Selon Boeing, la C Series constitue une menace imminente à la vente de ses avions et fait en sorte que les autorités américaines devraient mettre un terme à leur enquête.

Selon Boeing, la C Series constitue une menace imminente à la vente de ses avions et fait en sorte que les autorités américaines devraient mettre un terme à leur enquête.
Photo Credit: Reuters/Denis Balibouse

Boeing veut tuer dans l’oeuf les « subventions » des avions allongés de Bombardier

Share

Des informations qui figurent dans des documents déposés auprès de la Commission du commerce international des États-Unis (ITC) la semaine dernière fournissent des détails sur la plus récente dispute commerciale entre le Canada et les États-Unis.

Boeing affirme que sa plainte déposée contre Bombardier vise à tuer dans l’oeuf la possibilité que des subventions permettent à son rival de développer une version allongée de la C Series qui viendrait concurrencer sa famille d’avions 737.

Sans interventions protectionnistes de la part de Washington, Bombardier pourrait bonifier aux dépens de Boeing l’offre de sa flotte d’appareils monocouloirs – comme l’a fait le géant européen Airbus avec succès dans le passé. C’est ce que prétend Boeing dans son document de 109 pages.

«L’industrie a été victime de la même stratégie dans le passé, alors que les subventions [accordées à] Airbus lui ont permis d’écarter McDonnell Douglas et Lockheed et de mettre la main sur la moitié du marché mondial, détruisant au passage des emplois américains bien rémunérés», est-il écrit.

Bombardier traverse une période de turbulence sans précédent alors qu’elle tente de commercialiser ses avions CSerie d’une technologie pour le moment inégalé par ses principaux concurrents que sont Airbus ou Boeing.
Bombardier traverse une période de turbulence sans précédent alors qu’elle tente de commercialiser ses avions CSerie d’une technologie pour le moment inégalé par ses principaux concurrents que sont Airbus ou Boeing. © Bombardier

L’avionneur canadien est sur la défensive

Pour sa part, dans un document distinct, Bombardier réplique que les efforts de Boeing pour freiner l’arrivée d’une nouvelle technologie sur le marché sont « mal orientés ». L’entreprise ajoute que la plainte du géant de Chicago demande aux autorités américaines de prendre une décision en imaginant un scénario hypothétique.

Bombardier ajoute que sa C Series ne menace pas Boeing à court terme étant donné que les premiers avions ne seront pas livrés à Delta Airline avant au moins une autre année. L’avionneur québécois précise que le carnet de commandes de Boeing pour les 737 affiche complet pour environ huit ans et que sa valeur est estimée à quelque 190 milliards de dollars américains.

« Comparer ce dossier à ce qui est arrivé avec Airbus constitue une utilisation abusive de la menace imminente », fait valoir Bombardier.

«S’il était juste, comme l’affirme Boeing, que [la commande de] Delta avait donné un élan à Bombardier, […] on aurait pu s’attendre à voir d’autres commandes de C Series aux États-Unis, mais il n’y en a eu aucune dans les 13 mois ayant suivi celle de Delta », dit l’entreprise québécoise, qui ajoute que la famille d’avions 737 générera des flux de trésorerie de 26 milliards au cours des quatre prochaines années.

Aide-mémoire…
Échaudée par la commande de 75 appareils CS100 décrochée par Bombardier auprès de Delta l’an dernier, Boeing demande aux autorités américaines d’imposer un droit compensatoire d’au moins 79,41 % ainsi qu’un autre droit antidumping de 79,82 % sur les ventes d’avions C Series au sud de la frontière.
Boeing accuse Bombardier de concurrence déloyale à l’endroit de ses appareils 737 étant donné que l’avionneur québécois a bénéficié d’investissements publics de 2,5 milliards de dollars américains du gouvernement québécois ainsi que de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Le premier appareil CS100 de Bombardier
Le premier appareil CS100 de Bombardier © Patrick Cardinal

Des subventions illégales ou non?

Bombardier rejette les accusations de Boeing selon lesquelles les prêts reçus au fil du temps sont en fait des subventions interdites en vertu des règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), et il souligne que son concurrent américain a déjà été montré du doigt par ce tribunal commercial.

L’OMC a déterminé que Boeing avait reçu dans le passé plus de 3 milliards de subventions inadmissibles.

L’entreprise a également bénéficié de 2,2 milliards en crédits d’impôt, une mesure que Washington avait éliminé avant que l’OMC ne rende une décision.

RCI avec La Presse canadienne

Sur le même thème

Il faudra 15 ans à Bombardier pour rembourser son prêt au gouvernement – RCI 

Un coup de pouce plutôt qu’un coup de main financier d’Ottawa à Bombardier – RCI 

Bombardier est poursuivie par une compagnie américaine pour près d’un demi de milliard – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*