Le racisme se manifeste parfois de manière inconsciente

Le racisme se manifeste parfois de manière inconsciente
Photo Credit: iStock

Mois de l’histoire des Noirs : ces mots, sources de maux

Les mots sont des outils complexes. Ils permettent de communiquer des idées, des pensées, des émotions. Ils peuvent réconforter, blesser ou détruire. Bref, les mots ne sont pas anodins. Dans les relations avec l’Autre, les mots définissent, cristallisent. Mais quand on utilise ces mots « à problème », sait-on toujours de quoi on parle? Petit tour d’horizon de ces mots qui peuvent être sources de maux.

Racisme

Sans doute l’un des mots les plus chargés émotivement de notre époque. C’est une étiquette dont très peu se réclament. Qu’est donc le racisme? C’est une idéologie selon laquelle les êtres humains, classés selon des caractéristiques héréditaires immuables, ne sont pas égaux. Les différences entre individus expliquent les inégalités entre les sociétés dont ils sont issus.

L’essayiste franco-tunisien Albert Memmi le définit ainsi : « Le racisme est la valorisation, généralisée et définitive, de différences biologiques, réelles ou imaginaires, au profit de l’accusateur et au détriment de sa victime, afin de justifier une agression. »

C’est aussi une doctrine politique fondée sur le droit pour la « race » qui se prétend pure et supérieure, de dominer les autres ou de les « civiliser ». Il y a donc dans le racisme à la fois une attitude de mépris et un sentiment d’hostilité de principe à l’égard de ceux qui sont différents.

Dans ton pays, Marquise Lepage, offert par l’Office national du film du Canada

Existe-il des « races » humaines?
Comme son nom l’indique, le racisme vient du mot race qui, lui, fait allusion à un ensemble d’individus ayant en commun des caractères morphologiques et physiologiques transmis pendant la reproduction. Les membres de la même race ont donc des gènes communs et exclusifs. C’est vrai pour les plantes et les animaux. Chez l’espèce humaine, en revanche, les progrès de la génétique ont invalidé la pertinence des classifications des individus en fonction d’arguments biologiques.

Pourquoi tous les êtres humains n’ont-ils pas la même couleur? 

La science est formelle : les différences anatomiques perceptibles chez les homo sapiens ne sont que l’expression plus ou moins prononcée de nos gènes communs. Quant à la couleur de la peau, principale source du racisme, tous les êtres humains possèdent des mélanocytes qui produisent de la mélanine. Au cours des millénaires, la couleur de la peau humaine s’est adaptée à l’ensoleillement local. Pour se protéger de la quantité et l’intensité des rayons solaires, notre corps sécrète de la mélanine qui va noircir notre peau parce qu’une peau noire protège davantage contre les rayons ultra-violets.

Lorsque les premiers êtres humains ont quitté l’Afrique pour explorer d’autres régions plus froides, le corps n’avait plus ce grand besoin de protection contre le soleil. Au contraire, il a appris à se contenter du minimum. Donc, la différence des couleurs, que d’aucuns ont maladroitement appelées races, n’est que le résultat d’une longue adaptation de l’être humain, comme le montre très bien le reportage de nos confrères de l’Esprit sorcier, un site Internet spécialisé dans les questions scientifiques.

La discrimination

C’est la différenciation, l’isolement d’individus ou de groupes au sein d’un ensemble social plus large. C’est un traitement distinct de ces individus ou de ces groupes en raison de caractéristiques spécifiques. Ce comportement, qui peut être manifesté par une collectivité ou des individus, se décline sous diverses formes : exclusion, distinction, préférence, etc. En tout cas, elle instaure un rapport inégalitaire entre les individus et restreint les droits de certains à qui on impose un traitement défavorable, même si les circonstances ne l’exigent pas.

Dans certains cas, on peut délibérément mettre en place une « discrimination positive », afin de corriger les effets de la  « discrimination négative ». Exemple : réserver un certain nombre de places aux représentants d’un groupe dans un établissement ou une profession où les membres du groupe en question sont peu présents.

Xénophobie

C’est la peur quasi maladive, instinctive, l’hostilité, voire la haine de tout ce qui vient de l’étranger ou de ceux qui n’appartiennent pas à notre groupe. L’autre est perçu comme une menace, un ennemi. C’est le bouc émissaire tout désigné en situation de crise (crime, insécurité, difficultés économiques, tensions sociales, etc.)  La plupart des personnes qualifiées de racistes sont en fait des xénophobes et des ethnophobes (qui ont peur des ethnies).

