Nikamuwin Mianscum, 3 ans, joue d’un tambour traditionnel autochtone

Nikamuwin Mianscum, 3 ans, joue d’un tambour traditionnel autochtone
Photo Credit: Presse canadienne/Justin Tang

Adoption des enfants : l’Assemblée nationale du Québec reconnaît les effets du droit coutumier des Premières Nations

Share

L’Assemblée nationale a adopté vendredi à l’unanimité la Loi modifiant le Code civil et d’autres dispositions législatives en matière d’adoption et de communication de renseignements, portant notamment sur la reconnaissance des effets de l’adoption coutumière dans la législation provinciale. Dans la pratique, cela veut dire que désormais la loi québécoise reconnaît que les processus d’adoption des enfants des Premières Nations se feront en respectant les us et coutumes de la nation de l’enfant. 

L’adoption coutumière est une pratique commune dans plusieurs nations autochtones selon laquelle des parents confient leur enfant à d’autres personnes pour que celles-ci en prennent soin. Il s’agit d’une réalité qui se pratique selon des approches, des conditions et des conséquences différentes d’une nation à une autre.

Depuis longtemps encadrés par les Premières Nations selon leurs lois et en vertu de leurs compétences inhérentes, les effets d’arrangements gouvernant les familles autochtones et leurs enfants n’étaient pas reconnus légalement par l’État québécois.

©Presse canadienne/Chuck Stoody

Selon la recherche d’Anne Fournier, au Québec comme ailleurs au Canada, l’adoption coutumière couvre une multitude de situations et peut varier d’une nation autochtone à une autre ou même d’une communauté à une autre. Pour Fournier, qui travaille à la Chaire de recherche du Canada sur la diversité juridique et les peuples autochtones de l’Université d’Ottawa, « il n’y a donc point d’homogénéité en la matière et cela constitue une difficulté non négligeable au moment de lui attribuer des effets juridiques en droit étatique ».

L’adoption du projet de loi 113 arrive après plus de 10 ans de travail entre les Premières Nations, les Inuits et le gouvernement québécois, comme l’a expliqué le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du LabradorGhislain Picard : 

« Il s’agit de la culmination de 10 ans d’efforts de la part de ceux et celles qui ont mis à contribution leurs connaissances et leur expertise pour en arriver à ce résultat. J’ai espoir que ce processus collectif servira de fondement afin de progresser dans d’autres aspects de nos relations. Je pense notamment à d’autres aspects traités de manière incomplète par le Groupe de travail sur l’adoption coutumière, dont la reconnaissance, dans la législation du Québec, des effets des coutumes autochtones en ce qui concerne les familles et les enfants de part et d’autre de frontières internationales et interprovinciales qui sont le reflet de notre histoire coloniale », a-t-il déclaré.

©Presse Canadienne/Darryl Dyck

Pour sa part, la ministre de la Justice Stéphanie Vallée explique que le projet de loi propose principalement de reconnaître les liens préexistants de filiation lorsqu’il est dans l’intérêt de l’enfant de protéger une identification marquée à ses parents biologiques tout en mettant fin à leurs droits et obligations respectifs.

Le projet de loi propose aussi de nouvelles dispositions pour préciser les règles applicables à l’adoption d’enfants domiciliés hors du Québec, notamment celle voulant qu’une personne domiciliée au Québec qui veut adopter un tel enfant doive se conformer aux règles du Code civil, peu importe sa nationalité.

De plus, le projet de loi prévoit, hormis dans les cas d’adoption coutumière autochtone et d’adoption internationale qui ont leurs propres règles, de nouvelles règles quant à la communication de renseignements relatifs à l’adoption. Ces nouvelles règles permettraient à l’adopté et à ses parents d’origine de connaître l’identité de l’autre ou de se contacter en l’absence, selon le cas, d’un refus à la communication de l’identité ou d’un refus au contact. Pour l’adopté mineur, la confidentialité de ses renseignements identificatoires serait toutefois assurée jusqu’à sa majorité, à moins qu’il n’en décide autrement.

Radio Canada International avec l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador et le Gouvernement du Québec. 
Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Autochtones, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*