.
Photo Credit: (Dann Verner)

Les propriétaires de téléphone cellulaire au Canada pourront changer de fournisseur sans frais punitifs

Share

L’obligation de payer son fournisseur de services cellulaires pour débloquer son téléphone portable au Canada prendra fin à compter du 1er décembre.

Les clients pourront ainsi demander à leur fournisseur de débloquer gratuitement leurs téléphones. C’est ce qu’a annoncé jeudi le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) , l’organisme public indépendant chargé de réglementer et de superviser la radiodiffusion et les télécommunications canadiennes.

Au Canada, en ce moment, lorsque vous achetez un forfait pour un téléphone, la plupart des fournisseurs verrouillent l’appareil pour que vous respectiez les termes du contrat. Même si votre contrat de cellulaire est arrivé à échéance, votre ancien fournisseur peut exiger de l’argent pour rendre votre téléphone compatible avec le réseau d’un concurrent. Les frais demandés pour le déverrouillage se situent généralement de 50 $ à 150 $.

Alain McKenna, journaliste spécialiste des sciences et technologie et auteur du livre Mon téléphone coûte vraiment trop cher, fait partie de ceux qui dénonçaient cette pratique très répandue. « C’est un peu un frais artificiel imposé aux clients des fournisseurs de services sans fil pour s’assurer qu’ils restent clients et abonnés au même service », affirme-t-il.

Le client ne sera plus prisonnier

D’autre part, les clients qui possèdent déjà un appareil verrouillé pourront le faire déverrouiller sans frais.

Cette nouvelle règle, qui sera inscrite au Code sur les services sans fil du CRTC, s’appliquera tant aux téléphones cellulaires qu’aux tablettes.

Le CRTC a également apporté des modifications à la période d’essai d’un nouvel appareil et clarifié certaines règles sur les forfaits familiaux ou partagés de même que sur les services vocaux, de messagerie texte et de données. (Lisez tous les détails)

Tous les cellulaires seront déverrouillés dès le 1er décembre 2017
Tous les cellulaires seront déverrouillés dès le 1er décembre 2017 © iStock

Une pratique lucrative

En mars, le CRTC a signalé que les télécommunications canadiennes ont totalisé 37,7 millions de dollars l’année dernière pour le déblocage de leurs téléphones portables, soit un bond de 75 % dans cette catégorie de revenus par rapport à 2014.

Au cours d’une audience du CRTC en février, les compagnies Bell, Rogers et Telus ont averti que si elles n’avaient pas facturé de frais de déverrouillage pour les quelques clients qui le souhaitent, le coût de ces transferts aurait dû être transmis à tous les consommateurs.

Au début de juin, le ministre canadien de l’Innivation Navdeep Bains avait qualifié les frais de déverrouillage des téléphones intelligents d’« irritants majeurs » pour les consommateurs.

« Les Canadiens auront plus de choix et pourront plus facilement changer de fournisseur de services sans fil. Cette mesure accroîtra également la concurrence entre fournisseurs, ce qui pourrait se traduire par des prix plus bas pour les consommateurs », a-t-il réitéré jeudi.

Navdeep Bains
Navdeep Bains © PC/Adrian Wyld

RCI avec La Presse canadienne, CBC et Radio-Canada

En complément

Plaidoyer pour la fin des frais de déverrouillage de cellulaires – Radio-Canada 

Tous les cellulaires seront déverrouillés dès le 1er décembre 2017 – Radio-Canada 

CRTC bans cellphone unlocking fees, orders all new devices be unlocked – CBC 

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Économie, Science et technologie

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Les propriétaires de téléphone cellulaire au Canada pourront changer de fournisseur sans frais punitifs»
  1. Rene Albert dit :

    Enfin, une decision positive!