L’Organisation mondiale de la santé a noté une augmentation alarmante des infections chez les hommes gays par le VIH, le virus du Sida. L’OMS appelle les homosexuels à prendre des antirétroviraux à titre de prévention. Cécile Tremblay est Professeure au département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l’Université de Montréal et directrice scientifique du laboratoire de Santé publique du Québec

Des chercheurs de l'Université de la Colombie-Britannique ont l'impression que des antirétroviraux affaibliraient l'organisme au point paver la voie à la syphilis

Et si le traitement anti-VIH ouvrait la porte à la syphilis?

Share

Un traitement clé dans la lutte contre l’infection au VIH pourrait accentuer la vulnérabilité des patients à d’autres maladies comme la syphilis.

Une étude réalisée par des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique affirme que les médicaments utilisés pour traiter le VIH peuvent avoir des effets sur la façon dont le corps humain répond à la syphilis.

Cette situation expliquerait l’épidémie de syphilis rapportée dans plusieurs pays et touchant principalement les homosexuels.

Des recherches antérieures avaient déjà soulevé l’hypothèse selon laquelle les traitements très efficaces contre le VIH encouragent les comportements sexuels risqués.

Deux hommes se tiennent par la main
Les chercheurs ont noté une prévalence de la syphilis chez les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes.

Les comportements à risque ne seraient pas en cause

Pourtant, Michael Rekart, professeur clinique à l’École de la santé publique et des populations de l’Université de Colombie-Britannique, a plutôt constaté de grands écarts entre les cas de syphilis et ceux d’autres infections transmissibles sexuellement, comme la gonorrhée.

Son équipe de chercheurs a relevé que bien que de nouveaux cas de syphilis aient été souvent observés chez les patients recevant les médicaments contre le VIH les plus efficaces, connus sous le nom de traitement antirétroviral hautement actif, des modèles mathématiques ont éliminé les comportements sexuels à risque des facteurs ayant contribué à l’épidémie.

Selon les membres de l’équipe et la microbiologiste Caroline Cameron de l’Université de Victoria, les recherches offrent des raisons biologiques pour expliquer les effets de certains médicaments contre le VIH sur la réponse du système immunitaire à certaines maladies.

Une technicienne au travail dans un laboratoire médical.
Des recherches approfondies doivent être réalisées pour confirmer l’hypothèse des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique © Radio-Canada

Les résultats de l’étude devraient cependant être examinés davantage, suggère M. Rekart. Il ajoute qu’il est vital, pour les patients atteints du VIH, de prendre les médicaments les plus efficaces.

Les chercheurs précisent que la prochaine étape sera d’étudier plus amplement les médicaments contre le VIH afin de déterminer si certaines composantes du traitement antirétroviral hautement actif pourraient nuire au système immunitaire.

La recherche a été publiée lundi dans le journal international Sexually Transmitted Infections.

Quelques données sur la syphilis

  • Le principal mode de transmission est par contact sexuel vaginal, anal ou oro-génital

  • Les baisers sur la bouche (contact oral-oral), le partage d’aiguilles ou de matériel d’injection, les transfusions de sang, les inoculations accidentelles (p. ex., piqûres d’aiguilles) et les greffes d’organe(s) solide(s) ont rarement été signalés parmi les voies de transmission.

  • Les stades primaire, secondaire et latent précoce de la syphilis sont considérés comme infectieux, le risque de transmission étant d’environ 60 % par partenaire.

  • Le risque le plus important de transmission de la syphilis primaire et secondaire est le contact direct (souvent intime) avec les lésions.

  • La syphilis latente précoce est considérée comme infectieuse, car le risque de récidive et de se retrouver au stade secondaire est de 25 %

  • Le risque de transmission durant la grossesse pour les femmes non traitées est entre 70 % et 100 % dans le cas d’une syphilis primaire ou secondaire, de 40 % en présence d’une syphilis latente précoce et de 10 % dans le cas d’une syphilis latente tardive

  • Environ 40 % des grossesses chez les femmes atteintes de syphilis infectieuse se terminent par une mortinaissance

  • Chez les mères qui allaitent, la présence de lésions syphilitiques primaires ou secondaires s’accompagne d’un risque théorique de transmission de la syphilis au nourrisson.

(Source : Santé Canada)

Lire aussi

La syphilis est en recrudescence à Ottawa

VIH, tuberculose et paludisme : trois maux qui doivent disparaître d’ici 2030!

Santé: le VIH n’est plus une condamnation à mort

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : International, Santé, Science et technologie, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*