Ostracisme

C’est le rejet social, l’exclusion délibérée et parfois injuste d’un individu ou d’un groupe d’individus pour une raison quelconque. C’est une manifestation d’hostilité qui peut se traduire par de l’indifférence, des propos blessants, voire de l’intimidation. Il peut engendrer des troubles d’ordre psychologique plus ou moins importants chez certaines victimes (dépression, pensées suicidaires, etc.).

Ségrégation

C’est la séparation, la mise à l’écart sur la base de critères comme la couleur, l’âge, la religion, le sexe, etc. Dans le cas de la ségrégation raciale, il s’agit d’une disjonction organisée entre des groupes de couleurs différentes, même s’ils vivent au sein d’un même espace géographique ou d’un pays. La ségrégation peut être visible, physique avec des lieux réservés ou interdits à certains groupes. Elle peut être aussi plus subtile (embauche, logement, coûts prohibitifs, cooptation).

Stigmatisation

Mise à l’index d’une personne ou d’un groupe qui subit une forme de réprobation sociale. Généralement, les personnes stigmatisées ne correspondent pas aux normes ou aux modèles du milieu dans lequel elles vivent. Selon le sociologue Erving Goffman, la stigmatisation peut avoir pour fondement des éléments externes visibles comme les infirmités physiques, les cicatrices, l’obésité, etc. Elle peut aussi reposer sur des déviations de traits personnels, comme l’alcoolisme, la toxicomanie, les troubles mentaux. Elle peut enfin avoir pour fondement la perception d’une disparité par rapport aux normes sociales majoritaires (groupes ethniques et nationalités, religions).

Préjugé

Jugement a priori, qui ne se fonde pas toujours sur des informations valides ou suffisantes. C’est une idée admise sans démonstration. Relevant de la paresse intellectuelle, le préjugé est une disposition naturelle qui permet d’établir une différenciation sociale. Il peut se perpétuer, s’il n’est pas démonté par des faits concrets et vérifiables.

Stéréotype

Généralisation, forcément hâtive et abusive. C’est le fait de transposer à tout un groupe des caractéristiques qu’on peut trouver chez l’un ou l’autre de ses représentants. (Les jeunes Noirs sont dans des gangs de rue, les Arabes sont des terroristes, les Autochtones sont des alcooliques, les hommes sont plus forts que les femmes, les homosexuels sont efféminés, etc.). Le stéréotype peut être positif (les Asiatiques sont forts en maths) ou négatif (les Chinois ne s’intègrent pas aux communautés d’accueil). Mais l’un des effets pervers du stéréotype est que les personnes concernées finissent, à la longue, par l’intégrer et à adopter ou à exprimer le comportement qu’on leur prête.

Mots-clés : , ,
Publié dans : International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Mois de l’histoire des Noirs : ces mots, sources de maux
  1. kosmox dit :

    La couleur de la peau et le soleil me suggère une autre question : comment expliquer que l’été il est recommandé de s’habiller de blanc parce que le noir attire les rayons solaires tandis que le blanc les repousse ? Ne devrait-il pas en être de même pour les peaux claires et foncées ? (vous avez une réponse toute prête, je n’en doute pas un instant ;-))

    • Didier Oti Didier Oti dit :

      Très bonne question!
      Effectivement, un objet est noir parce qu’il ne réfléchit aucune couleur. Autrement dit, il absorbe la quasi-totalité du rayonnement de la lumière. Il absorbe la chaleur. En revanche, la couleur blanche réfléchit toutes les ondes de la lumière. Elle n’absorbe que très peu de rayonnement.
      Chez les êtres humains, on sait que la couleur de la peau et des poils est principalement déterminée par la quantité, le type et la répartition de la mélanine. Cette mélanine a pour rôle principal de nous protéger contre les radiations UV. Quand l’environnement l’exige, elle est produite en grande quantité. Ce qui assombrit la peau, ou la noircit. En revanche, les populations éloignées de l’équateur qui reçoivent moins de soleil auront un teint clair, la production de mélanine étant naturellement faible. Ce qui permet à la peau de capter le plus de rayonnement possible. Mais, lorsqu’une peau blanche est exposée à un ensoleillement plus important, elle se protège en produisant davantage de mélanine. Elle s’assombrit ou se « bronze ». Donc, la clé de l’énigme, c’est la mélanine ou plus exactement les mélanosomes, ces petits organismes qui se trouvent dans les mélanocytes.