En Haïti, le riz est devenu une denrée rare dans les zones dévastées par l’ouragan Matthew

L'élan de solidarité à l'égard d'Haïti alors que les séquelles de l'ouragan Matthew sont toujours présentes dans le pays
Photo Credit: Andres Martinez Casares / Reu

Haïti sombre-t-elle dans l’oubli, trois mois après l’ouragan Matthew?

Share

Trois mois après le passage de l’ouragan Matthew, les feux de la rampe ne sont plus braqués sur Haïti. Ça inquiète l’ONG Oxfam qui affirme que des de milliers de personnes sont à risque de malnutrition dans le sud du pays. De son côté, l’UNICEF demande aux donateurs de continuer à la soutenir dans son travail en faveur des enfants haïtiens et de leur famille.

Dans un rapport dévoilé mercredi, Oxfam dit s’attendre à des récoltes très mauvaises au cours des deux prochains mois dans le sud d’Haïti, en raison des dégâts causés par l’ouragan Matthew. Une catastrophe qui avait fait, selon le gouvernement haïtien, 546 morts.

Oxfam souligne que Matthew a anéanti 80 % des récoltes et la plus grande partie du bétail dans les secteurs les plus durement touchés de cette région considérée comme le grenier d’Haïti.

 rci-hait-enfants
Oxfam redoute l’imminence de la malnutrition dans le sud d’Haïti © UNICEF/UN035684/LeMoyne

Le rapport d’Oxfam révèle aussi que le fonds de 139 millions de dollars américains dont l’ONU a besoin pour venir en aide aux victimes de Matthew est sous-financé de 38 %.

De son côté, l’UNICEF reconnaît que beaucoup reste encore à faire pour permettre aux enfants haïtiens de bénéficier du minimum de services dont ils ont besoin, même si des gestes concrets ont été faits depuis le passage de l’ouragan. Jean Metenier est le représentant adjoint pour l’UNICEF en Haïti.

Écoutez
 rci-enfants-haiti
600 000 enfants auraient besoin d’une assistance humanitaire en Haïti, d’après l’UNICEF © UNICEF

En collaboration avec le gouvernement haïtien et ses partenaires, l’UNICEF dit avoir contribué à la livraison quotidienne d’eau potable à plus de 281 000 personnes, y compris 118 000 enfants. Elle a aussi aidé à la vaccination contre le choléra, ainsi qu’à l’éducation et à la prévention de la maladie.

L’ouragan Matthew, de catégorie 4, a touché terre près des Anglais le 4 octobre avant d’aller frapper Cuba et les Bahamas.

Plus de 800 000 personnes sont menacées par une « insécurité alimentaire extrême » et environ 750 000 n’ont pas accès à de l’eau potable, d’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies.

International Development Minister Marie-Claude Bibeau hands out pouches of school supplies to children where the school was reopened following the passing of hurricane Matthew, in Camp Perrin, Haiti, on Thursday, November 17, 2016.
La ministre canadienne du Développement international, Marie-Claude Bibeau, s’était rendue en Haïti où elle avait notamment remis des sacs de fournitures scolaires aux enfants d’une école rouverte à Camp Perrin, après le passage de l’ouragan Matthew © PC/Paul Chiasson

Selon l’UNICEF, plus de 700 écoles ainsi que de nombreuses infrastructures sanitaires ont été endommagées par l’ouragan.

En tout, plus de 2 millions de personnes, dont 900 000 enfants, ont été touchées par Matthew. Et près de la moitié des 1 400 000 personnes qui ont toujours besoin d’une assistance humanitaire sont des enfants, selon l’UNICEF.

Aide canadienne à Haïti après le passage de l’ouragan Matthew

  • 300 000 $ à la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) pour répondre aux besoins en matière de soins de santé, d’eau, de services d’assainissement et de refuge des 50 000 personnes touchées par l’ouragan.
  • 280 000 $ par l’entremise du Fonds canadien d’assistance humanitaire (FCAH afin de fournir de l’eau potable, des installations d’assainissement, des trousses d’hygiène, ainsi que des espaces réservés aux enfants
  • 400 000 $ à l’Organisation panaméricaine de la Santé (OPS) qui sert de bureau régional de l’Organisation mondiale de la Santé pour les Amériques.
  • 900 000 $ à l’UNICEF pour fournir de l’eau et des services sanitaires essentiels pour limiter les épidémies, notamment le choléra.
  • 1 million de dollars au Programme alimentaire mondial (PAM) afin de distribuer des rations alimentaires aux personnes les plus vulnérables.
  • 1,2 million de dollars à l’Organisation internationale pour les migrations afin de mettre en place et de gérer des abris temporaires pour les personnes déplacées
  • 600 000 $ à Médecins du Monde pour fournir des soins médicaux par l’intermédiaire des centres de soins de santé et traiter des cas de choléra et d’autres maladies d’origine hydrique et à transmission vectorielle.
  • 500 000 $ à Oxfam Québec, qui permettra d’améliorer l’approvisionnement en eau potable et de fournir de l’eau salubre au besoin.
  • 400 000 $ à Action contre la faim Canada, pour répondre aux besoins en assainissement en épurant l’eau stagnante dans les régions inondées.
  • 500 000 $ au Centre d’étude et de coopération internationale, qui permettra d’octroyer de petites subventions en espèces aux femmes déplacées qui ont perdu leurs moyens de subsistance.
  • 1,6 million de dollars au Programme alimentaire mondial pour répondre aux besoins alimentaires d’urgence.
  • 400 000 $ aux travaux de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture en Haïti afin de fournir un appui agricole d’urgence et des mesures de rétablissement rapide.

(Source: Gouvernement du Canada)

Lire aussi

Le désastre de l’ouragan Matthew et la réponse des Haïtiens de Montréal

Ouragan Matthew en Haïti : des heures tendues pour nos Canadiens et Haïtiens en alerte

Aide canadienne en Haïti : le Canada y investira 50 millions de dollars

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : International, Politique, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Haïti sombre-t-elle dans l’oubli, trois mois après l’ouragan Matthew?»
  1. Rene Albert dit :

    Non mais ca va tu finir cette histoire la…

    On commence a etre pas mal tanne d’entendre parler des malheurs a Haiti, de la corruption de leurs politiciens, etc.. Et ca fais des decennies que ca dure. S’ ils sont pas capable de subvenir a leurs propres besoins, qu’on ferme Haiti en permanence et relocaliser les Haitiens ailleurs.

    Chose certaine, je vais m’opposer rigoureusement a ce que le Canada leur fournissent de l’aise financiere supplementaire. Asez, c’est assez!