Une mère avec son nouveau né à l’hôpital

Une mère avec son nouveau né à l’hôpital
Photo Credit: Layland Masuda | Getty Images

Des erreurs et des abus dans les unités de naissances et dans les hôpitaux pour enfants du Canada

Share

Des dizaines de femmes de partout au Canada disent avoir été maltraitées par des médecins et des infirmières lors de leur accouchement. L’équipe d’investigation du réseau anglais de Radio-Canada, CBC Investigates, a dévoilé les résultats de sa plus récente recherche journalistique concernant des plaintes d’abus présumés dans les unités de maternité de plusieurs hôpitaux canadiens. Des plaintes portant notamment sur la qualité des traitements et des soins en général, des allégations de discrimination, des commentaires non professionnels et des patients qui se voient refuser leur dignité et leur consentement aux procédures. 

Après plusieurs mois de travail, les journalistes de CBC Investigates ont fait état des difficultés de se faire une idée claire du problème à travers le pays en raison, d’une comptabilité imprécise des plaintes, entre autres, parce qu’elles sont suivies différemment ou pas du tout, selon la juridiction.

L’Alberta et la Colombie-Britannique par exemple sont deux provinces qui conservent un bilan central des plaintes. Au cours des six dernières années, on a reçu un total de 763 plaintes concernant le traitement des soins de maternité. Mais les deux plus grandes provinces du Canada, le Québec et l’Ontario, ne surveillent pas les plaintes de manière centralisée, laissant aux autorités sanitaires ou encore à des hôpitaux particuliers le soin de s’en occuper ou pas.

Un nouveau né dans un incubateur à l'hôpital Photo : Blend Images - ERproductions Ltd | Getty Images

Un nouveau né dans un incubateur à l’hôpital Photo : Blend Images – ERproductions Ltd | Getty Images

La recherche de CBC Investigates a permis d’obtenir le témoignage public de 9 femmes canadiennes dénonçant des abus de la part des médecins et des infirmières du pays.

Dana Weatherhead, présidente de l’Association for Safe Alternatives in Childbirth de la province de l’Alberta, qui dit entendre entre cinq et 15 plaintes par jour de femmes à travers le pays, affirme aussi que les mères souffrent de blessures et d’angoisses parce qu’elles sont maltraitées à l’un des moments les plus vulnérables de leur vie.

« Certaines des plaintes les plus préoccupantes que nous recevons sont des femmes qui sont giflées, abusées », a déclaré Weatherhead. « Une des histoires horribles que j’ai entendue est  celle où le bébé a été retenu dans le ventre de sa mère, sans lui permettre de sortir, pendant six minutes parce qu’il n’y avait pas un médecin là-bas (pour assister à l’accouchement). »

Par ailleurs au Québec, des infirmières ont sonné l’alarme quant aux incidents dans les salles d’accouchement du plus important hôpital pour enfants de la province, l’Hôpital Saint-Justine.

Radio-Canada a obtenu des rapports qui font état du nombre d’incidents et d’accidents ayant doublé et même triplé dans les derniers mois, comparativement à la même période l’an dernier. Dans le reportage exclusif du journaliste de Radio-Canada Thomas Gerbet, les infirmières se plaignent de multiplier les erreurs, de ne pas exercer dans des conditions sécuritaires, en raison de la charge de travail.

« On met en danger la vie de la patiente. On retourne à la maison et on n'a pas l'impression d'avoir bien fait notre travail. »
La silhouette de l’infirmière a été changée pour préserver la confidentialité.

En guise de complément du reportage, les syndicats d’infirmières ont dénoncé les compressions budgétaires du gouvernement provincial et les effets qu’elles ont sur le personnel soignant. Les unités syndicales dénoncent également que le gouvernement Couillard ait investi près d’un milliard de dollars pour agrandir et moderniser les bâtisses du CHU Sainte-Justine tout en diminuant le personnel. D’autres réactions au reportage, dont celle du ministre québécois de la santé, Gaétan Barrette, ont suivi également. 

Radio Canada International avec CBC news, Radio-Canada. 
Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*