Mathieu da Costa, ni Africain, ni Euro-Africain reçoit l'hommage de Postes-Canada pour souligner son travail et son oeuvre au 17e siècle

Mathieu da Costa, ni Africain, ni Euro-Africain reçoit l'hommage de Postes-Canada pour souligner son travail et son oeuvre au 17e siècle
Photo Credit: (Groupe CNW/Postes Canada)

Mois de l’histoire des Noirs : un timbre commémoratif célèbre Mathieu Da Costa

Share

Pour cette édition 2017 du Mois de l’histoire des Noirs, Postes Canada a voulu mettre en avant un personnage historique qui a captivé et émerveillé les esprits, dont l’auréole continue d’étonner les chercheurs, historiens et autres auteurs.

Un interprète libre d’esprit

Mathieu Da Costa est perçu par les historiens comme étant un personnage mystérieux qui a commencé sa relation avec le Canada en 1608, année où Samuel de Champlain fonda la ville de Québec.

Le début de cette relation est marqué par la signature d’un contrat commercial entre M. Da Costa et le marchand de fourrures, explorateur français et gouverneur de l’Acadie, Pierre Dugua de Mons.

C’est ce contrat, par lequel Mathieu Da Costa devait travailler pour ce marchand, qui a ouvert à ce dernier de nouveaux horizons sur les terres canadiennes.

Il aura ainsi été un interprète qui faisait de la traduction entre les commerçants européens et les peuples autochtones du Nouveau Monde, un talent dont il se servait pour gagner sa vie, selon les chercheurs, qui le présentent davantage comme un homme libre, malgré la traite négrière qui existait déjà à cette époque.

Les historiens rapportent que pour pouvoir servir efficacement d’interprète, il aurait fallu que Mathieu Da Costa parle au moins l’une des langues des Autochtones établis en Acadie, sur la côte atlantique où se déroulaient les expéditions financées par Pierre Dugua et ses associés.

Bien que l’histoire de Mathieu Da Costa demeure incomplète, l’intérêt pour sa vie et pour le lien unique qu’il avait noué avec notre pays nous rappelle les valeurs de respect, de tolérance et de diversité que les Canadiens chérissent tant.

Deepak Chopra, Président-directeur général de Postes Canada

Mathieu da Costa arriva au Canada autour de 1603.
Mathieu da Costa arriva au Canada autour de 1603. © mdcaht

Tantôt Africain, tantôt Euro-Africain

Il n’existe que très peu de renseignements sur la vie de Mathieu Da Costa, ce qui ne permet pas d’établir clairement sa citoyenneté d’origine.

Au regard de son apparence physique, d’aucuns pensent qu’il serait venu d’Afrique. Une thèse que d’autres réfutent en lui attribuant des origines plutôt euro-africaines, son nom, (Mateus Da Costa), ayant une résonance typiquement portugaise.

Un flou qui persiste jusqu’à nos jours et qui rend difficile tout positionnement rigoureux et détaillé sur cet interprète du 17e siècle, considéré comme étant la première personne supposée d’origine africaine à avoir laissé sa marque dans l’histoire du Canada.

La tâche n’aura pas été de tout repos pour Postes Canada dans son initiative de rendre hommage à ce personnage historique énigmatique.

Ne disposant d’aucun portrait du concerné, il a fallu un travail d’étroite collaboration entre différents artistes pour bien mettre en évidence les vêtements, bijoux et autre voilier propre à l’époque et au milieu socio-économique de Mathieu Da Costa.

Le portrait figurant sur ce timbre du Mois de l'Histoire des Noirs 2017 est le fruit du travail du designer Andrew Perro, de l'illustrateur Ron Dollekamp et de l'illustrateur et scénarimagiste, Francis Back
Le portrait figurant sur ce timbre du Mois de l’Histoire des Noirs 2017 est le fruit du travail du designer Andrew Perro, de l’illustrateur Ron Dollekamp et de l’illustrateur et scénarimagiste, Francis Back © Canada Post

Le timbre qui lui est consacré à l’occasion du Mois de l’histoire des Noirs 2017, comme tous les autres timbres émis cette année, fera également référence au cent-cinquantenaire du Canada.

À lire et à écouter : 

D’où sont venus les premiers Noirs au Canada?
Mathieu Da Costa, premier Noir à visiter le Canada, au 17e siècle
Le mois de l’histoire des Noirs au Canada : Mathieu Da Costa

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*