Les expériences pilotes menées dans une vingtaine d'école du Québec auraient révélés des problèmes pédagogiques sérieux.

Les expériences pilotes menées dans une vingtaine d'école du Québec auraient révélés des problèmes pédagogiques sérieux.
Photo Credit: iStock/Ocskaymark

Éducation sexuelle des Québécois : quand la pornographie prend le dessus

Deux géants de l’industrie pornographique lançaient tout récemment leurs propres plateformes d’éducation sexuelle sur le web qui répondent à certaines questions que se posent les jeunes. Mais ces plateformes les redirigent ensuite vers leurs sites pornographiques!

Cette initiative fait bondir beaucoup de parents québécois qui s’inquiètent de l’absence de cours d’éducation sexuelle à l’école. Alors que l’éducation sexuelle pour jeunes autodidactes en ligne progresse, le retour de celle offerte en classe au Québec semble une fois de plus compromis.

Il y a quelques jours, Sébastien Proulx, le ministre de la Famille, de l’Éducation, du Loisir et du Sport au Québec, a indiqué que l’éducation sexuelle ne sera pas de retour comme planifié dans toutes les écoles du primaire et du secondaire à la prochaine rentrée.

Les enseignants déplorent de ne pas avoir été consultés

À la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), qui représente 34 000 membres, soit le tiers du corps enseignant de la province, on se dit toujours inquiet de la manière dont le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MELS) implante le programme.

Nathalie Morel, vice-présidente à la vie professionnelle de la FAE, explique que les enseignants auraient préféré que le ministère instaure un cours en bonne et due forme, plutôt que de créer un programme dont le contenu sera « saupoudré » sur une période allant de 5 à 15 heures.

Durée : 5:30Écoutez

Les leçons trompeuses de la pornographie

Le visionnement constant de vidéos pornographiques à un jeune âge crée selon des dysfonctions sexuelles chez les adolescents et déshumanise leur sexualité et fausse leurs rapports affectifs avec l’autre sexe.

« Je pense que ça fait bien 10 ans que l’industrie de la pornographie a pris le relais de nos écoles auprès des jeunes [en matière d’éducation sexuelle] », soutient la sexologue québécoise Marie-Christine Pinel.

Alors que de plus en plus de jeunes contractent des maladies transmises sexuellement et que des voix s’élèvent contre la culture du viol, Marie-Christine Pinel affirme qu’il est extrêmement dangereux d’associer éducation et pornographie.

Différentes études suggèrent effectivement que les craintes des spécialistes et des parents par rapport à la pornographie sont justifiées et que celle-ci devient un guide à la lentille déformante pour de plus en plus de jeunes esprits curieux.
Différentes études suggèrent effectivement que les craintes des spécialistes et des parents par rapport à la pornographie sont justifiées et que celle-ci devient un guide à la lentille déformante pour de plus en plus de jeunes esprits curieux. © iStock

Le saviez-vous?
Les limites du programme d’éducation sexuelle québécois à l’étude
– Les enfants du primaire ne recevront pas d’apprentissages sur la fellation.
– Mais dès la sixième année, les enfants du primaire seront exposés à l’éveil sexuel de l’adolescence et seront rassurés quant au « caractère naturel » de certaines manifestations de la puberté comme les érections spontanées.
– Au secondaire, les jeunes seront plus directement informés. En première année du secondaire, les jeunes âgés pour la plupart de 12 ans, seront invités à se questionner sur les liens entre l’amour par exemple et les relations sexuelles.

En 5e secondaire, l'élève réfléchit à ce qui favorise l'établissement et le maintien de relations affectives et amoureuses significatives; il évalue les risques d'infections transmises sexuellement et par le sang, et de grossesse associés à divers contextes de vie sexuellement active.
En 5e secondaire, l’élève réfléchit à ce qui favorise l’établissement et le maintien de relations affectives et amoureuses significatives; il évalue les risques d’infections transmises sexuellement et par le sang, et de grossesse associés à divers contextes de vie sexuellement active. © video-doctor / Getty images

RCI avec la contribution de Barbara Leroux et Julie Tremblay de Radio-Canada

Sur le même thème

Réforme de l’éducation sexuelle en Ontario : qu’attend le Québec? – RCI 

L’éducation à la sexualité arrive à la maternelle – Radio-Canada 

Le contenu du projet-pilote d’éducation sexuelle dévoilé – Radio-Canada 

Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Éducation, Internet, Politique, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour “Éducation sexuelle des Québécois : quand la pornographie prend le dessus
  1. Raymond Ayas dit :

    Une session d’information sur le cours d’éducation sexuelle est offerte le 13 mai 2017. Pour s’inscrire: https://www.eventbrite.ca/e/billets-leducation-sexuelle-une-ideologie-imposee-aux-enfants-sex-ed-colloquium-33548008998
    Pour voir la video: https://www.youtube.com/watch?v=D4r1vEogMAg