Une petite fille avec un foulard bleu sur la tête assise avec une peluche dans les bras.

Des centaines d’enfants reçoivent un diagnostic de cancer chaque année au Canada.
Photo Credit: GI / Christopher Futcher/IStock

Cancer en hausse : un Canadien sur deux en sera atteint et un sur quatre en décédera

Dans son relevé annuel qu’elle vient de publier, la Société canadienne du cancer souligne que près d’un Canadien sur deux recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie, soit 49 % des hommes et 45 % des femmes.

Le cancer reste la première cause de mortalité au pays et au Québec. Un Canadien sur quatre en mourra. Ce sont 80 800 Canadiens qui en seront morts à la fin de 2017, dont 21 800 Québécois.

Malgré toute la recherche sur le cancer et les campagnes de sensibilisation, le nombre de cas continue de progresser au pays. En 2017, 206 200 Canadiens devraient recevoir un diagnostic de cancer.

Et d’ici 2030, la Société canadienne du cancer s’attend à une augmentation du nombre de cas d’environ 35 %. Ainsi, 270 000 Canadiens recevront ce diagnostic dans 13 ans, si la tendance se maintient.

Types de cancers les plus fréquents au Québec
Chez les hommes québécois, les cancers les plus fréquents sont dans l’ordre ceux de la prostate (4800 cas par année), du poumon (4400) et colorectal (3800).
Mais les plus meurtriers sont ceux du poumon (3600 décès), colorectal (1350 décès) et de la prostate (880).
Chez les Québécoises, les cancers les plus fréquents sont ceux du sein (6500 cas), du poumon (4300), puis colorectal (3000).
Les plus meurtriers sont dans l’ordre ceux du poumon (3100 décès), du sein (1300) et colorectal (1200).

Cancer du poumon
Cancer du poumon (archives) © Société américaine du cancer

C’est d’abord un problème de vieillissement de la population

L’augmentation des cas de cancer est principalement due au vieillissement global de la population. Près de 90 % des cas de cancer sont en effet détectés chez des personnes de plus de 50 ans.

« C’est en hausse. Avec le vieillissement de la population et l’accroissement démographique, on voit une augmentation du nombre de cas de cancer », a confirmé au cours d’une entrevue André Beaulieu, porte-parole de la Société canadienne du cancer.

« La longévité – le fait que l’on vit plus vieux, que les gens ont une espérance de vie beaucoup plus longue – les amènes, justement, à être exposés à une maladie qui s’appelle le cancer. Et collectivement, on est une population vieillissante. Il y a beaucoup plus de personnes âgées de 50 ans et plus, aujourd’hui au Québec, qu’il y en avait dans les années 1970 », ajoute M. Beaulieu.

Tableau sur la distribution géographique du nombre de cancer, par province selon l’âge.
Tableau sur la distribution géographique du nombre de cancer, par province selon l’âge. © Société du cancer du Canada

La recherche et ses progrès

Signe des progrès réalisés par la médecine et par la recherche : le taux de survie après cinq ans est graduellement passé de 25 % dans les années 1940 à 60 % aujourd’hui.

Les traitements qui ont été développés ont aussi moins d’effets secondaires et ils permettent une meilleure qualité de vie, note M. Beaulieu. Il ajoute qu’on comprend mieux aujourd’hui comment les cancers se développent.

Il laisse un message optimiste. « On est à la veille de vivre une révolution au niveau du traitement du cancer. On sait qu’avec les avancées dans le domaine de la génétique. La fameuse médecine personnalisée dont on parle beaucoup va amener, justement, à pouvoir donner à des gens le meilleur traitement, au meilleur moment et avec le meilleur résultat. Et ça, ça va avoir un impact très, très grand dans les prochaines années pour le taux de survie au cancer ».

Découvrez
Les cancers, l’alzheimer et le parkinson détectés des années plus tôt grâce à l’odorat .

Le cancer du sein, notamment, aurait une odeur, selon les recherches récentes effectuées par l’Institut Curie, en France, où ont été testé les prouesses de Thor et de Nykios, des bergers allemands. Les deux chiens ont été capables de détecter le cancer du sein dans 100 % des cas qui leur avaient été soumis.

Le cancer du sein, notamment, aurait une odeur, selon les recherches récentes effectuées par l’Institut Curie, en France, où ont été testé les prouesses de Thor et de Nykios, des bergers allemands. Les deux chiens ont été capables de détecter le cancer du sein dans 100 % des cas qui leur avaient été soumis.

RCI avec La Presse canadienne

Sur le même thème

Les cas de cancer encore en hausse au pays – Radio-Canada 

Lutte contre le cancer: grands espoirs grâce à l’infiniment petit – RCI 

Des milliers cas de cancer liés aux facteurs environnementaux – RCI 

Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*