Un match de la National Lacrosse League entre le Rock et le Rush
Photo Credit: Radio-Canada

La crosse, d’hier à aujourd’hui

À la question : « Quel est le sport national au Canada? ». La très grande majorité des réponses seraient « le hockey ou encore le hockey sur glace ».

Et vous n’auriez pas, disons, complètement tort.

Pas complètement, car, depuis 1994, un autre sport, la crosse, pourtant beaucoup plus vieille que le hockey, est reconnue comme étant le sport national d’été. Nous avons aussi cette saison du Canada!

Bagattaway ou Tewaarathon

( North American Indian Travelling College, 1978. )

Connue entre autres sous ces deux appellations amérindiennes,  la crosse était un élément important de la vie communautaire des nations d’Amérique bien avant l’arrivée des Blancs.

Origine? Énigme

Les origines de ce sport sont inconnues. Les histoires les entourant nous plongent dans les contes, les mythes et les histoires transmises oralement depuis des générations.

Un point commun dans chacune : la crosse telle que pratiquée par les Autochtones se caractérisait par une dimension spirituelle profonde.

C’était une question d’engagement en son nom propre, au nom de sa communauté, de sa nation, de ses ancêtres et dans le respect de l’autre, en face.

1840 – Les premières parties entre Autochtones et Blancs

Un peu plus de 20 ans avant la création politique du Canada, vers 1840, les premières rencontres de crosse ont eu lieu entre les Blancs et les Autochtones. Les non-Autochtones se faisant régulièrement lessiver.

Champions de crosse
Champions canadiens de crosse de 1869 appartenant à la nation des Kanien’kehá:ka (Mohawks) de Kahnawà:ke. Avec la permission de Bibliothèque et Archives Canada/C-001959.

1859 – Jeu national du Canada

Le Parlement a élevé la crosse au titre de jeu national du Canada.

Remarquez que l’on disait alors « jeu national et non pas « sport national ».

En 1867, l’Association canadienne de crosse est ainsi devenue le premier organisme national directeur de sport en Amérique du Nord complètement dédié à la gouvernance d’un sport, à la normalisation de ses règlements et de ses compétitions, et à l’organisation d’un championnat national visant à promouvoir une bonne camaraderie et l’unité dans tout le pays.

La devise de cette organisation était :

« Notre pays, notre jeu »

La crosse est encore aujourd’hui l’un des rares exemples d’un élément de la culture autochtone qui a été acceptée et adoptée par la société canadienne.

Les notions européennes de structure et de règlements ont été ajoutées aux rituels religieux et sociaux des premiers Nord-Américains.

Cette approche mutuelle a produit un des premiers symboles du nouveau Canada : la crosse.

La crosse aujourd’hui

Au cours des années 1930, la crosse a encore connu des innovations. On a fait entrer la crosse à l’intérieur, dans une enceinte de hockey sans la glace. Cette nouvelle version, sport axé sur la vitesse d’exécution, s’appelle Box Lacrosse

Le jeu originel codifié depuis 1867 – la crosse au champ à 11 joueurs – se joue sur un terrain d’une superficie inférieure à celle d’un terrain de football.

La crosse en enclos est un jeu spécifique au Canada qu’on peut décrire comme un sport de vitesse et de réaction. La crosse au champ est un jeu de patience et de stratégie axé sur le contrôle de la balle. C’est la crosse féminine qui ressemble le plus au jeu d’origine, car elle est basée sur la technique de passe et le contrôle de la balle.

Chez les pros pendant ce temps

La National Lacrosse League (NLL), plus important circuit professionnel de crosse intérieure en Amérique du Nord, regroupe neuf équipes, soit cinq aux États-Unis (Buffalo, Colorado, Georgie, Rochester, Nouvelle-Angleterre) et quatre au Canada (Calgary, Saskatchewan, Toronto et Vancouver. La NLL est au coeur de ses séries de fin de saison.

RCI, Association canadienne de crosse, Encyclopédie canadienne, PC

Mots-clés : ,
Publié dans : Autochtones, Société, Sport

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*