Bombardier traverse une période de turbulence sans précédent alors qu’elle tente de commercialiser ses avions CSerie d’une technologie pour le moment inégalé par ses principaux concurrents que sont Airbus ou Boeing.

Bombardier traverse une période de turbulence sans précédent alors qu’elle tente de commercialiser ses avions CSerie d’une technologie pour le moment inégalé par ses principaux concurrents que sont Airbus ou Boeing.
Photo Credit: Bombardier

Il faudra 15 ans à Bombardier pour rembourser son prêt au gouvernement

Il faudra 15 ans à Bombardier, entre autres par l’entremise des ventes de ces nouveaux avions de la C Series et de l’avion d’affaires Global 7000, pour rembourser le prêt de 372,5 millions obtenu la semaine dernière auprès du gouvernement canadien de Justin Trudeau.

Le président exécutif du conseil d’administration de Bombardier, Pierre Beaudoin, en compagnie du président-directeur général Alain Bellemare.

Le président exécutif du conseil d’administration de Bombardier, Pierre Beaudoin, en compagnie du président-directeur général Alain Bellemare. © PC/Ryan Remiorz

Le constructeur d’avions et de matériel roulant a fourni quelques autres détails entourant cette aide financière, jeudi, dans le cadre du dévoilement de ses résultats du quatrième trimestre et pour l’exercice 2016.

La durée du programme est d’environ 15 ans, y compris une période de grâce pour les deux premières années, où il n’y aura pas de remboursement », a expliqué le chef de la direction financière, John Di Bert, au cours d’une conférence téléphonique avec les analystes.

Bombardier s’attend à recevoir annuellement entre 70 millions et 100 millions d’Ottawa pour poursuivre le développement du Global 7000 et terminer celui de l’avion commercial C Series. Au total, les deux tiers du prêt (248 millions) seront alloués au jet d’affaires et l’autre tiers (124 millions) à la C Series, dont l’assemblage est effectué à Mirabel.

L’avionneur commencera également à rembourser cette année le prêt de 350 millions consenti par Ottawa en 2005 pour la C Series. Le président et chef de la direction de la multinationale québécoise, Alain Bellemare, affirme que le prêt constitue un signal fort pour le secteur aéronautique canadien ainsi que pour les sociétés qui dépensent d’importantes sommes dans la recherche et le développement.

Un calendrier de livraisons des nouveaux avions incertain?

Avion de la C Series de Bombardier.

Avion de la C Series de Bombardier. © PAUL CHIASSON

Bombardier assure être capable de livrer jusqu’à 35 appareils C Series cette année en dépit des problèmes de production qui persistent à Pratt & Whitney, le fabricant des moteurs qui propulsent cet avion commercial.

Ainsi, les livraisons devraient surtout s’effectuer dans la deuxième moitié de l’année, puisque le motoriste s’affaire toujours à régler les problèmes ayant contraint Bombardier à livrer seulement sept avions — plutôt que les 15 anticipés — à ses clients en 2016.

La dernière livraison a eu lieu en décembre dernier. « Nous avons quelques défis techniques sur lesquels nous travaillons avec Pratt & Whitney, mais rien n’affecte la capacité des compagnies aériennes à exploiter l’avion », a expliqué M. Bellemare.

En 2016, Bombardier a affiché une perte nette de 981 millions de dollars américains, ou 48 ¢ US par action, ce qui est largement inférieur à la perte de 5,34 milliards, ou 2,58 $ US par action, enregistrée l’an dernier. Les recettes ont pour leur part reculé de 1,8 milliard, à 16,34 milliards.

En attendant de générer les profits, le patron tente de générer de la confiance

Cela n’a pas empêché M. Bellemare de rappeler une fois de plus que son plan de redressement de cinq ans progressait rondement, puisque l’entreprise a été capable de réduire ses pertes et d’augmenter ses marges. « Maintenant que nous avons traversé une année de transition, nous pouvons recommencer à générer de la croissance et des bénéfices », a-t-il affirmé aux analystes.

Le grand patron de l’avionneur a ajouté avoir tiré des leçons du développement de la C Series, qui a souffert de délais et d’importants dépassements de coûts. De l’avis de M. Bellemare, cela aidera à peaufiner le développement du Global 7000, son plus important avion d’affaires, dont l’entrée en service est prévue à la fin de 2018. « Comme avec n’importe quel nouveau programme, nous avons rencontré des écueils en chemin, mais [avec le Global 7000] nous n’anticipons rien d’anormal », a-t-il dit.

RCI avec La Presse canadienne

Sur le même thème

Un coup de pouce plutôt qu’un coup de main financier d’Ottawa à Bombardier – RCI 

Bombardier est poursuivie par une compagnie américaine pour près d’un demi de milliard – RCI 

Autres mises à pied mondiales massives à la multinationale canadienne Bombardier – RCI 

Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*