Un feu de signalisation

Un feu de signalisation
Photo Credit: iStockphoto

Piétons Québec exige l’interdiction du virage à droite au feu rouge. Partout!

Share

L’organisme Piétons Québec, qui a pignon sur rue à Montréal, demande l’interdiction des virages à droite au feu rouge partout au Québec.

Le cofondateur de Piétons Québec et responsable des transports au Conseil régional de l’Environnement de Montréal, Félix Gravel.
Félix Gravel © Benoît Chapdelaine

Le co-porte-parole de Piétons Québec, Félix Gravel, dénonce du même coup les maires de l’agglomération de Montréal qui souhaiteraient autoriser ce virage à droite dans la métropole. En ce moment, le virage à  droite est interdit en Amérique du Nord dans les seules villes de Montréal et de New York.

M. Gravel estime que les élus ont le devoir d’assurer un environnement sécuritaire aux piétons, et la permission de tourner à droite à un feu rouge va, selon lui, dans le sens contraire. Piétons Québec qualifie cette approche d’irresponsable.

L’organisme clame que la fluidité automobile ne doit pas être l’unique critère qui conditionne le développement des villes. Déjà, selon Félix Gravel, « on a alloué de plus en plus d’espace aux automobiles, on a synchronisé les lumières et on a trop peu pensé aux piétons dans la conception des rues ». Il rappelle que le feu rouge est un des rares éléments destinés aux piétons et que « c’est le minimum à préserver pour la sécurité des déplacements ».

M. Gravel conclut que la logique de fluidité automobile a rendu l’environnement de marche dangereux à plusieurs égards, comme en témoigne le nombre de morts et de blessés dramatiquement élevé partout au Québec. Piétons Québec presse ainsi tous les élus de prioriser la sécurité de leurs citoyens en maintenant l’interdiction du virage à droite au feu rouge.

Baisse notable des accidents au Québec aux feux rouges

Le président de la Table québécoise de la sécurité routière, Jean-Marie De Koninck
Le président de la Table québécoise de la sécurité routière, Jean-Marie De Koninck © Radio-Canada

Les données du ministère des Transports du Québec indiquaient en 2014 une baisse marquée du nombre d’accidents dans les dernières années, et ce, dix ans après l’autorisation du virage à droite au feu rouge dans la province (sauf sur l’île de Montréal).

Le nombre d’accidents liés à ce virage et ayant causé des blessures graves ou légères était alors en baisse depuis 2009, particulièrement entre 2011 et 2012.

Le président de la Table québécoise de la sécurité routière, Jean-Marie De Koninck, affirmait dans une entrevue en 2014 que ces chiffres étaient le résultat d’une meilleure surveillance policière, ce qui avait un effet dissuasif sur les automobilistes.

Il affirmait qu’il était normal que plus les gens entendent parler de la façon de faire un virage à droite au feu rouge, plus ils s’habituent à le faire correctement. Un phénomène qui est aussi vrai chez les piétons. Eux aussi sont plus conscients de la possibilité que les automobilistes fassent ce genre de virage, expliquait-il.

Dans un rapport publié en novembre 2013, la Table québécoise de la sécurité routière, dont le mandat est de faire des recommandations pour améliorer le bilan des accidents routiers au Québec, recommandait simplement que les municipalités continuent de suivre de près l’évolution de ces statistiques.

Découvrez :
Les intersections où les piétons montréalais risquent le plus leur vie
Radio-Canada a décidé d’analyser les milliers d’accidents survenus ces récentes années pour dessiner la carte des intersections les plus dangereuses dans la deuxième grande ville au Canada.
Lisez la suite… 

Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

Sur le même thème

Deux fois plus de piétons happés en moyenne en octobre et en novembre – RCI 

Marcher et regarder son cellulaire, est-ce dangereux? – RCI 

Toronto contre les textos échangés en pleine rue – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*