Image du documentaire «Right To Die?» sur le suicide assisté. On y voit l’Américain Craig Ewert, 59 ans. Cet homme, qui souffrait d’une maladie cérébrale dégénérative, a mis fin à ses jours en 2006 dans une clinique de Zurich.

Image du documentaire «Right To Die?» sur le suicide assisté. On y voit l’Américain Craig Ewert, 59 ans. Cet homme, qui souffrait d’une maladie cérébrale dégénérative, a mis fin à ses jours en 2006 dans une clinique de Zurich.
Photo Credit: AFP / Shaun Curry

Même si c’est légal au Canada, plus de Canadiens se réfugient en Suisse pour mettre fin à leur vie

Un nombre croissant de Canadiens se rendent en Suisse pour mettre fin à leur propre vie, malgré le fait que le Parlement canadien a adopté une loi récemment permettant la mort assistée médicalement.

Selon des chiffres de Dignitas, une organisation suisse qui aide les patients atteints de maladies chroniques ou terminales à mourir, 131 Canadiens sont devenus «membres» l’année dernière. C’est le plus grand nombre depuis les cinq dernières années.

Un des patients canadiens qui s »est tournée vers Dignitas a été Monique Hamel, qui ne se qualifiait pas pour le décès assisté par un médecin en vertu de la nouvelle loi canadienne parce que son décès n’était pas imminent. Après avoir souffert pendant 20 ans avec un trouble neurologique chronique, elle a laissé derrière elle une lettre de deux pages critiquant les politiciens canadiens qui ont promulgué selon elle une loi trop restrictive.

La nouvelle loi canadienne, qui est entrée en vigueur le 17 juin 2016, limite la mort assistée aux adultes mentalement compétents qui ont une maladie grave, incurable ou invalide, lorsque le décès est «raisonnablement prévisible».

Le saviez-vous?
En 2016, il y a eu 7 764 personnes de 98 pays qui se sont rendus en Suisse pour mettre fin à leur vie, contre 6 595 il y a cinq ans.

 Une des cliniques spécialisées dans le suicide assisté en Suisse, à Pfaeffikon près de Zurich. Le chef d’orchestre britannique Edward Downes (85 ans) et sa femme Joan (74 ans) y sont morts ensemble, le 14 juillet 2009.
Une des cliniques spécialisées dans le suicide assisté en Suisse, à Pfaeffikon près de Zurich. © Steffen Schmidt

Obligé de mourir avec des étrangers

« Je mourrai avec des étrangers plus courageux et plus humains que nos médecins et nos décideurs », écrivait Monique Hamel dans sa lettre écrite en français et publiée par Dignitas. « Je vous laisse espérer que nos élus auront finalement assez de courage et d’empathie pour permettre aux personnes qui souffrent de décider du moment de leur mort, ici au Québec et au Canada. »

Dans sa lettre, Hamel accuse les politiciens de placer les intérêts électoraux au-devant des soins aux patients, et elle a attaqué les médecins qui s’opposent à un modèle de mort assistée plus libérale, disant qu’ils veulent préserver un «monopole» sur les décisions de vie et de mort.

La Québécoise affirme que la loi actuelle l’a forcée à mourir loin de sa maison et ce ceux qu’il l’ont aimé et qu’elle a dépensé plus de $ 20.000 pour obtenir un suicide assisté en Suisse.

Aide-mémoire…
– Stimulé par la Cour suprême , le gouvernement canadien a été contraint de rédiger une nouvelle loi après une décision unanime rendue le 6 février 2015 par la Cour suprême du Canada, qui a conclu que l’interdiction des médecins assistés violait les droits garantis par la Charte des Canadiens.
– L’affaire concernait deux B.C. Les femmes qui voulaient mettre fin à leur vie avec l’aide médicale. Tous les deux sont morts avant le tribunal a jugé, Gloria Taylor, qui souffrait d’une maladie neurodégénérative, est finalement décédée d’une infection. Kay Carter, alors âgée de 89 ans, s’est rendue elle en Suisse.
– Les juges ont donné aux gouvernements fédéral et provinces 12 mois pour proposer un nouveau cadre légalisant le suicide assisté au Canada.

