«They’re doing it right on the street. (Trad.: Ils le font en pleine rue)»Simeon Tshakapesh, vice-grand chef de la nation innue du Labrador.
Photo Credit: Radio-Canada

Natuashish au Labrador : les démons de Davis Inlet refont surface et déciment la jeunesse

C’était il y a une quinzaine d’années, c’était un nom qui portait une tache sombre sur l’histoire de la relation entre le Canada et ses Premières Nations.

Davis Inlet au Labrador

Davis Inlet, c’est une communauté d’Innus Mushuau du Labrador installée de force par le gouvernement canadien.

Au fil des années, les habitants de Davis Inlet réclament du fédéral qu’on les ramène sur la terre ferme. Il a fallu attendre à 2002 pour entamer ce retour, cette fois vers Natuashish. L’évacuation de Davis Inlet s’est terminé en août 2003.

Affaires autochtones et du Nord, Canada

L’histoire se répète

Voilà qu’en 2017, les chefs de la communauté sont aux prises avec un terrible fléau qui sévissait à Davis Inlet, celui d’enfants, parfois pas même adolescents, qui inhalent des vapeurs d’essence.

« They’re doing it right on the street. (Trad.: Ils le font en pleine rue) »

Simeon Tshakapesh, vice-grand chef de la nation innue du Labrador.

Le feu de 1993

L’incendie de Davis Inlet de 1993 et les reportages qui ont suivi ont mis en évidence la terrible réalité de ces jeunes inhalant des vapeurs d’essence à même des sacs de plastique.

Avec devant eux un avenir des plus sombre, ils affirmaient vouloir en finir avec la vie. Ces images d’enfants complètement intoxiqués, de taudis sans eau courante et de déchéance humaine ont fait le tour du monde.

Il aura fallu attendre dix ans avant que le gouvernement canadien déménage la communauté à Natuashish.

Jeune fille sous l’effet des vapeurs d’essence endormie dans une baignoire dans une maison abandonnée de Natuashish (photo: Simeon Tshakapesh, vice-grand chef de la nation innue du Labrador.)

Drogues et alcool

Bien que Natuashish soit officiellement une communauté où la vente d’alcool est interdite (dry community) il y est très facile de s’en procurer. Il en va de même pour la marijuana et la cocaïne.

Depuis des milliers d’années, les Innus Mushuau vivaient de la terre, en nomades, à suivre les caribous. S’adapter au mode de vie sédentaire et aux usages occidentaux reste encore un défi pour cette communauté isolée, coincée entre deux mondes, entre télévisions par satellite et Facebook et une sédentarisation d’à peine 50 ans.

Que l’on parle d’augmenter le nombre de patrouilles le soir et la nuit, que l’on songe à mettre sur pied un programme de camps de jour pour les jeunes et un centre pour les adolescents, que l’on propose divers programmes d’intervention de santé publique, la route sera longue pour se sortir de ces ornières.

« We are Innu. We cannot be healthy or successful in life without understanding and embracing our culture, our language and our connection with our land and animals. We need to get ready. If not, we’re going to be in really dire straits 10 years from now. »

(Trad.: Nous sommes des Innus. Nous ne pouvons pas être en santé ou avoir du succès dans la vie sans une compréhension profonde et une acceptation totale de notre culture, de notre langue et de notre relation intime avec les animaux. Cela dit, nous devons nous préparer, sinon, nous serons vraiment dans une situation terrible dans dix ans.)

Simeon Tshakapesh, vice-grand chef de la nation innue du Labrador.

Le chef Tshakapesh ajoute qu’Innu, Inuit et Métis doivent absolument collaborer afin de créer un centre jeunesse multiservice, multitraitement au Labrador. Il craint l’arrivée de drogues encore plus dangereuses comme le fentanyl.

RCI, PC

Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Autochtones, Économie, Éducation, Politique, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Natuashish au Labrador : les démons de Davis Inlet refont surface et déciment la jeunesse
  1. Manon Lapierre dit :

    On parle des malheurs au niveau international quand le malheur est juste ici, à nos portes… Les enfants représentent l’espoir, l’avenir… Tellement triste de constater qu’ils en arrivent à un tel état de détresse… Pourquoi nos médias n’en parlent pas ? Pourquoi les différents gouvernements n’interviennent pas ??? Parce que ce ne sont que des autochtones ? On parle d’humains ici… On se doit, en tant que société « civilisée », de s’assurer que nos enfants soient en sécurité… Ciboulot !!!

  2. Les pauvres enfants s’ennuient à mort, c’est tout.