Les doigts de fée de l’artiste Killa Atencio de Halifax en Nouvelle-Écosse
Photo Credit: Elizabeth McMillan

Une artiste mi’kmaq de Nouvelle-Écosse fabrique des coquelicots bien particuliers

Share

Le coquelicot est intimement associé au souvenir, celui de la Première Guerre mondiale du XXe siècle, celle qui devait mettre fin à toutes les guerres.

Dans les terres de Flandre et d’Artois, ces belles et graciles fleurs y poussent et teintent les champs.

Le lieutenant-colonel canadien John McRae, officier du contingent canadien au sein des forces de l’Empire britannique a écrit un poème d’une rare beauté – In Flanders Fields (dans les champs de Flandre) – en mémoire de son grand ami Alexis Helmer, mort au combat.  Nous sommes alors en mai 1915, le conflit s’éternise, le front bouge à peine de quelques mètres le long de la Somme.

Ce poème et son adaptation en français, Au champ d’honneur, sont encore récités aujourd’hui lors des cérémonies du 11 novembre, à la onzième heure, du onzième jour du onzième mois.

Et les coquelicots sont portés à la boutonnière.

Ce qu’on oublie souvent, c’est qu’au sein du contingent canadien des Forces armées de l’Empire – on ne parlait pas encore des Forces canadiennes à l’époque – de nombreux membres des Premières nations ont combattu aux côtés des Blancs.

Devoir de mémoire

Killa Atencio dans son atelier (CBC)

Killa Atencio dans son atelier (CBC)

L’artiste mi’kmaq Killa Atencio de Nouvelle-Écosse se sert de la pratique de la décoration de vêtements avec des petites billes pour concevoir et fabriquer des coquelicots bien particuliers.

Killa Atencio est originaire de la Première Nation Listuguj au Québec. Elle a aussi des origines quechua – d’ailleurs, son prénom est un mot quechua qui veut dire « lune ».

Elle affirme vouloir par son travail honorer la mémoire des anciens combattants de toutes origines, amérindiennes ou non.

Un travail minutieux

Chacun de ses coquelicots demande plus de deux heures de travail.

Aussi artiste de scène, Killa Atencio, a enregistré une version en mi’kmaq du poème de John McRae.

Droit d’auteur de la Légion royale canadienne

Le coquelicot comme symbole du Jour du Souvenir est protégé par droits d’auteurs au nom de la Légion royale canadienne.

La Légion n’a jamais approuvé la fabrication, la vente ou encore la distribution de coquelicots à des fins commerciales. Qu’on en fabrique, soit, mais la Légion en désapprouve totalement la vente.

Madame Atencio affirme respecter en tous points le droit d’auteur en question. Tous les profits de la vente de ses coquelicots bien particuliers seront remis à la Légion royale canadienne.

(CBC)

(CBC)

RCI, CBC, Légion royale canadienne, Encyclopédie canadienne, Facebook, YouTube

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Arts et spectacles, Autochtones, Histoire, International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Une artiste mi’kmaq de Nouvelle-Écosse fabrique des coquelicots bien particuliers»
  1. C. Comblen dit :

    Beautiful work Killa; try and show it in Ottawa with célébrations in 2017 for 100 years of 1st World War and the involvement of Canadian Régiments in Belgium; yes thank you for your own vision of « Flanders Fields », we need to include it.