Lee Carter et son mari Hollis Johnson s’enlacent devant le bâtiment de la Cour suprême, à Ottawa, à la suite du jugement de la Cour suprême sur le suicide assisté, le 6 février.
Des Canadiens s’enlacent devant le bâtiment de la Cour suprême, à Ottawa, à la suite du jugement de la Cour suprême sur le suicide assisté, le 6 février 2015 © Chris Wattie / Reuters

Une loi canadienne incomplète

Shanaaz Gokool, chef de la direction du groupe de défense canadien Dying with Dignity Canada, a déclaré qu’exclure selon-elle un grand nombre de personnes qui auraient dû être couvertes par la décision de la Cour suprême du Canada dans l’affaire Carter enfreint les articles du Code criminel interdisant décès. Cela oblige les gens à voyager à l’étranger pour mourir, dit-elle.

C’est une augmentation tragique du nombre de Canadiens, c’est une tendance tragique », a-t-elle déclaré à la SRC.« Nous espérons qu’avec la décision de la Cour suprême sur Carter, les gens n’auraient pas à recourir à ces mesures. Les gens doivent être séparés de leurs amis, de leurs familles, de leurs communautés au moment le plus vulnérable de leur vie, lorsqu’ils ont une mort assistée ».

Découvrez
Oui au suicide assisté : un médecin témoigne après sa mort sur You Tube

Le docteur Donald Low, le 22 mai, 2003 lors d’une conférence de presse au sujet de l’épidémie de SRAS. © Aaron Harris

Le docteur Donald Low, le 22 mai, 2003 lors d’une conférence de presse au sujet de l’épidémie de SRAS. © Aaron Harris 

RCI avec les informations de Kathleen Harris de CBC

Sur le même thème

More Canadians travelling to Switzerland to end their lives – CBC 

Suicide assisté : le débat en Cour suprême – RCI 

Morte à Québec, l’idée d’une loi sur le suicide assisté renaît à Ottawa – RCI 

Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Même si c’est légal au Canada, plus de Canadiens se réfugient en Suisse pour mettre fin à leur vie»
  1. Yvon Bureau dit :

    Le Jugement UNANIME de la Cour suprême du Canada sur l’Aide médicale à mourir a deux ans aujourd’hui.

    Que le PM Trudeau se lève debout dans sa compassion, dans sa dignité et dans sa noblesse. Qu’il demande à la CSC son avis sur sa Loi C-14 sur l’aide médicale à mourir.

    Par son avis, la CSC nous dira enfin si C-14 est conforme ou non à son Jugement, si C-14 est constitutionnel ou pas.

    Clarté juridique et clinique exige. Crédibilité politique invite.

    Urgence de demander cet Avis, PM Trudeau. Faites-le ce 6 février.

    Note : la Loi C-14 exclue toutes les personnes qui se disent à la fin de leur vie, même s’ils ne sont pas en fin de vie. Elle exclue les souffrants. Le concept «mort naturelle raisonnablement prévisible» est exclusif et anticonstitutionnel, et pas respectueux du Jugement de la CSC du 6-2-2015.

    Pourtant la Cour est claire+++ : « L’alinéa 241b) et l’art. 14 du Code criminel portent atteinte de manière injustifiée à l’art. 7 de la Charte et sont inopérants dans la mesure où ils prohibent l’aide d’un médecin pour mourir à une personne adulte capable qui (1) consent clairement à mettre fin à sa vie; et qui (2) est affectée de problèmes de santé graves et irrémédiables (y compris une affection, une maladie ou un handicap) lui causant des souffrances persistantes qui lui sont intolérables au regard de sa condition. »