La famille Kurdi vit à Coquitlam en banlieue de Vancouver.

La famille Kurdi vit à Coquitlam en banlieue de Vancouver.
Photo Credit: Dominique Arnoldi

L’histoire de réfugiés syriens au Canada devenus internationalement connus

Alan Kurdi. Qui ne connaît pas ce nom, symbole d’un conflit sans fin qui pousse encore sur les routes de l’exil des milliers de Syriens?

Plus de 4 millions d’entre eux ont été enregistrés comme réfugiés depuis le début de la crise en 2011. De ce nombre, 40 081 ont trouvé refuge au Canada en date du 29 janvier 2017.

Par contre, des milliers d’autres n’ont pas eu cette chance. Ils sont morts noyés en tentant de traverser la mer Méditerranée en direction de l’Europe.

Alan, 3 ans, s’est échoué noyé sur une plage de Turquie en septembre 2015. C’est là que sa famille vivait après avoir fui la guerre dans leur ville natale de Kobané, en Syrie.  La photo de son petit corps sur le sable a bouleversé le monde entier.

Il est devenu le centre de l’attention, mais il n’était pas seul dans cette tragédie. Son frère, Galib, 5 ans, et leur mère, Reham, ont aussi péri le même jour. Seul Abdullah,le père, a survécu. La petite famille tentait de se rendre en Grèce après avoir essayé d’obtenir le statut de réfugié, trois mois plus tôt, au Canada.

Les Kurdi avaient déjà de la famille au pays. La soeur d’Abdullah, Tima Kurdi, habite Coquitlam, en banlieue de Vancouver, depuis 1992.  Au lendemain de la tragédie familiale, en septembre 2015, elle était devenue la voix de la famille Kurdi.

Tima Kurdi © CBC

Cette fois, elle prend la plume pour raconter son histoire et celle de sa famille en quête d’une vie nouvelle, famille devenue plutôt l’un des symboles de la crise des réfugiés syriens.

Intitulé Le garçon sur la plage : l’histoire d’amour, de perte et d’espoir d’une famille syrienne durant la crise mondiale des réfugiés*, l’ouvrage, publié par Simon & Schuster Canada, sortira au printemps 2018.

Une photo du petit Alan et de son frère Galip Kurdi exposée lors d’une cérémonie à leur mémoire et à celle de leur mère, tenue à Vancouver en septembre 2015
Une photo du petit Alan et de son frère Galip Kurdi exposée lors d’une cérémonie à leur mémoire et à celle de leur mère, à Vancouver en septembre 2015 © PC/DARRYL DYCK

Depuis le drame de septembre 2015, Mme Kurdi a réussi à parrainer un autre frère, Mohammad, et sa famille. Ils se sont installés en Colombie-Britannique en 2016.

Quant au père d’Alan, il a choisi de s’installer dans le nord de l’Irak pour tenter de mettre en place un centre pour de jeunes réfugiés syriens.

*Titre original : The boy on the beach: A Syrian family’s story of love, loss, and hope during the global refugee crisis

Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*