Un homme pousse des glaces avec un pieu.

Pressé de toutes parts, le gouvernement canadien doit ménager ceux qui s'inquiètent pour l'environnement et ceux qui ne veulent pas que l'économie soit sacrifiée à l'autel des changements climatiques
Photo Credit: Vincent Hilaire

Changements climatiques: le gouvernement Trudeau joue les funambules

Share

L’année 2016 aura été, pour le gouvernement Trudeau, celle de la quête d’un point d’équilibre entre développement économique et lutte contre les changements climatiques. En 2017, Ottawa va devoir encore jouer les équilibristes face aux vents contraires. D’un côté, il subira les pressions de ceux qui réclament plus d’exploitation des ressources, et de l’autre, il se fera chauffer les oreilles par ceux qui appellent à plus de réglementation environnementale.

Au cours des derniers mois, le gouvernement libéral a approuvé trois importants projets de développement des ressources naturelles. Il a autorisé l’élargissement de l’oléoduc Trans Mountain de l’entreprise américaine Kinder Morgan. Il a approuvé le remplacement de la canalisation 3 de la pétrolière albertaine Enbridge et le projet de gaz naturel liquéfié Pacific NorthWest dans le nord de la Colombie-Britannique.

Difficile de plaire à tout le monde

On peut s’en douter, l’approbation de ces projets de développement des ressources naturelles a été vivement dénoncée par plusieurs écologistes. Mais Ottawa a aussi donné aux écologistes quelques motifs de satisfaction. Il a développé un cadre pancanadien de réduction des gaz à effet de serre (GES) dont la pierre angulaire est la « tarification du carbone ». Décision critiquée cette fois, par l’industrie des ressources naturelles, l’opposition conservatrice au parlement fédéral et par des provinces comme la Saskatchewan et le Manitoba.

Le premier ministre de la Saskatchewan Brad Wall
Le premier ministre de la Saskatchewan Brad Wall est hostile à l’imposition de la taxe sur le carbone © Joshua Vogt\RADIO-CANADA

Les deux provinces ont refusé de parapher la stratégie nationale de réduction des GES: la Saskatchewan a dénoncé l’imposition d’une taxe sur le carbone de 10 $ la tonne à compter de 2018. Montant qui grimpera à 50 $ la tonne en 2022. Au Manitoba, le premier ministre Brian Pallistair, s’est opposé à l’entente en guise de protestation contre le manque de financement fédéral en santé.

Quoi qu’il en soit, en entrevue de fin d’année à La Presse canadienne, le premier ministre Trudeau a répété qu’il refusait de choisir entre l’économie et l’environnement. « Il faut faire les deux en même temps. Et ça, ça veut dire qu’avant de pouvoir dire oui à Kinder Morgan, il a fallu qu’on ait un prix sur le carbone à travers le pays »,

Faire des compromis.

Selon le professeur titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie de HEC Montréal Pierre-Olivier Pineau, M. Trudeau n’a pas le choix de ménager la chèvre et le chou sur ces questions s’il ne veut pas se mettre à dos de nécessaires alliés: les provinces et les Canadiens eux-mêmes.

« Le gouvernement Trudeau cherche un équilibre entre l’impératif de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre, mais de préserver aussi une certaine unité et cohésion dans la société canadienne », a-t-il rappelé.

Pour M. Pineau, « Même si ça crée des remous, ce n’est qu’un premier pas extrêmement timide dans la lutte aux changements climatiques. Beaucoup plus reste à faire, mais au moins, le gouvernement fait un pas concret, et ça, il faut l’applaudir ».

Gérard Deltell, député conservateur de Louis-Saint-Laurent
Gérard Deltell, député conservateur de Louis-Saint-Laurent reproche au gouvernement libéral de vouloir faire plaisir aux deux camps qui s’affrontent sur le terrain des changements climatiques © ICI Radio-Canada

Le député conservateur Gérard Deltell en revanche, estime que Justin Trudeau a tort de vouloir plaire à tout le monde. « Quand on a un visage à deux faces, ça fait quatre joues pour recevoir des claques, et c’est en plein ce qui s’est passé cette année ». M. Deltell reproche particulièrement à M. Trudeau d’avoir rejeté le projet de pipeline de Northern Gateway et d’avoir imposé un prix sur le carbone. À ses yeux, M. Trudeau devra « assumer pleinement ses contradiction » en 2017.

Les néo-démocrates reprochent à l’inverse aux troupes libérales de ne pas en faire assez pour le climat. Leur chef Thomas Mulcair insiste surtout sur le fait que les libéraux s’en tiennent aux cibles de réduction de GES fixées par les conservateurs, soit 30% de réduction d’ici 2030, par rapport à 2005.  « Je ne crois pas que les Canadiens qui ont voté en 2015 pour Justin Trudeau s’attendaient au plan de Stephen Harper sur les gaz à effet de serre », a-t-il laissé tomber en point de presse, à la fin de la session parlementaire.

Une année 2017 fort chargée

Pour atteindre cette cible, Ottawa devra déployer son cadre pancanadien annoncé le 9 décembre et mettre de l’avant une série de mesures, comme la modernisation du code du bâtiment et des normes en matière de transport.

Il aura par ailleurs à peaufiner son plan, car selon le cadre présenté, le gouvernement n’a pas précisé comment il allait retrancher 44 mégatonnes de CO2, se contentant d’indiquer dans le document qu’elles proviendront  « de mesures additionnelles »

La ministre de l’Environnement Catherine McKenna
La ministre de l’Environnement Catherine McKenna devra piloter plusieurs dossiers délicats en 2017 © PC/Adrian Wyld

Ottawa devra également surveiller comment se dérouleront les choses pour les deux nouvelles provinces qui mettront dès janvier un prix sur le carbone. L’Alberta imposera en effet une taxe de 20 $ la tonne, qui devrait passer à 30 $ la tonne l’année suivante. L’Ontario lancera quant à elle son marché du carbone, pour éventuellement se joindre à celui du Québec et de la Californie l’année d’après.

La mobilisation écologiste risque par ailleurs de s’intensifier, alors que des groupes contestent en cour l’approbation de Trans Mountain et promettent des manifestations anti-pipeline.

Le vent de protestation entourant le projet Énergie Est de TransCanada devrait lui aussi reprendre, alors que l’Office national de l’énergie relancera les audiences publiques, après plus de trois mois de pause.

Des zones de turbulence à l’horizon pour le gouvernement libéral? Justin Trudeau se dit prêt à être jugé par les électeurs au scrutin de 2019 en fonction de la trajectoire des émissions de GES sous son mandat.

(Avec La Presse canadienne)

Lire aussi

Un Canada vert pour contrer les changements climatiques et les climatosceptiques

Les changements climatiques représentent une menace de taille pour la santé publique

Les Prairies canadiennes seront plus affectées par les changements climatiques

Share
Mots-clés : ,
Publié dans : Économie, Environnement, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*