Paukl Bernardo
Photo Credit: Radio-Canada

Demande de libération conditionnelle de Paul Bernardo : les familles des victimes se disent déchirées et sous le choc

Share

Les familles de deux adolescentes qui ont été violemment violées et assassinées par le tueur en série reconnu Paul Bernardo ont déclaré que la récente nouvelle de la prochaine demande de semi-liberté de l’homme est tout simplement déchirante.

Paul Bernardo aura le droit de déposer une demande en libération conditionnelle (day-parole) en mars 2017.

Leslie Mahaffy, 15 ans et Kristen French, 14 ans

Tammy Homolka, Leslie Mahaffy et Kristen French, trois des victimes de Paul Bernardo et Carla Homolka (CBC)

Tammy Homolka, Leslie Mahaffy et Kristen French, trois des victimes de Paul Bernardo et Carla Homolka (CBC)

En 1995, Paul Bernardo a été reconnu coupable de viols et de meurtres de Leslie Mahaffy et de Kristen French et a été condamné à une peine d’emprisonnement à vie sans possibilité de déposer une demande de libération pour 25 ans.

Tim Danson, l’avocat des familles des victimes, croit fermement que la justice refusera la demande de Paul Bernardo, et ce, sans tenir qui que ce soit pour acquis.

Rappelons qu’en plus des meurtres sordides de Leslie Mahaffy et de Kristen French, Paul Bernardo avait reconnu sa culpabilité dans des cas de viols de 14 autres femmes.

Depuis le 17 février 2015

Paul Bernardo est devenu éligible à être entendu en demande de libération conditionnelle depuis cette date. De plus, selon la Commission des libérations conditionnelles du Canada, Paul Bernardo pourrait légalement demander une libération conditionnelle totale en 2018.

Rappel de l’affaire.

Karla Homolka en 1993 Crédit photo : Frank Gunn/Presse Canadienne

Karla Homolka en 1993
Crédit photo : Frank Gunn/Presse Canadienne

L’affaire Bernardo-Homolka a ébranlé le Canada pendant des mois. Le couple a causé la mort de trois personnes au début des années 1990. Paul Bernardo est reconnu coupable, entre autres, du meurtre au premier degré de deux jeunes femmes. Mais il admet également avoir agressé sexuellement 14 femmes dans le sud de l’Ontario.

Le 3 novembre 1995, Paul Bernardo est déclaré délinquant dangereux, ce qui aura des conséquences sur sa peine de prison.

La carrière criminelle de Paul Bernardo, un comptable travaillant pour la firme Price-Waterhouse, commence vers 1987. Dans la région de Scarborough, dans le sud de l’Ontario, plusieurs femmes sont violées et la police n’arrive pas à mettre la main sur le coupable. En octobre 1987, Karla Homolka, une jeune fille de 17 ans, rencontre Paul Bernardo, jeune homme de 23 ans bien de sa personne. Ils se fiancent deux ans plus tard.

Le 23 décembre 1990, après une fête de famille chez les Homolka, le couple drogue la plus jeune sœur de Karla, Tammy, et Paul la viole. Tammy se met à vomir et s’étouffe. Elle est morte accidentellement, conclut la police.

Le 14 juin 1991, Bernardo kidnappe Leslie Mahaffy, une jeune fille de 14 ans. Avec la complicité de sa fiancée, l’homme la viole puis la tue. Le 16 avril de l’année suivante, le couple nouvellement marié kidnappe Kristen French, une adolescente de 15 ans. Elle est retrouvée nue dans un fossé, les cheveux rasés. Elle a été violée, torturée et tuée. Le 17 février 1993, Paul Bernardo se fait arrêter non pour meurtre et viol, mais pour avoir violemment battu Karla Homolka.

Le couple s’était également amusé à filmer les gestes qu’il a fait subir à ses victimes. Mais les cassettes ne seront livrées à la police par l’avocat de Bernardo qu’en 1994. Entre-temps, Karla Homolka signe une entente avec le procureur général de l’Ontario. En échange d’une peine plus légère, la jeune femme, alors séparée de son mari, accepte d’être témoin à charge contre lui.

RCI, PC, Archives Radio-Canada

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*