Canadian Press

Canadian Press

Ce que pensent vraiment les Canadiens du bilinguisme

Share

Fierté, inquiétude ou indifférence. Voilà trois émotions qui évoquent ce que ressentent le plus souvent les Canadiens par rapport au fait que leur pays est depuis presque 50 ans l’un des deux seuls du monde qui est officiellement bilingue. L’autre pays est le Cameroun.

Des célébrations du 150e anniversaire du Canada dans la capitale canadienne qui n'a toujours pas de statut officiellement bilingue.
Des célébrations du 150e anniversaire du Canada dans la capitale canadienne qui n’a toujours pas de statut officiellement bilingue. © Fred Chartrand/Canadian Press

Selon une enquête récente du ministère canadien du Patrimoine, les Canadiens, en majorité, considèrent la dualité linguistique comme un atout pour le pays et une valeur identitaire nationale de premier plan.

Mais dans cette réalité canadienne qu’on nous décrit, il y a des nuances importantes.

En fait, si les trois quarts des francophones considèrent que le français est une langue menacée, seulement un tiers des anglophones pense la même chose.

Lorsqu’on gratte, on découvre que les Canadiens et les politiciens abandonnent le bilinguisme pour se contenter d’une dualité linguistique. C’est la politique du « chacun dans son coin »

5,8 millions de Canadiens se disent bilingues. C’est pourtant moins d’un Canadien sur six

La dualité linguistique au Nouveau-Brunswick est parfois remise en question même dans la seule province canadienne officiellement bilingue comme en témoigne cette manchette d'un quotidien anglophone de cette province.
La dualité linguistique au Nouveau-Brunswick est parfois remise en question même dans la seule province canadienne officiellement bilingue comme en témoigne cette manchette d’un quotidien anglophone de cette province. © ML

Selon une enquête nationale publiée il y a deux ans et portant sur les années 1961-2011, il y a une nette stagnation et parfois un déclin soutenu depuis l’an 2000 de la capacité des Canadiens de s’exprimer à la fois en français et anglais.

Les jeunes sont au coeur d’une des deux raisons proposées par Statistique Canada pour expliquer le déclin du bilinguisme.

Le niveau d’exposition des élèves hors du Québec à des programmes de français langue seconde a diminué. Ils étaient 1,8 million d’élèves à suivre ces cours il y a 20 ans, et ils ne sont maintenant que 1,4 million.

Selon certains spécialistes, le bilinguisme officiel pourrait ainsi être mort et enterré lorsque le pays soulignera dans 50 ans son 200e anniversaire.

Écoutez

Le saviez-vous?
– À l’extérieur de la province du Québec, moins de 10 % de la population canadienne est bilingue (9,7 %).
– La province du Québec fournit 57 % de toute la population bilingue canadienne (3,3 millions de personnes, soit plus de 42 % de la population québécoise), et l’Ontario 23 % (1,4 million)
– En ajoutant le Nouveau-Brunswick, 86 % des Canadiens bilingues demeurent donc dans seulement 3 des 10 provinces canadiennes.

Selon des données de 2001, le trilinguisme est plus fréquent au Québec (8,9%) qu’au Canada dans son ensemble (5,6%) mais il l’est beaucoup moins que dans l’Union européenne (50,8%).
Selon des données de 2001, le trilinguisme est plus fréquent au Québec (8,9%) qu’au Canada dans son ensemble (5,6%) mais il l’est beaucoup moins que dans l’Union européenne (50,8%). © Istock

RCI avec la contribution de Michel Lacombe, Louis-Philippe Ouimet et Line Boily de Radio-Canada

En complément

Un organisme national réclame le bilinguisme officiel à la Ville d’Ottawa – Radio-Canada 

Bilinguisme à Ottawa : le premier ministre Trudeau avoue avoir été « baveux » – RCI 

Bilinguisme canadien : fossé des perceptions entre francophones et anglophones expliqué – RCI 

L’absence de bilinguisme chez les jeunes anglophones du pays menace la paix linguistique – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Histoire, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Ce que pensent vraiment les Canadiens du bilinguisme»
1 Pings/Trackbacks pour "Ce que pensent vraiment les Canadiens du bilinguisme"
  1. […] Ce que pensent vraiment les Canadiens du bilinguisme […]