna que le capitaine George Vancouver, de la marine royale anglaise, et le capitaine Francisco de la Bodega y Quadra, représentant l’Espagne, se sont mis d’accord pour donner à celle qu’on connaît comme l’île de Vancouver le nom de deux explorateurs : l’île de Vancouver et Quadra. Le nom est resté dans certaines cartes, jusqu’au moment que des autorités à Londres décident de l’effacer. – Michael Layland

Les envoyés de l’Angleterre et de l’Espagne, Vancouver et Quadra, seraient donc devenus amis et auraient baptisé l’île avec leurs noms de famille, Quadra et Vancouver. Mais Bodega est tombé malade peu de temps après, retournant à San Blas au Mexique en 1793, où il est décédé sans avoir pu définir les limites du territoire.

Les Anglais se sont retrouvés seuls sur une île qui est désormais connue dans le monde entier simplement comme « L’Île de Vancouver ». 

« Malheureusement, Londres a rejeté l’utilisation d’un nom de famille espagnol dans une carte de la Couronne anglaise. La disparition de son nom est tragique », dit Michael Layland, qui confirme toutefois qu’en Colombie-Britannique on reconnaît l’importance de cet homme comme un « explorateur, cartographe et colonisateur de la région.

Michael Layland avec les images de ses deux livres sur l'Île de Vancouver, ses explorateurs, ses habitants passés et sa cartographie. Michael Layland avec les images de ses deux livres sur l’Île de Vancouver, ses explorateurs, ses habitants passés et sa cartographie. (Tité du site : http://michaellayland.com/)

Selon le Dictionnaire biographique du Canada, pendant le seul été que Bodega y Quadra a commandé à la baie de Nootka (Colombie-Britannique), Bodega prit des mesures pour la construction d’une seconde base, dont la vie fut de courte durée, à Núñez Gaona (Neah Bay, dans l’état de Washington) et pour une exploration plus poussée du détroit de Juan de Fuca et des fjords de ce qui est maintenant la Colombie-Britannique et l’Alaska, à la recherche du fabuleux passage du Nord-Ouest. De ces explorations furent tirées les cartes les plus complètes qui eussent encore été faites de la côte nord-ouest, et l’utilisation qu’en fit le capitaine Vancouver est évidente de nos jours par les nombreux toponymes espagnols qui la jalonnent. C’est donc bel et bien Francisco de Bodega y Quadra qui a développé la cartographie la plus complète de la côte ouest de l’Amérique du Nord. 

Pendant son premier voyage vers le Nord sur la côte ouest de l’Amérique, Bodega y Quadra, est passé par celle qui a gardé son nom jusqu’aujourd’hui « Bodega Bay », au nord de San Francisco, ainsi que l’état actuel de l’Oregon et de Washington aux États-Unis. Il est ensuite allé à l’île de Vancouver et à Bay Bucareli, dans le sud de l’Alaska.

Bien qu’il ait donné son nom pendant un moment, Bodega y Quadra n’a pas été le premier espagnol à arriver à Vancouver. Le pionnier a été Juan Perez, en 1774. Du côté anglais, le premier à mettre le pied sur Vancouver était le marin anglais James Cook en 1778, mais il en est parti peu de temps après.

Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Autochtones, Villes d'ici, noms d'ailleurs

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*