Plusieurs villes canadiennes deviennent des villes sanctuaires pour les réfugiés.

Plusieurs villes canadiennes deviennent des villes sanctuaires pour les réfugiés.
Photo Credit: PC

Le mouvement de villes sanctuaires s’élargit au Canada sous la menace d’expulsions des sans-papiers aux États-Unis

Comme nous vous le disions lundi, Montréal a décidé d’imiter l’initiative des deux autres grandes villes canadiennes, Toronto et Vancouver, en tant que villes désireuses de protéger les sans-papiers de la déportation. Or, le mouvement s’étend maintenant à la majorité des autres villes importantes du pays.

Vue du centre-ville d’Ottawa
Vue du centre-ville d’Ottawa © cametgreg.fr

Dans l’Ouest canadien, les conseillers municipaux de Regina et de Saskatoon, les deux principales villes de la Saskatchewan, soulèvent la possibilité d’adopter leur propre version d’une motion relative aux villes sanctuaires. Winnipeg, la capitale du Manitoba, envisage de faire de même.

Un comité municipal à Ottawa entendra pour sa part les opinions de ses citoyens le mois prochain par rapport à l’idée de faire de la capitale du Canada une ville de sanctuaire.

Le mouvement s’étend aussi à de plus petites communautés, comme la ville de London au sud de Toronto. Elle avait adopté une motion semblable dès le mois dernier, quelques jours seulement après que l’administration du président américain Donald Trump a annoncé son interdiction de voyage touchant les réfugiés et les citoyens de sept pays à majorité musulmane.

Aide-mémoire…
Toronto est une ville sanctuaire au Canada depuis 2013. C’était une première au pays. Mais son conseil municipal a voté en janvier une motion réaffirmant son engagement envers les services et la protection des sans-papiers.
Jusqu’à ce que Trump annonce ses intentions en matière d’immigration, la ville de Hamilton en Ontario (en 2014) et Vancouver (en 2016) étaient les seules autres villes canadiennes qui avaient adopté un tel règlement.

Vue panoramique d’Hamilton
Vue panoramique d’Hamilton © Courtoisie

Les villes sanctuaires bientôt dans la ligne de mire des autorités?

Des réfugiés Photo : iStock/Jorde Angjelovik
Des réfugiés Photo : iStock/Jorde Angjelovik

À mesure que des villes au Canada se mobilisent pour protéger les migrants contre les ordonnances d’expulsion, cela crée des tensions entre les municipalités, les forces de l’ordre et les fonctionnaires fédéraux chargés des politiques de l’immigration.

L’objectif immédiat de ces mouvements sanctuaires est de permettre aux migrants d’obtenir des services municipaux comme le logement, les bibliothèques et les banques alimentaires sans être interrogés sur leur statut d’immigrant.

Or, de nombreuses forces de police du pays ont l’habitude de partager avec l’Agence des services frontaliers du Canada des renseignements personnels, dont le statut d’immigration.

L’organisme Solidarité au Québec par exemple estime qu’il faut plus qu’un geste symbolique de la part du maire Denis Coderre. Il demande à la Ville de ne pas coopérer avec l’agence des services frontaliers du Canada afin d’empêcher les déportations.

L’organisme souhaite également que des services essentiels comme des soins de santé, d’éducation et de logement soient accessibles gratuitement pour les sans-papiers.

Conférence de presse de l’organisme Solidarité sans frontières au sujet de la résolution pour faire de Montréal une ville refuge Photo : Radio-Canada/Benoît Chapdelaine
Conférence de presse de l’organisme Solidarité sans frontières au sujet de la résolution pour faire de Montréal une ville refuge Photo : Radio-Canada/Benoît Chapdelaine

RCI avec Radio-Canada et les informations de Jonathan Montpetit de CBC

Sur le même thème

Montréal devient une ville sanctuaire – RCI

Montréal ville refuge : des gestes concrets réclamés – Radio-Canada 

Montréal se déclarera officiellement ville refuge – Radio-Canada 

Sanctuary city movement grows in Canada, but could bring tension with police – CBC 

Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Le mouvement de villes sanctuaires s’élargit au Canada sous la menace d’expulsions des sans-papiers aux États-Unis
  1. Michel Potvin dit :

    Nos dirigeants Canadiens n’ont pas encore compris que l’expérience de l’Europe en matière immigration non controllé n’est pas la solution.’
    Ils préfères se mettre la tête dans le sable en croyant fermement que ça sera différent ici.
    Je crois que le temps nous donnera une autre leçon de vie, soyons patient !

    • NGOUMA dit :

      Vous devriez juste savoir que personne au monde souhaiterai quitter son pays pour être immagrant sans papier si dans son pays il faisait bon vivre donc si vous voyez ces gens prendre des risques mais c’est juste parce qu’il espère juste trouver mieux au Canada,car vous êtes sans ignorer que ces sans papiers une fois leur situation régulariser peuvent contribuer à l’économie Canadienne.